mardi 21 août 2018

JE SUIS CET HOMME

  Je suis cet homme inconsolé de t’avoir tant aiméeQui croyait être né pour être ton hérosCet homme à bout de souffleA force d’avoir couru après tes étoilesQui croyait que la nuit se couvrait de ta peauJe suis cet homme inconsolé de t’avoir tant aiméeQui croyait que l’enfance ressemblait à tes seinsCet homme à bout de soifA force d’avoir creusé l’ambre de tes yeuxQui croyait être né pour être ton sorcierJe suis cet hommeFeu de joieFeu de pailleQui croyait que les flammes chantaient l’éternitéJe suis cet homme qui refusait le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 16 août 2018

ANAÏS NIN, LETTRE A ANTONIN ARTAUD

"Le toi qui fait presque mal tellement il lie..."  18 juin 1933.   . "Nanaqui,   Je voudrais revivre mille fois ce moment sur les quais, et toutes les heures de cette soirée. Je veux sentir encore cette violence et votre douceur, vos menaces, votre despotisme spirituel… toutes les craintes que vous m’inspirez, et les joies si aiguës. Craintes parce que vous attendez tant de moi… l’éternité, l’éternel… Dieu… ces mots… Toutes ces questions que vous m’avez posées. Je répondrai doucement à vos questions. Si j’ai... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 15 août 2018

GERARD PFISTER....Extrait

Ecrire pour nous rappeler à l’évidence.A ce qui est en nous, et plus vaste que le langage.Plus grand que nous, et qui n’a pas de nom. Faire sentir, abrupt, ce qui en nous dépasse tout de nous.A nouveau, la lumière. La belle lumière. Comment le langage dirait-il le toucher de l’ange ?Quel langage pour ce saisissement, pour cette étreinte ?Quel langage pour cet amour ?Est-ce poésie le balbutiement qui en témoigne,ces mots qui tentent en vain de retrouver ? Il n’y a rien d’autre à écrire, à récrire toujours que cela.Et, toujours, le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 12 août 2018

SORTS / CONJUROS

Merci Cristina mia... Aimer, c'est être seulIrrémédiablementAu-delà des êtres et des choses.Parce qu'aucune grâce ne s'apparenteÀ cette joie qui rend l'intelligenceL'incertitude du passage des vies.Ce n'est pas posséder,C'est, au contraire,Tout abandonner,Retour à la pauvreté primordiale,Être nu comme devant Dieu,Sans autre richesseQu'un chantEntre les lèvres pensifs.   .     Amar es estar solo irremediablementemás allá de los seres y las cosas. Porque ninguna gracia se asemeja a esa dicha que... [Lire la suite]
dimanche 5 août 2018

LE DRAP DEPLIE...Extrait

Le jour dans ma paumeéclairée d’oiseauxapprofondie dans un couvent de branchespar le painl’aile en prière sur la bouchede qui n’est plus rienqu’un souffle    ...   Ne penser qu’à la lumièred’écrireet vivre        un chemindans les herbesde n’être riensans l’oiseaud’aimer   .     THIERRY METZ     .       Oeuvre  Fresque romaine  
Posté par emmila à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 4 août 2018

L'AUTRE NOM DU VENT...Extrait

Les mains sont-elles vides, quand personnen’est plus là pour les guider ? Elles se tendent,se tordent, se cassent, vouées à l’impuissance.Nous regrettons les beaux hivers que la neige attiseentre deux tempêtes, les nuits nous semblent identiques,qui s’accumulent. Nous appelons « les morts »ceux qui nous ont aimés dès qu’ils échappent à la vue, nous les mettons un peu plus à l’écart.Pourquoi nous auraient-ils abandonnés ?Nous seuls les trahissons, aucun langage n’évite de mentir, aucun ne nous permet de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 1 août 2018

RAYUELA...Extrait

Je touche tes lèvres, je touche d’un doigt le bord de tes lèvres, je dessine ta bouche comme si elle naissait de ma main, comme si elle s’entrouvrait pour la première fois, et il me suffit de fermer les yeux pour tout défaire et tout recommencer, je fais naître chaque fois la bouche que je désire, la bouche que ma main choisit et qu’elle dessine sur ton visage, une bouche choisie entre toutes, choisie par moi avec une souveraine liberté pour la dessiner de ma main sur ton visage et qui, par un hasard que je ne cherche pas à... [Lire la suite]
mardi 31 juillet 2018

ANTOINE DE SAINT-EXUPERY

Il y a tout juste 73 ans, ce 31 juillet,Le petit prince Antoine de Saint-Exupéry,Profitant, je crois bien, d'une migration d'oies sauvages,Rejoignait, son mouton sous le bras, sa petite planète et sa rose. Il avait raconté ce départ, quelques années auparavant,Dans un livre qui n'est pas vraiment un livreMais plutôt une sorte de missive, à la fois amère et joyeuse, Adressée à l’enfant qu’il était restéPour s'encourager malgré tout à croire, à aimer et à sourire à la vie jusqu'au bout. Il en avait suffisamment appris sur les... [Lire la suite]
lundi 30 juillet 2018

LE CORPS UTOPIQUE...Extrait

Or, si l'on songe que l'image du miroir est logée pour nous dans un espace inaccessible, et que nous ne pourrons jamais être là où sera notre cadavre, si l'on songe que le miroir et le cadavre sont eux-mêmes dans un un invincible ailleurs, alors on découvre que seules des utopies peuvent refermer sur elles mêmes et cacher un instant l'utopie profonde et souveraine de notre corps. Peut-être faudrait-il dire aussi que faire l'amour, c'est sentir son corps se refermer sur soi, c'est enfin exister hors de toute utopie, avec toute sa... [Lire la suite]
vendredi 27 juillet 2018

ALDA MERINI...Extrait

Puis faites l'amour.Pas de sexe, juste de l'amour.C'est ce que je veux dire.Les baisers lents sur la bouche,Sur le cou,Sur le ventre,Sur le dos,Les morsures sur les lèvres,Les mains tressées,Et les yeux dans les yeux.Je veux dire des câlins si serrés.Pour devenir une seule chose,Des corps piégés et des âmes en collision,Caresses sur les rayures,Des vêtements enlevés avec les peurs,Bisous sur les faiblesses,Sur les signes d'une vieQue jusqu'à ce momentC'était un peu fané.Je veux dire des doigts sur les corps,Créer des... [Lire la suite]