mardi 2 février 2016

AGNES SCHNELL...Extrait

On pensait jouir de l’infimeombre d’un oiseauchaîne rongée des barqueschuchotis des herbessous la caresse du fleuve…En nos ravins et gravatsen nos lisières flouesla voix jaillissaitet berçante   nous dominait.Il y a de toi à moides pierres que l’on traîneet le sable toujours irritant.Il y a la lumièrele tumulte de l’ignitionet la faim houleuse.Nous sommes soudaindéplacés       destituéstels des insectes évidésun jour de pierre humideet d’enfance éteinte. .   AGNES SCHNELL   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 23 janvier 2016

LES MAISONS DE MA GRAND-MERE...

Un mois déjà... .    Ma grand-mère paternelle, Maria, était une forte femme. Dans tous les sens du terme et plus particulièrement dans son caractère.Solide Flamande, elle savait ce qu'elle voulait et ne se laissait jamais influencer. Elle avait élevé ses neuf enfants quasi seule : mon grand-père était ouvrier saisonnier "loué" et partait souvent pour plusieurs mois.J'ai connu mon aïeule un peu plus de vingt ans et je lui ai connu une dizaine de maisons, au moins !Elle arrivait chez nous, souvent à l'improviste, et disait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 18 janvier 2016

NUIT

J’évite encore la mort en écrivant un poème Alain Borne .   Gravées dans le béton ou sur l’écorce les traces résistent.   La nuit est venue tôt sur le ciel trop bas. L’eau gronde près des arbres hauts. L’odeur des fruits migre lentement vers une autre saison. On pense aux sources qui naissent et s’éloignent sans nous apaiser.   On reprend le livre usé le dialogue avec le poète mort depuis des ans.   Son chant            ses mots tissent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 17 janvier 2016

COMME SI

Poids de terre ou de mousse à soulever à refuser Pourvu que l’on garde entrouverte la porte et cette vibration partagée que l’on n’ose nommer. Pourvu que l’on frappe à poings serrés à poings noués pourvu que l’on soit. Miel amer. Abords du fleuve        éboulés duvets de pollen posés sur le temps et cette nuit qui pèse  silences ou rumeurs peu importe, il faut faire comme si… Pourvu que la porte soit entrouverte et que les vents se pressent pour balayer      ... [Lire la suite]
vendredi 1 janvier 2016

UN POEME

A vous tous , amis et passants Un poèmece n’est presque rienc’est léger délicatun mot de trop ou trop peuet tout se corromptUn poèmec’est une porte ouverteune source où se noie la pluieun goûter de fruits et de chocolatles pieds nus de l’enfancec’est ce qui a étéou n’est pas encorec’est un frisson d’herbeune odeur de saison mûreun couloir frais où l’on se cachec’est aussiune écharde dans un poing durciune invitation pour un exill’énigme d’une aile…     AGNES SCHNELL       Oeuvre René... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 31 décembre 2015

LE MOT DE LA FIN...

Quelques unes de tes paroles Agnès....     "  Une heureuse fin de semaine à vous toutes et tous, amis ! Que le soleil soit avec nous. J'écoute le chant des merles... avant de partir au lac et en forêt.A lundi ! Je n'aime ni l'hiver ni les étés trop chauds... et ce depuis toujours. Seuls le printemps et l'automne m'attirent. Je vous salue toutes et tous qui passez... Au fond, pourquoi toute cette recherche, ce besoin de dire, de donner à voir ? Qu'as-tu enfermé dans ce poing crispé ? Un mystère, une douleur,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 31 décembre 2015

POEME A CRIER...Extrait VIII

Tu as bercé tant de fruitstrop froids pour toi.Ils n’ont pu te retenirni retenir la menace de tes cyclones.Le tempsles portes se fermentles maisons se fissurent.Tu as longtemps cultivé tes abîmestu attendais les soirs denses où seuls le silence et ton âme parleraient.Mais échappe-t-on à soi-même ?Ah ! Ne laisse pas se romprece fil qui reliesans appuyerne laisse pas se perdrela voix qui appelle.Tant de foistu as consolé    écoutéet voici que le manque te blesseet l’absenceivresse barbarepour ta soiftoujours trop... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 26 décembre 2015

A CEUX QUE J'AIME ET QUI M'AIME - POUR AGNES...

Pensées pour Agnès Schnell et les siens     Quand je ne serai plus là, lâchez-moi !Laissez-moi partirCar j’ai tellement de choses à faire et à voir !Ne pleurez pas en pensant à moi !Soyez reconnaissants pour les belles annéesPendant lesquelles je vous ai donné mon amour !Vous ne pouvez que devinerLe bonheur que vous m’avez apporté !Je vous remercie pour l’amour que chacun m’a démontré !Maintenant, il est temps pour moi de voyager seul.Pendant un court moment vous pouvez avoir de la peine.La confiance vous apportera... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 22 décembre 2015

AGNES SCHNELL...Mémoire

  Un être qui "s'éteint" ne fait , tel le soleil , qu'étendre sa lumière sur un lieu différent , poursuivant sa course sur le chemin.   Vole, vole mon bel oiseau !  Toi qui aimais tant la nature, les arbres, le chant des merles, les être épris de liberté...Un jour, tu as dit " Lorsqu'on a une amie, on se choisi une soeur..." Une soeur, tu le fus pour moi, au delà de toute considération familiale, et ces quelques années avec toi me furent précieuses... Je te remercie ma douce, Agnès, ma soeur, pour tous les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 21 décembre 2015

MOTS, MOTS, MOTS

Tous ces mots dont on avorte par rage, par colère ou dégoût, tous ces mots qui nous brisent de l’intérieur, sournoisement, sans éclats, sans rien laisser paraître sinon peut-être une soudaine matité du regard, une lenteur du geste, tous ces mots inquiétudes taraudantes qui minent insensiblement… Tous ces mots que l’on crache par dérision, par rejet. Un semblant de détachement qui ne laisse que sable et cendres dans la bouche, amertume, morosité, nostalgie qui racle et creuse parce qu’on veut plus encore, parce qu’on veut jusqu’au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,