vendredi 28 septembre 2018

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Un jour les mots se cendrent -- Est-ce une arythmie des sentiments ? Est-ce le chagrin ? Est-ce l'absence ? D'où vient-elle toute cette cendre ? Etqu'est-ce qui a brûlé ? Les yeux brûlent sans larmes Les mots meurent sous la cendre --Ce que tu lis te délitCe qui te délit te désécrit Quelqu'un gît en creux où il n'est plus Traces de pas et toute cette cendre -- D'où venue ?     .     ANNE MARGUERITE MILLIRI     .

vendredi 21 septembre 2018

RIVES EN CHAMADE...Extrait

Après ton départJe veux respirer l'ocre de ta naissanceDes souvenirs tremblés font fuir la mémoire de ta voixEgarée dans l'absence de ton amourJe voyage à travers la richesse de ma lignéeLa patience du temps me conduit à la frontière de tes chantsDans cette nuit-làDes larmes muettes s'étalent au pied du tombeauLe sommeil affectionne les pentes lointaines de NoëlDans cette nuit-làDes larmes muettes fleurissent ta sépulture de granitTu savoures l'étreinte éternelle de la femme aiméeCelle qui a rétabli ton paysTrop faible encore pour... [Lire la suite]
mardi 21 août 2018

LES OISEAUX DANS LE CIEL DE GAZA

Il n’y a pas d’oiseaux dans le ciel de Gaza, aucun vent ne porte les plumes de leurs ailes, aucune brise n’apporte la senteur des saisons. Les saisons : portes de sang à l’infini. A Gaza, l’air est lourd   triste   pollué occupé. Les gens ne considèrent plus les corbeaux et les hiboux comme les oiseaux de malheur, les corbeaux noirs ont abandonné les cimes des cyprès et ont cessé de croasser, les hiboux ne trouvent plus dans les arbres assez d’obscurité pour s’y réfugier... [Lire la suite]
samedi 4 août 2018

L'AUTRE NOM DU VENT...Extrait

Les mains sont-elles vides, quand personnen’est plus là pour les guider ? Elles se tendent,se tordent, se cassent, vouées à l’impuissance.Nous regrettons les beaux hivers que la neige attiseentre deux tempêtes, les nuits nous semblent identiques,qui s’accumulent. Nous appelons « les morts »ceux qui nous ont aimés dès qu’ils échappent à la vue, nous les mettons un peu plus à l’écart.Pourquoi nous auraient-ils abandonnés ?Nous seuls les trahissons, aucun langage n’évite de mentir, aucun ne nous permet de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 24 juillet 2018

POEMES POUR RAOUDHA...Extraits

  En présence des illuminations d’Ibn Arabi  et des oiseaux d’Attâr  mon cœur est uni  vêtu des fleurs de l’Andalousie  je dévoile l’histoire du papillon de Raqqa  qui danse sa mort  et Jamila multiplie Raoudha  l’azur éternel de l’enfance  j’écris sans écrire la transe  le maqâm de l’infini cosmique     ...   Comment démêler le désert le linceul et les psalmodies du vent comment redéfinir l’éloge du vide l’absence comment retrouver les... [Lire la suite]
lundi 23 juillet 2018

POEMES POUR RAOUDHA...Extrait

J’habite les rires de l’eau les veines du marbre le secret des voûtes les cordes vocales des fenêtres et du vent  en présence du voyageur perplexe des signes je bois le sourire berbère de Farah la mer blanche du milieu notre mémoire bleue et la tragédie des brûleurs de vagues qui n’auront jamais touché leur Ithaque fantasmée ô Lampedusa madre il te reste le silence l’absence et des cadavres sans linceuls     .     AHMED BEN DHIAB     .   Sculptures... [Lire la suite]

lundi 25 juin 2018

BIRAGO DIOP...Extrait

Je voudrais vous dire des choses si tendres,Vous murmurer des mots si doux,Que seules les fleurs mortes peuvent entendreCar c'est tout ce que j'ai de vous.Je voudrais vous confier mon rêve de folieMon beau rêve si insensé,Hanté par le spectre de la mélancolieOù viennent sombrer mes penséesJe voudrais vous dire pourquoi mon âme pleureQuand tout aime et refleurit,Pourquoi elle gémit à la fuite de l'heureQui part sans apporter l'oubli.Je voudrais vous dire comment je vous adore.Hélas je ne le pourrais pas,Et c'est en mon rêve qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 9 juin 2018

ROSTRO DE VOS

J’ai une solitudesi pleine de genssi pleine de nostalgieset de visages de toid’adieux passéset de baisers bienvenusà la première occasionet en dernier recours j’ai une solitudesi pleine de gensque je peux l’organisercomme si c’était un défilépar couleurstailleset promessespar époquespar toucherpar saveur sans hésiterje m’enlace à tes absencesqui viennent et m’assistentavec mon visage de toi je suis plein d’ombresde nuits et de désirsde nombreux rireset de quelquesregrets mes hôtes accourentarrivent comme des rêvesavec leurs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mardi 5 juin 2018

LES ARBRES VERSENT AUSSI DES LARMES...Extrait

   Il est encore ditdans le village d'où je viensque les arbres aussi versent des larmeslorsque perdurel'absence des oiseauxsur leurs branches    .   ALAIN MABANCKOU   . Afrique
Posté par emmila à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 5 mars 2018

A MON AMI YVES

C'était un code entre nous, tu signais Ton barbare quand, de ton pays lointain, tu m'écrivais ces longues lettres où tu me partageais tes plus grandes révoltes, tes plus belles utopies . D'un grand ciel ouvert, tu me confiais tes rêves d'athée et ceux de gavroche romantique. Tu t'étais trompé d'époque, tu le disais. Tu ne supportais pas ceux qui voulaient rabattre tes ailes. Sans justification, nos parcours fraternels jumelaient une alliance Nous étions ceux qui se parlent vrai, qui se savent vrais. Mes rectitudes, mes quêtes, te... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,