samedi 30 mars 2019

LA NUIT LA MER APRÈS AILLEURS D'AUTRES CIELS

Rêve de  ne plus dormir ou verser  dans le long sommeil de la nuit dés-astres sans Lumière    .   Les Moires  les  Parques  infatigables filandières    La folle Camarde    la Grande Faucheuse Ô figures de la  Mort   dont le O ouvert sonne creux résonne comme un euphémisme caverneux Aveu capital    aux cent vains  maux      tellement démuni qui survient     tôt ou tard au terme... [Lire la suite]

dimanche 30 décembre 2018

LE SOUFFLE ET LA SEVE...Extrait - HOMMAGE A UN AMI DISPARU EN 2018...BRUNO ODILE

  Ce matin, la vitalité de la beauté me communique son désir d’élévation. Feuilles d’automne tombées dans le miroir des saisons, je vous aime fringantes et craquantes lorsque le pas du marcheur vous écrase. La rosée toute nue s’adosse aux premières lueurs du jour et le mur sur lequel je m’appuie se repeint à la clarté des ombres traînantes. L’esthétisme a le goût des rencontres. Pour lui, la solitude n’est pas un lieu privilégié, au contraire elle s’accapare l’objet même du beau pour le couvrir de toutes nos zizanies... [Lire la suite]
mercredi 3 mai 2017

DE L'EGO OU DU SAIN CREDO ?

D'aucuns avancent aisément ou d'un commun accord                   Egoconfinant alors au devant de la scèneau con-sensus    de circonstanceMais je leur oppose                        Credol'envers sibyllin des sensl'immémoriale allégeancedu nomade   du passeur  sans paraître Un oiseau    un voilier    au loinunitivement lient les horizons extasiés de la mer et du ciel Ils fondent l'espoir... [Lire la suite]
dimanche 14 juin 2015

SPLEENETIQUEMENT...BLANC ET BLEU

Radieuses Ondes de lumièreOcéanes langueursLointains rouleaux Infiniment blancs et bleusDes rivages désertiquesÉcheveaux d'embruns dorés Que les vents de sable Délient dans le couchantVous réveillez encore Entre l'effluve du jasmin La fleur du myrte La pureté et l'innocenceD'un champs d'étoiles Ramenez-moi Au temps des barques Bleu-de-ciel De ma tendre enfanceLà-basCouchées sur la duneA l'abri de la lagune Il flotte comme un parfum musquéCe nard que les nues Convoient depuis l'OrientEt les rêves éveillés De nos longs voyagesD'antan... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 5 janvier 2013

UN HOMME SANS MANTEAU...Extrait

Quand je dis les pommes blanches du plaisirla table ronde du sommeilet le regard brisé des fontainesquand je parlede la neige aux chiens bleusou de la nuit qui souffredu vagabond qui vaune bougie d'ombresdans la mainquand je nommeverger la patienceraisin le goût des lèvreset jardin ton visageje me comprends"   .   JEAN- PIERRE SIMEON   .   Oeuvre Michaël Parkes    
Posté par emmila à 04:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 15 décembre 2012

DANS LA GUEULE DU LOUP

à Cristina . J'écris un poème et j'y laisse des lambeaux de ma peau un poème tu aimes ? Peut-être te souviendras des nuits blanches sous les arcanes d'une lune de toute beauté ou regretteras-tu les chansons d'amour où s'exprimaient toute la félicité du monde j'écris un poème avec un passereau dedans et un arbre pour qu'il y fasse son nid j'écris un poème avec des brindilles des cheveux de la terre et de la salive et toi qui passeras par là tu entendras son chant avant que ne tombe la nuit tu comprendras pourquoi la vie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 12 décembre 2012

QUELQUES DIFFICULTES DU COTE DE LA PAROLE

Le sublime ayant été décrété inhabitable à l’issue           d’un long acharnement thérapeutique le poète coffré, bête en cage, dans l’idée de la mort dut se résigner, tête sur le billot, à offrir sa voix           en holocauste aux dieux par contumace des ordinateurs. Il parlait en dessous avec l’accent des sources crissant d’appels au secours taraudés d’insomnie, de           blasphèmes rentrés et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 9 décembre 2011

LIEU DE MA NAISSANCE

(...) une larme entre deux fleurs sauvages déshabillant les orages la moisson des terres cultivées la passion des mains appliquées au champ de cannes juste une larme entre deux fleuves Artibonite et le Guayamuco simples tracés d’esclaves au temps béni des colonies j’aime cette terre pour la fringale et les friandises d’enfant partagées à la soignée de nos membres j’aime cette terre pour son nom inscrit sur la pierre balafrée des libertés j’aime cette terre pour l’odeur du petit-mil de la moisson espérée j’aime cette terre pour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 19 janvier 2011

JALEL EL GHARBI

Or le monde s’ouvrait au chapitre Du lièvre matinal, Dans sa course onéreuse, A la page Du duvet sur la douceur Des fruits Et à la ligne du ciel nu sous sa fourrure De nuages Son chemin traverse la route Qui va derrière le paysage De quelle propension es-tu l’allégorie ? C’est la course du lièvre C’est le galbe de son chemin C’est le signe de son passage Que je cherchais à saisir Or le lièvre, le duvet, les fruits, la fourrure, le ciel, les nuages, la route, le chemin,... [Lire la suite]
mardi 30 novembre 2010

MA VIE SANS MOI...Extrait

Par un jour bien plus beau que la cruauté même,Avec l'appui des vents gorgés, grisés d'écume, La mer, mortellement gémissante et hautaine, Plus que moi souveraine hôtesse de mes veines,M'a couvert à jamais du désastre des brumes.Chevaux jadis amis, secours menteur des rives,Seuils où mon souvenir s'esseule comme un cri,Collines d'où mon âme sous ses feuilles flairait la nuit,Et vous confins d'esprits embellis de démence, Que ne me guidiez-vous plus bas que la souffrance ?Plus que la mort, à jamais errant indifférent, Exilé de la mort... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,