jeudi 5 avril 2012

LETTERA AMOROSA...Extrait

"Cet hivernage de la pensée occupée d'un seul être que l'absence s'efforce de placer à mi-longueur du factice et du surnaturel. Ce n'est pas simple de rester hissé sur la vague du courage quand on suit du regard quelque oiseau volant au déclin du jour." . RENE CHAR . Oeuvre Fernand Toussaint
Posté par emmila à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 7 mars 2012

EXIL DE LA POESIE...Extrait

à CEA Andersen blessantes les ailes de la vérité il y a des paradigmes perdus des non-sens pernicieux une place pour la vacuité et des mots qui s'aiguisent il y a des hommes étoilés sur des routes d'exode ne laissant derrière eux qu'une trace légère si légère qu'on n'y prête guère d'attention et pourtant ils ont mesuré l'infini l'absence s'écoule entre les rives du fleuve céleste où le temps s'est noyé. . . . ANDRE CHENET . . . Oeuvre ?  
Posté par emmila à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 12 février 2012

L'HOMME RAPAILLE...Extrait

J'ai fait de plus loin que moi un voyage abracadabrant il ya longtemps que je ne m'étais pas revu me voici en moi comme un homme dans une maison qui s'est faite en son absence je te salue, silence   je ne suis plus revenu pour revenir je suis arrivé  ce qui commence . . . GASTON MIRON . . .  
Posté par emmila à 16:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 19 janvier 2012

NUIT OU NEIGE...Extrait

(...) Lent, si lent silence Qu’il retarde le temps Cil en se posant Sur les paupières closes Les yeux même se taisent Immobile le corps écoute Les secondes muettes Mots étouffant les sons Sons effaçant les mots Dans le puits du silence Silence qui s’accueille Pour qu’en lui se recueille L’écho lointain des mots Des sanglots et des rires Absence où le présent prend sens Présence silencieuse de l’Absent . FRANCOISE BRIANT . Oeuvre Claude Monet
Posté par emmila à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 20 décembre 2011

JACQUES ANCET

Printemps blessé. Vent labouré de songes.Parmi la boue et l'herbe du cheminle pas célèbre un rite très ancien. Braise qui meurt sous la cendre, la plaineau loin s'enfuit touchée par les nuages.Les champs roulent leur houle qui se brise immobile et brutale. Cà et làentre l'écho des pierres solitaires,le cri obscur de lents corbeaux les hante. Pourtant devant le tournoiement des fleursde l'arbre où neige un instant le soleil,l'épine aigüe d'un rêve nous déchire. L'ombre naissante au pied du tronc se fige,l'herbe est une caresse et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 6 novembre 2011

POEMES POUR EMMA

En pensant  ma petite Emma qui a aujourd'hui 6 ans   Il était une Dame TartineDans un beau palais de beurre frais.La muraille était de praline,Le parquet était de croquets,La chambre à coucherDe crème de lait,Le lit de biscuit,Les rideaux d'anis.Elle épousa Monsieur GimbletteCoiffé d'un beau fromage blanc.Son chapeau était de galetteSon habit était de vol-au-vent,Culotte en nougat,Gilet de chocolat,Bas de caramelEt souliers de miel.Leur fille, la belle CharlotteAvait un nez de massepain,De superbes dents de compote,Des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 18 octobre 2011

ADIEU A ANDRE FRENAUD PAR ALAIN SUIED...Extrait

 À la fin, il faut laisser gagner l'ennemi qui avait pris votre place, qui avait noyé votre regard, qui semblait si familier. Tous les chiffres ont fait un zéro pur. À la fin, il faut laisser gagner la lumière : le feu blanc du réel, la flamme atroce de la destruction, le rouge brasier solaire. Sur l'ardoise du néant, il y a un visage. C'est le visage de tous nos rêves. C'est l'héritage amer de l'absence. C'est la souffrance sans voix de l'enfance. Sur l'ardoise du néant, il y un visage. . ALAIN SUIED .
Posté par emmila à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 11 octobre 2011

TERRE SAINTE...Extrait

  Quelque chose nous appelle, nous interpelle et peut être nous oblige. Mais est ce bien la parole ? Ce qui nous appelle ne nous requiert peut être qu’au silence, à son silence, à son mutisme.Écho, juste et seule voix, obsédante rumeur.     L’écho redit. L’écho répète. Il répond dans le même. Il répond dans l’absence.     Voix répondante sans réponse au lieu de l’absence. Qui répétant la question et la question de la question, peu à peu la réduit, l’exténue, l’abolit dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 10 octobre 2011

ARBRE DE DIANE...Extrait

Nous vivons ici-bas une main serrée sur la gorge. Que rien ne soit possible était chose connue de ceux qui inventaient des pluies et tissaient des mots avec la torture de l’absence. C’est pourquoi il y avait dans leurs prières un son de mains éprises du brouillard. . . . ALEJANDRA PIZARNIK . . . Aquí vivimos con una mano en la garganta. Que nada es posible ya lo sabían los que inventaban lluvias y tejían palabras con el tormento de la ausencia. Por eso en sus plegarias había un sonido de manos enamoradas de la niebla. . . ... [Lire la suite]
samedi 1 octobre 2011

IL EST TRES TARD

Il est très tard. Trop tard ? Pour ouvrir cette porte dans la lumière, mandorle d’or où les paupières se ferment à demi sur les yeux éblouis. Passage immobile, adoration muette sans objet. Parfois le corps crispé dans l’impureté du doute, parfois la détresse de la gorge étranglée, la terreur de l’enfant qui s’enfonce et se noie, la solitude disloquée, la fascination soudaine de la mort. Étrangère, étrangère, étreignant à jamais l’absence, l’origine, et si faible, et si nue. Et pourtant…la joie, la joie si simple, si proche, la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,