mercredi 10 juin 2009

UN COUP DE DE ABOLIT LE HASARD

Ce sont des instants opaques dont le mystère a embrassé tous les présages. De ces jours longs, de ces espérances vaines perforées de petites joies, de ces sourires modelés de circonstances, de ces silhouettes bancales, redressées pour l’image et qui vous font paraître hommes, femmes, passagers du même train. Pris dans cette attente qui n’attend rien que certains nomment chagrin. Sur votre corps l’absence se répand comme l’ombre du crépuscule sur la ville en pleurs. Doucement. A allure d’homme. Et elle vous plonge dans cette vie qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 25 mai 2009

SON HISTOIRE

Il berce les vagues. S'abandonne aux élans passagers qui le guident en des recoins secrets de son être multiple. Il respire des effluves de bruyère et d'ajoncs. Ne s'attarde jamais. File. File plus vite que les nuages plombés d'incertaines pluies d'orage. N'aperçoit que les lignes blanchies de ses absences. . SOPHIE  MASSON .
Posté par emmila à 22:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 18 juillet 2008

LE NAGEUR D'UN SEUL AMOUR

Comme un enfant d'autrefois dont le cri se perd Dans un verger de pommes blanches Quand la lune couvre tout de son amour Je revois dans un miroir désert Mes souvenirs avec des cannes blanches Et je ne sais pas qui d'eux ou bien de moi Est le plus à plaindre Tellement les années sont cruelles Lune légère ô miroir d'absence ... . GEORGES  SCHEHADE (1985) .
Posté par emmila à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 18 juin 2008

SI TU ES BELLE COMME LES MAGES DE MON PAYS....

Si tu es belle comme les Mages de mon paysO mon amour tu n'iras pas pleurerLes soldats tués et leur ombre qui fuit la mort- Pour nous la mort est une fleur de la penséeIl faut rêver aux oiseaux qui voyagentEntre le jour et la nuit comme une traceLorsque le soleil s'éloigne dans les arbresEt fait de leurs feuillages une autre prairieO mon amourNous avons les yeux bleus des prisonniersMais notre corps est adoré par les songesAllongés nous sommes deux ciels dans l'eauEt la parole est notre seule absence . GEORGES   SCHEHADE ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 05:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 22 mars 2008

POEMES PAR AMOUR ..Extrait

Quel oiseau ivre naîtra de ton absence toi la main du couchant mêlée à mon rire et la larme devenue diamant monte sur la paupière du jour c’est ton front que je dessine dans le vol de la lumière et ton regard s’en va sur la vague retournée sur un soir de sable mon corps n’est plus ce miroir qui danse alors je me souvienstu te rappelles toi l’enfant née d’une gazelle le rêve balbutiait en nous son chant éphémère le vent et l’automne dans une petite solitude je te disais laisse tes pieds nus sur la terre mouillée une rue blanche et un... [Lire la suite]
mardi 15 janvier 2008

FRAGMENT D'UN LIVRE FUTUR...

Tu dors englouti dans ta nuit. Tu es en paix. Moi je griffe les murs glacés de ton absence, les murs non fissurés par le temps qui ne peut durer sous tes paupières. Toi la cendre. Moi le sang. Feuille légère, ta voix. Pétrifié ce chant. Toi tu n'es même plus toi. Moi, ton vide. Moi, mémoire de toi, léger, lointain, qui ne pourras plus jamais te souvenir de moi. .JOSE ANGEL VALENTE
Posté par emmila à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,