mercredi 13 février 2019

GAZA

Mère:PalestinePère : le mondeAgée comme la TerreProfession : survivre Là-baschaque jour un hommeEt une femme qui voit en lui,comme toutes les femmes de la Terr,un être cher et beau,un homme ensanglantéqui gît sur une civièreau lieu de grandir et de vivrecomme tous les enfants de la Terre.   Gaza crie :« Mon ventre, porteur de vie,déchiquetécomme le corps de mes parents,le corps de mes frèreset de mes enfants. A la place des cadeaux sous le sapin,leurs corpsempaquetés dans le papier cadeau de la mort.... [Lire la suite]

mercredi 28 novembre 2018

LAMBEAUX...Extraits

Un soir d'été, tu t'échappes en cachette avec une couverture sous le bras. Tu déplies ceĺle-ci au milieu du pré, t'étends sur le dos et passes la nuit à contempler ce ciel où frémissent des millions d'étoiles. Tu interroges, scrutes, demeures longtemps dans une stupeur émerveillée. Puis soudain, la foudroyante conscience que tu n'es rien. Qu'un être humain n'est rien. Que ta vie n'a pas plus d'importance que ces brins d'herbe pris entre tes doigts. Grelottante, déprimée, tu regagnes ton lit quand le jour se lève, te demandant si l'on... [Lire la suite]
lundi 15 février 2016

OU QUE ME PORTE MON VOYAGE, LA GRECE ME BLESSE

A Pilion, parmi les oliviers, la tunique du centaure Glissant parmi les feuilles a entouré mon corps Et la mer me suivait pendant que je marchais Où que me porte mon voyage, la Grèce me blesse   A Santorin en frôlant les îles englouties En écoutant jouer une flûte parmi les pierres ponces Ma main fut clouée à la crête d'une vague Par une flêche subitement jaillie des confins d'une jeunesse disparue Où que me porte mon voyage, la Grèce me blesse   A Mycènes, j'ai soulevé les grandes pierres et les trésors des... [Lire la suite]
lundi 16 avril 2012

L'ANTAGONIE...EXTRAIT

"Combien de signes encore, combien d'aurores? A regret l'encre s'effiloche, non la fin. Elle ne s'effiloche pas, la fin. Elle retient son souffle mais rien n'est moins sûr. Quand elle est là l'encre s'éclipse adieu stylo".    Agonie d'encre en direct.com A peine un fil. Ratures non autorisées. Prennent trop de sève".   "Veillée de larmes pour une encre enfin défunte. Enfin...bientôt. Quand ce sera l'heure. A mieux me souvenir voilà cinq jours, et non quatre, qu'elle périclite. Quelle santé, la mort." . . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 29 mars 2011

DE TERRES ET D'ECUMES

Il est avec celui dont le sang ne cesse de se répandre Sur les parquets vernis Et il ne reconnaît plus cette écriture qui est la sienne, Ce sang agité qui est le sien. Retourner à la terre comme le plus petit grain de blé Produit des miracles, Serrer des mains ou des corps, Aller et venir, mais seul, O la grande solitude, O jalousie profonde et douloureuse, tellement douloureuse. Il refuse, fier, de partir sur des traces, De suivre ou de guider, D’espérer ou de susciter, De parler le langage de la vanité qui le poursuit, ils... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 27 septembre 2010

LORCA

  ‘’l’agonie, l’agonie            toujours’’            pense à cela quand tu tues un cafard            ou que tu prends un rasoir pour            te raser             ou le matin quand tu t’éveilles            pour            faire face au ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,