samedi 12 décembre 2020

CHANT ENSEMENCE - MAINTENANT QUE LE TEMPS M"EST COMPTE

Maintenant que le temps m'est compté - On ne le sait qu'après que ce jour s’apprivoise - Je vois la libellule en sa jeunesse bleue, Je l'éprouve intensément en tous ses éclats d'ailes. Je goûte à l'instant des nuages, Je marche dans mon repos, Je m'y sens accordé. J'arpente en passeur immobile Des rives infinies Mais sans jamais presser le pas Car tout écart m'est familier. . Je sais ce qu'il me reste à perdre, À libérer et à donner : Chaque ruisseau m'est indice, Chaque buisson serment noué. Je... [Lire la suite]

mardi 24 novembre 2020

RENCONTRE

    Quelqu’un, ce matin, m’apprend à existerPatiemment,M’offre sa tête tout entière la poseDans ma main et s’y abriteMe dit, sans mots, sans limites,Je t’aime je t’aime toi,Fais moi un nid dans tes bras un abriQue je te donne moiAu chaud de toi dans ton odeurQue je t’entendre respirerQue je te sache et te sente et te toucheQue j’entende sous tes doigts qui se posentA quel point tu m’aimes aussi, aussi profond, aussi secretComme la vie est simple qui rencontre la vieLa berce doucement la lisse du glissement d’une soieQue... [Lire la suite]
jeudi 19 novembre 2020

THIERRY MATHIASIN...Extrait

Je veux des battements de vent, où les oiseaux rêvassent Des soleils buissonniers pour courtiser les nuages Des murmures de pétales épanouis sur les mornes Des mots aériens, libertins pour fleurir ta bouche Des eaux insoumises, des rives éblouies pour cueillir les jours où tu t'es donnée . La peau des pluies immobiles L'amour dont j'ai rêvé Deviné le cours infini Sans rien dire de plus Laissé aux caresses formuler Le poème qui cherchait un regard La... [Lire la suite]
mardi 17 novembre 2020

CARMEN PENN AR RUN...Extrait

Prendre la fleur par ses racines aériennes devenir oiseau aquatique et d'une génuflexion lente faire descendre la grâce dans une réflexibilité de bouton d'or Pénétrer la lumière d'un accord dense ainsi s'harmonise à l'ange notre part humaine un temps venue aimer sur Terre . . . . . CARMEN PENN AR RUN . . . . Oeuvre Paul Chabas
Posté par emmila à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 13 novembre 2020

MARC BONNANT...Extrait

Ils marchaient lentement sous le ciel de novembre, En suivant un chemin qui longeait la yeusaie ; Derrière eux l’horizon blondissait comme de l’ambre, Mais ils étaient ensemble et cela suffisait. . Dans le jour finissant ils se tenaient la main Et allaient d’un pas lent sans échanger un mot, S’étant dit bien plus tôt, tout au long du chemin, Ce qu’il fallait se dire, sous les cieux abismaux. . Maintenant que les ombres autour d’eux se rassemblent Et dévorent les contours du domaine forestier, L’un et l’autre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 22 octobre 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

La nuit noire Je la veux croire Miroir de notre monde Espoir qu'en la myriade de ses brillants À la surface d'une eau si dangereusement profonde Se murmure le reflet de toutes les créatures Lueurs écartelées d'amour Qu'efface la lumière du jour Féconde fantaisie de la Nature Fleurs, oiseaux, baleines Suspendues au vent, aux gouffres, à l'écume Plantes des sylves, des mares, des dunes Bêtes à poils, à soie ou à plumes Parmi elles, vacillant dans l'obscurité béante Des points de feu Quelques hommes silencieux . . .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 2 octobre 2020

CHANSON D'AMOUR SUR LA CROIX

Ville de toutes les petites blessures, Tu ne vas pas éteindre ma main ? Tu ne pourras pas m'envoyer une gazelle ?... Et nettoie mon front et le poumon De cendres ? Te manquer est la même chose qu'une absence ; te trouver, un bannissement. Je frappe à toutes les portes hurlant, En train de demander : Comment peuvent-ils être troqués ? en poudre les étoiles ?... Je t'aime Sois ma croix. Sois comme tu veux un pigeon. Je sais que si tes mains me fondaient Les déserts seraient remplis de nuages. Je t'aime, Tout le... [Lire la suite]
mercredi 9 septembre 2020

TU T'EN VAS...A GITTA

 A Bambou ...Et Gitta .   Tu t'en vas ma petite chatte,toi, ma supplianteà l'heure du petit déjeuner,toi, ma gourmande de lichettes de beurre,tu t'en vas. Trop rapide, le cancer mange ta vie,saisis-tu l’heure toi qui confiante viens dans me bras ? S'il y a un ailleurs,peut-être penseras-tu à noustoi qui me laisses démuni ?L'heure est là,je suis un homme dévêtu de bonheurs anciens. Petite griffure,s'il y a un ailleursoù se retrouvent les temps à jamais perduset les soleils dans l’ombrel'heure venue,squatterons nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 28 août 2020

LE RETOUR DU PRINTEMPS

Et je n’attendais rien Quand tout me fut offert L’étole du matin La voile sur la mer Sur le lilas fiévreux Une écharpe de brume   Le baiser du chemin L’archange dans les cieux Et sur le lit défait Un pointillé de lune   Tout me fut redonné À la douceur du soir L’écheveau de tes bras La rampe de mes rêves Au livret du silence Le rouet de tes lèvres La fièvre L’allégeance La ceinture de joie   À la lucarne bleue L’étoile sémillante Et sous la rhapsodie De nos ombres filantes L’alliage de nos pas ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 28 août 2020

PAT RYCKEWAERT...Extrait

Le poème se déplie lentementcomme du papier de soiepour ne rien froisserentre elle et luijuste défaire les liensse pencher au dedans de l’autreet saisir quelque chose.Elle voudrait chuchoterdes mots de femmede muse et de sorcièretout ce qui est à naître d’elleet vient dans l’encre.L’enivrer comme l’absintheet ce sucre fondu dans la cuillèrelui chanter l’émoi et l’amerl’absence et l’étheret pleurer avec lui sur Verlaineet ses Saturniens blêmes.Mais elle n’a pas d’emprisesur ses paysageset ses souvenirs bohèmes.Peut-être le porter à... [Lire la suite]