lundi 16 septembre 2013

AURELIEN...Extrait

« Qui a le goût de l’absolu renonce par là au bonheur... …Pourtant, si divers que soient les déguisements du mal, il peut se dépister à un symptôme commun à toutes les formes, fût-ce aux plus alternantes. Ce symptôme est une incapacité totale pour le sujet d'être heureux. Celui qui a le goût de l'absolu peut le savoir ou l'ignorer, être porté par lui à la tête des peuples, au front des armées, ou en être paralysé dans la vie ordinaire, et réduit à un négativisme de quartier ; celui qui a le goût de l'absolu peut être un innocent, un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 13 juillet 2013

L'ILLUSION PROTECTRICE

L’image conservée par mes yeux apprivoise le temps. Elle s’éternise comme une brume recouvrant le jour. L’illusion d’être ce que j’ai été prolonge le refuge de tendresse que tu incarnes. L’intemporel s’accomplit d’un amour sublimé. Hier est à l’abandon dans les débris de notre histoire. Face à moi, l’orgie de lumière balaie la mémoire pure. J’ai les yeux qui piquent et le cœur décroché de toute tentation. Je m’abstiens du vide, il n’est pas plus profond que l’absence de sens. La blessure grondante n’est pas à l’abri du pire. Sans toi,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mardi 8 janvier 2013

VENTS DES PRESENCES/ VIENTOS DE PRESENCIAS...Extrait

Chaque révolte radicale, c’est à dire non négociable, se fait dans une présence d’immanence au tout. Cette dimension ontologique du soulèvement est inaliénable, les fers ou la mort n’ont pas de prise, puisqu’il s’agit pour la conscience humaine d’une entrevue avec l’absolu de sa liberté et sa proximité avec l’infini. Cet engagement total pour s’arracher aux médiations ténébrales du discours dévoile les horizons comme des seuils et non comme des images d’infini La révolte pure montre les emplacements de l’invisible dans... [Lire la suite]
dimanche 14 octobre 2012

AURELIEN, BERENICE ET SON GOÛT DE L'ABSOLU...Extrait

« ...le goût de l’absolu... »« …Pourtant, si divers que soient les déguisements du mal, il peut se dépister à un symptôme commun à toutes les formes, fût-ce aux plus alternantes. Ce symptôme est une incapacité totale pour le sujet d'être heureux. Celui qui a le goût de l'absolu peut le savoir ou l'ignorer, être porté par lui à la tête des peuples, au front des armées, ou en être paralysé dans la vie ordinaire, et réduit à un négativisme de quartier ; celui qui a le goût de l'absolu peut être un innocent, un fou, un ambitieux ou un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 26 août 2011

MAL ENTENDU

— Je n’écris pour personne. — Ah! Vous êtes poète? — Absolument. — Comment dites-vous? — Je vous ai dit oui. — J’avais cru comprendre : L’absolu ment. . ANDRE BRINCOURT .   Oeuvre Gustave Courbet
Posté par emmila à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 16 mai 2011

TOUT L'OR D'ALCANTARA

Les Muses ont déversé tout l’or d’Alcantara aux portes de l’Olympe où nous nous sommes aimés. La Lyre m’a donné la Rose, l’Hortensia La fleur qu’aucun Dieu n’avait jamais cueillie Aux pieds de cette montagne, j’irai cracher ma peine et arracher le coeur à l’Ame que j’ai perdue J’irai rejoindre Ulysse, Abraham, Chimène Agrandir le soleil, éteindre l’Absolu . WINSTON PEREZ . Oeuvre Didier Delamonica  

dimanche 30 janvier 2011

CE N'EST QUE VIVRE...Extrait

Le parfum des pétunias  la saveur des oranges  est-ce là le bonheur ?  ou bien faut-il espérer l’impossible   et parler d’absolu avec nos mots de paille ? .. .COLETTE  GIBELIN .. .Oeuvre Andrée Desrochers
Posté par emmila à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 29 janvier 2011

NOUS LES POETES ...Extrait

           J'ai une préférence pour les êtres doués de naufrages,                       non soustraits à la tentation de respirer plus fort. Submergés d'Absolu jusqu'à en perdre haleine.       Terrestres essentiels,                       ils ne vivent pas emmurés dans les évidences et les           ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 28 janvier 2011

RENE CHAR

Quelques êtres ne sont ni dans la société ni dans la rêverie. Ils appartiennent à un destin isolé, à une espérance inconnue. Leurs actes apparents semblent antérieurs à la première inculpation du temps et à l'insouciance des cieux. Nul ne s'offre à les appointer. L'avenir fond devant leur regard. Ce sont les plus nobles et les plus inquiétants. . RENE  CHAR . Oeuvre Olivier Gringas
Posté par emmila à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 8 janvier 2011

LE CHERCHEUR D'ABSOLU...Extrait

 Soustraire, se soustraire ; prendre l'essentiel non seulement d'objets mais de pensées, cet allégement est déjà une philosophie. Le désert n'est pas complaisant. Il sculpte l'âme. Il tanne le corps. Il faut supporter le soleil intense du jour, le froid de la nuit. Trouver de l'eau, cette richesse. Supporter de perdre le sens du temps et de l'espace. Ceci n'est pas réservé qu'aux novices. Si ce vertige prend un Touareg, vous le verrez s'allonger, se recouvrir de son burnous. L'arrêt, le sommeil, l'obscurité, le silence le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,