samedi 2 décembre 2017

PENSEES FLOTTEES

Paupières closes , les pensées s'entrechoquent en quête d'un point de fuite .  Moins que l'absence et plus que le silence : la pensée invasive tue . Sans résistance, la vague gourmande devient houle dévoreuse. C'est le chaos dans la boite. La nuit sanglote sur les herbes folles. Le vent lève la mer et dénude la terre . La nature s'affale , presque tout est horizontal , tel une ligne de battements de coeur à l'arrêt. La vie hoquète sans bruit. Il est minuit, le regard noir ne cherche plus,... [Lire la suite]

lundi 27 novembre 2017

MORCEAUX DE CIEL, PRESQUE RIEN...Extrait

Un arbre et puis un arbre et puisle froidje ne veux plus que cet aveugleme guidecomme on est seulquand on marche depuis toujoursun arbre et puispas même un arbre, une distanced’autres, je les aimais,sont loin.   ....    Qu’il réveille les anges, ce cri qui ne cesse pas...   .   CLAUDE ESTEBAN   .  
Posté par emmila à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 24 novembre 2017

J'ATTENDS TA VOIX

J'attends ta voixQui rompe le silenceJe t'attends toiQui brise l'absence.Dans ma solitudeJe répète ton nomA ma lassitudeJe sais mon abandon.Au seuil du désespoirJe mesure ma tristesseA l'aune de mon espoirJe te tais ma détresse.Toi l'enfant de ma chairTu m'as oubliéeMoi ta mère amèreAu désamour, condamnée.     . PALOMA GUERAN .      
Posté par emmila à 22:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
jeudi 16 novembre 2017

AGNES SCHNELL...Extrait

Des ponts pour ceux qui partentdes ponts ou une impulsionhors des nœuds de la nuit…Ce que tu crois stablen’est que province abandonnéedévastée lapidéesans refuges pour les cruesétrangléetels des souvenirs serrés dans un mouchoir… .     AGNES SCHNELL     .  
Posté par emmila à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 15 novembre 2017

POEMES INEDITS...Extrait

Dur moment dans la voie quand les jours s'obscurcissent quand le chemin se creuse pareil à une tombe Où sont les jours heureux le murmure des voix dans le jardin discret Les visages de ceux qu'on aimait voir à table Où sont les jours heureux où on l'était soi-même sans même le savoir Dur moment dans la voie quand le miroir se brise laissant au fond de nous mille morceaux épars que garde la mémoire Mais sans aucune chance pour nous de se revoir   .   GEORGES HALDAS   .   Oeuvre ?  
Posté par emmila à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 11 novembre 2017

A CE POINT DU SOIR

à ce point du soir c’est là, vois-tu que le verbe devrait se saisir des corps épars des âmes concassées les étreindre au plus vide de leur manque bercer leur moelle et écrire tendrement à même leurs veines le mythe jamais écrit de la consolation   .     FLORENCE NOËL     .        

mardi 7 novembre 2017

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Longtemps après le silence le silence demeure à l'embrasure des lèvres sur la persienne grise un filet blanc de lune une porte rechigne au vent froid un tiroir sans clef... Se souvenir est un choix dans l'opaque des étoiles se cachent -- à dix tu ouvres les yeux et il te semble entendre des rires d'enfants arracher vie aux pièces vides.     .     ANNE MARGUERITE MILLELIRI   .   Photographie Anton Ostlund    
vendredi 3 novembre 2017

AFIN QUE NUL NE MEURE…

A la mémoire de François-Xavier Verschave et pour que la Grande Mort reste rêvée, rêvée seulement.. .   "Je t’offre ce dossier afin que nul ne meure, ni les morts d’hier, ni les ressuscités d’aujourd’hui. Je veux ma voix brutale, je ne la veux pas belle, je ne la veux pas pure, je ne la veux pas de toutes les dimensions. Je la veux de part en part déchirée, je ne veux qu’elle s’amuse car enfin, je parle de l’homme et de son refus, de la quotidienne pourriture de l’homme, de son épouvantable démission. Je veux que tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
jeudi 2 novembre 2017

HENRI MICHAUX...Extrait

J’ai eu froid à ton froid. J’ai bu des gorgées de ta peine. Nous nous perdions dans le lac de nos échanges. Riche d’un amour immérité, riche qui s’ignorait avec l’inconscience des possédants, j’ai perdu d’être aimé. Ma fortune a fondu en un jour. Aride, ma vie reprend. Mais je ne me reviens pas. Mon corps demeure en ton corps délicieux et des antennes plumeuses en ma poitrine me font souffrir du vent du retrait. Celle qui n’est plus, prend, et son absence dévoratrice me mange et m’envahit.   .   HENRI MICHAUX   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 1 novembre 2017

FEDERICO GARCIA LORCA...Extrait

 Je veux dormir un instant, un instant, une minute, un siècle ; mais que tous sachent bien que je ne suis pas mort ; qu’il y a sur les lèvres une étable d’or ; que je suis le petit ami du vent d’Ouest ; que je suis l’ombre immense de mes larmes.   .   FEDERICO GARCIA LORCA     .