lundi 5 août 2019

AUX SOUVENIRS

Aux souvenirs       qui demeurentbattant aux vantaux d'une viecomme ils se rappellent aux jeux des reflets furtifsdes mots de givre  des pensées qui s'entent      au choeur de la nuit L'absence    m'est une ombre que fige l'albâtre des nuées océanes Sombres allants des - dalles tumulairesimmensité Durer    sur la mer   ne laisse aucune empreinteA terrele temps perd en voyage le fil de la légendele chant onirique des... [Lire la suite]

samedi 22 juin 2019

OUTRE TEMPS

  En terre de silencede schiste et de légendes,seule. Un long bras d’argileconsenti au fleuveun bras anéanti très las.Si tendueque soit l’absencesi vibrant le silence,rester parmi les ronciersou peut-êtreretourner au port. Il faudrait longerle froid les craqueluress’asseoir un instantdans la fascination du videet résistersurtout résister. Trop de remous et de vaguestrop de nouveautés abrasivessurtout ne pas céder. Marche après marchevers l’écumele bouillonnement initialvers la merpar le vent ouvertevers le fleuvevers le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
lundi 15 avril 2019

PASSAGE EN DOUCE

  Je songe à ma femme qui est parmi les fruits, les plantes, les oiseaux. Je me réveille à peine et je la sens présente. Je la dispute aux feuilles, aux abeilles, à la neige. Ses bras sont un ruisseau où je plonge mes doigts. La rosée tendrement vient me parler pour elle. Ses yeux font sur ma vie un grand vague perdu. Je l’imagine encore toute fine et tremblante, agrandie par les champs, avalée par le vent. Je demande aux oiseaux de l’embrasser pour moi. Les plantes lentement penchent la tête sur elle. Les gestes des ajoncs... [Lire la suite]
dimanche 13 janvier 2019

ZOHRA MRIMI...Extrait

Les anges ont leurs préférences, ils ne sont pas plus liés à l'existence que cette rose, qui fleurit bientôt son absence.Le jour fait l'adieu, sa voix porte le fardeau d'un nouveau-né. C'est une joie violente de consoler, aussi la mort. Elle écrit sur ton front tous les mots de la honte, tous les secrets de cette absolue chance. En réalité, c'est ta paume qui transforme le dôme du matin, dans un silence tu ramasses tes épreuves pour les éloigner sur une page.   .     ZOHRA MRIMI  
Posté par emmila à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 30 novembre 2018

POUR MA MERE PAULE

  Je te vois, je t'approche, je t'entends.La nuit est blanche, la lumière resplendit.Tu me parles en silence, toujours.Je te sais là, toujours.Viens, partons, maman, vers les cieux, les terres, les mers, où tu veux.Posons nos pieds sur les sables et les îles.Volons, naviguons.Tu me parles, comme ta voix est joyeuse et pure!Tu ris, tu chantes, laisse-moi t'écouter, m'émerveiller. Où m'emmènes-tu? Qu'importe! Sur le courant porteur de ton désir, sur la barque dorée de ton amour, une simple brindille irait au bout du monde en... [Lire la suite]
jeudi 8 novembre 2018

A L'ECHAPPEE

L’heure est ouverte. Toujours. La seconde offerte à la vie, la durée la zappe et ne s’en souvient que si elle subjugue. Sur la table, proche du mur où repose l’horloge, un vase et un bouquet de fleurs. Au fond de l’écuelle, un peu d’eau pour maintenir la vie et la couleur. Une gorgée de lumière dans le sillon qui traverse la pièce. Tout est calme et silencieux lorsque le temps sonne la cadence. Le rythme régulier du tic-tac ressemble à celui des vagues uniformes venues mourir sur la plage. Il est midi, il est minuit. C’est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 7 novembre 2018

SANS RETOUR...

On est là, en équilibre. La lumière est traversée d’ombres brèves. On reste encore pour l’espace, pour les branches, pour l’ombre bleue, pour le merle, pour les visages un instant dans le jour sans nom. Pour ce qui ne revient pas. On reste encore pour ce qui vient.   Où il y a l’attente, longtemps, et sans retour, où il y a dire, et puis ne plus pouvoir dire, où il y a écouter et puis ne plus pouvoir écouter, où il y a regard et puis tenter de regarder encore, et sans retour. C’est un chant, et... [Lire la suite]
mardi 6 novembre 2018

TOUCHER L'INFINI...

A notre petite Emma , pour ses treize ans...   .   Je t'enverrai un baiser  avec le vent et je sais que tu l'entendras, tu te retourneras et, sans me voir, je serai là… En un baiser, tu saurastout ce que je ne t'ai pas dit...   .   PABLO NERUDA     « Que fais-tu grand-mère, assise là, dehors, toute seule ? » - " Eh bien, vois-tu, j’apprends. J’apprends le petit, le minuscule, l’infini... J’apprends avec les arbres, et avec les oiseaux, j’apprends avec les nuages. J’apprends à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:16 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 4 novembre 2018

LORSQUE L'ENFANT PARAIT ...Extraits

Lorsque l'enfant paraît, le cercle de familleApplaudit à grands cris.Son doux regard qui brilleFait briller tous les yeux,Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être,Se dérident soudain à voir l'enfant paraître,Innocent et joyeux. Soit que juin ait verdi mon seuil, ou que novembreFasse autour d'un grand feu vacillant dans la chambreLes chaises se toucher,Quand l'enfant vient, la joie arrive et nous éclaire.   ...   Vous êtes parmi nous la colombe de l'arche.Vos pieds tendres et purs n'ont point l'âge où l'on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
vendredi 2 novembre 2018

POURQUOI LES MORTS...Extrait

Pourquoi les morts           toujours           nous devancent .           Pourquoi leur silence           comme un visage           nous blesse .           Pourquoi ne sont-ils plus séparés . Pourquoi les morts ... [Lire la suite]