jeudi 8 novembre 2018

VINOD RUGHOONUNDUN...Extrait

« Jour après jour je creuse le tracé des origines  remonter à la source du flot lumineux  et ce tourbillon d’où naissent les consciences »  ...   seuls les battements du cœur rythment ce noir cosmique  lumière ravalée jusqu’au plus profond d’elle-même  violence de la parole éteinte sur les contreforts de tous les silences »     .   VINOD RUGHOONUNDUN   .   Oeuvre Gérald Bloncourt bloncourt2.over-blog.com/  

mercredi 29 août 2018

BABIL DU SONGER...Extrait

Un oiseau passe éclair de plumesDans le courrier du crépusculeVa vole et dis-leur ! Dis leur que tu viens d’un paysFormé dans une poignée de mainsUn pays simple comme bonjourOù les nuits chantentPour conjurer la peur des lendemains Dis-leurQue nous sommes une bouchéeRépartie sur sept îlesComme les sept couleurs de la semaineMais que jamais ne vientLe dimanche de nous-mêmes Dis leur que les maréesOuvrent la serrure de nos mémoiresQue parfois le passé soufflePour attiser nos flammesCar un peuple qui oublieNe connaît plus la couleur... [Lire la suite]
vendredi 24 août 2018

C'EST A DIRE...Extrait

Ainsi me suis-je mis à aimer ce qui était propulsédans ce mondehors de l’écritureLe petit jour dans les îlesUn simple oiseau revenu transfiguré de sa migration.Il suffisait d’une barqueIl suffisait de ça.   ...   sivasteétait le mystère de la viesiprofondel’anxiétéqu’ellevéhiculaitquepresque sans raisonnous demeurions émotifssans raison ai-je ditsimplementcomme des âmes singulièresdoutant de toutsurtout d’elles-mêmesainsi se faufilaient les anssi profond étant notre étrange désir de vivre   ...   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
mercredi 21 mars 2018

BRUNO RUIZ...Extrait

Un jour, il y a bien longtemps, je suis sorti de moi, de ce grand pays du silence. J’ai pris la route des mots pour embrasser l’univers avec vous, pour étreindre vos paysages, renverser des barrières, ouvrir des vannes, fleurir des jardins, crier l’inutile. Jamais je n’aurais cru semblable lumière dans vos yeux, tant de secrets dans vos enfances, de fleuves aux poèmes, d’espérance à vos genoux qui ne fléchissaient pas. Je m’approchais de vos îles sans vraiment les atteindre et je me nourrissais de vos viandes dans les poitrines du... [Lire la suite]
vendredi 26 janvier 2018

A TOUS LES VENTS DU MONDE

 A James Noël  . Intranquille Dans l’affection des résonnances Je voyagerai parmi vos tressaillements Homme sans peau Homme sans couleur Souverain rêveur J’accueillerai toutes les ailes Les voilures ivres du vivre Les mains pleines d’échos et de frontières folles Je traverserai les trous noirs Les flaques inquiètes du malheur Et le centre même des tornades J’avancerai en derviche En mutant En mémoire de séisme Comme un homme qui comble l’avenir Et que mon corps s’emplisse de souffles d’îles Qu’il... [Lire la suite]
mercredi 6 décembre 2017

AZRAËL

Ailes mortes, ailes mortes en moi,Tomber, c’est renaîtreHors de la solitude, dans la mer –La mère des âmes égarées, des voyageurs perdusEt des exilés du ciel. Le souvenir de la terre est comme un poidsDe vagues et d’îles ; dans mon sang et mes osLa pesanteur de mon incarnation,Plus forte que ma volonté d’être singulier,Me brise et me détruit, me rappelle en mon lieu. Prisonnier de ma faute, de ma beauté, de mon vouloir,Des cellules de la vie transparentes mais murées,Délivré par la mort innocente, je m’abîme avec joieDans la tombe... [Lire la suite]

samedi 8 juillet 2017

DES VILLAGES VERS LA MER...

La mer    les vagues la monodie des ventsles nuages qui filent sur l'azur et solfient les accords azuréensdu chant des îles et des pêcheurs Frissons    L'oiseau convoleAu royaume de la LyreCetera  cistre et gaita  irisent l'horizoninterrogent le ciel à la source des étoiles L'embrun vole    l'embrun neigequelle harpe  alors  larme de joieentonne depuis le ponantla mélodie  des contrées que l'océan souligne Bretagne  Biscaye  AsturiesGalicie   Île de Corse et de... [Lire la suite]
samedi 1 juillet 2017

GRACE AU TAMBOUR

Grace au tambour volant, vieux volant, que la nuit gobe et crache en milliers d’étoiles Grace au tambour aux mains d’arbre à pain Aux  mains de pieuvre au galop dans les cayes Grace au tambour qui roucoule comme une femme comblée Grace au tambour et ses fruits d’étincelles Grace au tambour que la nuit épingle sur la corde du conte Je te regarde femme Aux pas de merle luisant Aux pas de mer déchaînée Torturant ma mémoire d’homme stupéfait Cœur surpris du message   Ta flamme épousant le secret des tempêtes ... [Lire la suite]
jeudi 11 mai 2017

UN JARDIN SUR LA MER

Je sais un lieu de haute lice Où la livrée du matin joue À robinsonner sous les lys Près des falaises d’amadou Où le déhanchement des îles Grise la Manche qui s’exile Sous son chapelet de Corfou . Je sais un lieu de haute sphère Où les sternes vont poinçonnant Le nonchaloir évanescent D’un archipel bagué de mousse Où la veine bleutée du vent Sur les voiles des barcaroles Jette la clé de ses vingt ans . Je sais un lieu d’étreintes folles Où pour l’ongle d’un souvenir La mer au large s’émeraude Et encorbelle de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 4 mai 2017

ENTRE ROCHEBONNE ET DINARD

Tout est si permanent Tout semble volubile C’est à peine si l’on pressent Sur le Sillon évanescent L’oisellement bleu de la ville Ô que personne ne gémisse Ô que nulle âme ne périsse À moins de mille années d’ici Que sur le front de marée glisse À la manière d’un calice Un fier haleur aux yeux d’oubli Voici le ferry de Portsmouth Qui s’éloigne sur ses feutrines Avec son front d’amareyeur Et son giron de popeline Voici le ferry de Portsmouth Tel un mirage aux yeux de bruine Ô que personne ne flétrisse Ô que... [Lire la suite]