lundi 13 juillet 2009

ABANDON ....

À travers le taillis de la nature énorme Flairant l'éternité de son museau difforme Là, dans l'ombre, à tes pieds, ton chien voit Dieu . VICTOR HUGO " Fifille ", au volant du vieux C15 - elle est montée sans crainte, pour la première fois - qui se souvient de son ancienne famille, elle revit ici, avec un réalisme étonnant,  une scène familière; je vois dans ce regard lointain l'acte lâche et cruel de l'abandon, toute la tristesse des liens brisés à jamais... Sa proximité me touche et m'interpelle quand... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 29 juin 2009

LA CHIENNE ET SES DIX CHIOTS

Sous la ramée de myrtes en fleurs et odorante, j'ai découvert une portée de dix petits chiots. J'ai aussi appris que la mère, depuis plus d'un mois, les allaitait. Ils s'éveillent aux jours et à la vie sur un tapis d’herbes couchées, de chaumes blondes étendus de sommeil et lissés de caresses. Dans l’ombre et la fraîcheur matutinales, il règne au sein de cet abri une douce et tendre chaleur maternelle au goût du lait de printemps, partagée par la grande fratrie et bue aux mamelles généreuses de la mère qui se livre de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 16 juin 2009

LE SENS DE LA VISITE...Extrait

Si tu t'abandonnais, fût-ce une heure, tu serais sauvé; nous serions sauvés. Qu'est-ce qu'aimer? C'est desserrer la main, la paume dure du paumé; s'ouvrir - des yeux, sourires, poignets; comme le récemment-né. . MICHEL  DEGUY .
Posté par emmila à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 11 février 2009

A TOUS LES HOMMES QUE NOTRE SOCIETE COMDAMNE A L’ECHAFAUD DE LA RUE.

J’ai peur du noirj’ai peur de la nuitje crains la solitudeje redoute le froidj’appréhende l’ombreet la clarté du silencefige la toile de mon sang… J’ai peur depuis l’enfancela chambre qui craqueles volets qui claquentet le couteau de l’Ogreentre les dents du soir….Je crois que j’ai toujoursque j’ai toujours eu peurde cette marche quotidienneavec ses grosses mainssans baiser ni tendresseet cette voix terriblequi ordonnait…punissait…comme un ciel en colère !...Oui tous ces visagesme pétrifiaientet j’étais si petitau milieu de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,