mercredi 20 janvier 2016

CHANT POUR LE JARDIN DE L'EAU

L'eau inaugure le lieu L'eau, âme libre venant à toi du moindre obscur Écoute l'eau toi qui passes cette porte Premier pas est l'amour Tous les suivants gravissent la mémoire pour saluer les passants Ici, nul étranger Tous frères nous sommes venus glorifier la pureté de l'eau Ô souveraine qui veilles à la pureté n'oublie pas qu'entre tes mains l'eau fait fleurir l'âme et coule jusqu'à l'infini Rien ne te sépare de cet air rien de ce silence Que je touche une pousse revient pour moi à toucher l'étoile Notre nature est la même Ici.... [Lire la suite]

mercredi 20 janvier 2016

NICOLAS FOUGEROUSSE

"Au cœur de notre vie, au cœur des êtres qui nous entourent, la rumeur du monde avance. Il ne s’agit pas tant de se marginaliser ni même de décrier cette rumeur mais plus d’accepter et de laisser entrer ce de quoi nous sommes faits : d’ombre et de lumière. La rumeur veut du beau et du fort. Notre solitude accueille le doute et la fragilité. Il s’agit donc de compromis et d’équilibre, comme toujours. Vivre en poésie, c’est marcher sur le fil imaginaire de la joie, du simple, du lent, du sensuel mais aussi sur celui de la jubilation, de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
samedi 16 janvier 2016

AIRE FRAICHE...Extrait

Un jour, nous retrouverons nos pigeons.Et la gentillesse prendra par la main la beauté.Le jour où le plus humble des hymnes sera un baiser.Et chaque être, un frère pour chaque être.Le jour où les gens ne fermeront plus les portes de leurs maisons.La serrure sera une légende, et pour vivre : le cœur suffisant…Le jour où chaque parole signifiera aimer,Afin que tu ne cherches plus le mot dernier.Le jour où la musique de chaque parole sera la vie.Pour que je ne saigne plus à chercher la dernière rime au dernier poème.Le jour où sur chaque... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 16 janvier 2016

AÏDA DANS LE MIROIR...Extrait

Je t’aimeAu-delà des frontières de ton corps Donne-moi Les miroirs et les enthousiastes papillons de nuitLa lumière et l’eau de vieLe ciel haut et l’arc large du pont Donne-moiLes oiseaux et l’arc-en-cielEt réitère le dernier cheminDans la gamme que tu joues ! Je t’aimeAu-delà des frontières de mon corpsDans ce lointain loinOù la mission des corps finitEt se calmentTousLa flamme et l’enthousiasme des palpitations, des désirsEt chaque sens abandonneLe moule du motComme une âmeDélaissantLe corps au bout du voyagePour l’exposer à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 16 janvier 2016

EN CETTE IMPASSE

On vient sentir ta boucheQue tu n'aies dit je t'aimeOn vient sentir ton coeurQuelle étrange époque vivons-nous, ma toute gracieuseQuant à l'amour,On lui donne le fouetLe long des remparts sentinellesL'amour, on l'enfouit au fond d'une arrière-courEn cette impasse torve, torturée par le froidBrille l'amourPar la grâce nourricière des chants et des poèmesNe te risque pas à penser, ma toute gracieuseQuelle étrange époque vivons-nousCelui qui, nuitamment, martèle à notre porteEst venu en meurtrier de la lampeLa lumière, on l'enfouit au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 2 janvier 2016

PROPHÉTIE DE TA PEAU MERVEILLEUSE

Bien que rien ne soutienne l’espoir que je chante j’additionne ici les syllabes de l’amour que je te porte presque à tâtons et je demande que son feu et sa musique retiennent le rossignol prisonnier dans ta poitrine.Je crois en un jour ensoleillé, mon espoir le sent ou le veut ou le craint ou meurt parce qu’il est proche de la fin simple comme le poing d’un enfant. Je crois au jour lumineux où tu te rendras.Je pourrais alors m’en tenir à ta peau véritable.Tu seras transformé en une matière si douce. Tu prendras forme dans la forme... [Lire la suite]

vendredi 1 janvier 2016

LES RÊVEURS

Il leur faut juste un peu d'eauun rayon de soleilun quart de galettechaude si possibleet d'avoir entendu ne serait-ce qu'une foismême dans une vie antérieureles intonations à quoi on reconnaît l'amourdans n'importe quelle langue.Ces besoins étantils ne demandent rien.Ils respectent le libre vouloirde l'eaudu soleildes mains qui d'une poignée de grainestirent la pâtela mettent à l'épreuve du feupour l'avènement du paindes lèvres sachant capter l'instant de grâceoù le cœur battant drus'offre sans réserve.     ABDELLATIF... [Lire la suite]
mercredi 30 décembre 2015

LETTRES A UN JEUNE POETE...Extraits

L'amour, c'est l'occasion unique de mûrir de prendre forme, de devenir soi-même un monde pour l'amour de l'être aimé. ... L'amour est difficile. Que deux êtres humains s'aiment, c'est sans doute la chose la plus difficile qui nous incombe, c'est une limite, c'est le critère et l'épreuve ultimes, la tâche en vue de laquelle toutes les autres ne sont que préparation. C'est pourquoi les jeunes, débutants en toutes choses, ne savent pas encore pratiquer l'amour : il faut qu'ils l'apprennent. De tout leur être, de toutes leurs forces... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 22 décembre 2015

AGNES SCHNELL...Mémoire

  Un être qui "s'éteint" ne fait , tel le soleil , qu'étendre sa lumière sur un lieu différent , poursuivant sa course sur le chemin.   Vole, vole mon bel oiseau !  Toi qui aimais tant la nature, les arbres, le chant des merles, les être épris de liberté...Un jour, tu as dit " Lorsqu'on a une amie, on se choisi une soeur..." Une soeur, tu le fus pour moi, au delà de toute considération familiale, et ces quelques années avec toi me furent précieuses... Je te remercie ma douce, Agnès, ma soeur, pour tous les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 20 décembre 2015

SINON CHANTER...Extrait

Tout commence par un refusdes voix impératrices,de la réalité poisseuseFureurInsoumissionNon, je ne dirai pasles cailloux pointus du cheminavec nos traces d'escargotsverre brisé, papiers salisJe sais pourtant le goûtdes pointillés du quotidien,dérisoires et lumineux:claires nuances de l'herbe,imperceptibles frissons des pétales,rayons où dansent les poussièresfascinant le regard.Mais je cherche plus haut,l'extase, peut-être,la rumeur immense de l'airJ'appelle le chant pur,le lyrisme royal et bâtisseurJe ne veux pasdu fragmenté, du... [Lire la suite]