dimanche 20 décembre 2020

LUNE POURPRE...Extrait

Pourpre lune qui fait chavirer l’espoir avec ses colliers de salpêtre ses urnes tâchées de sang violet ses mains qui creusent l’espace et le temps les poètes n’ignorent-ils pas tes miroirs où circulent les givres du silence ils feraient n’importe quoi pour te retenir au zénith pour que le jour ne t’engloutisse ils en perdraient la tête si tu n’avais ce triste sourire ce mélancolique sourire comme une fontaine blafarde sur une place tenue secrète de Grenade à l’époque du jasmin Pourpre lune tu peuples d’amertume les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

vendredi 21 août 2020

LA PARENTELE

" Je me suis fait la belle et maintenant je danse parmi les hautes herbes avec le doux vent chaud du sud les grillons crépitent dans ma tête Je me suis teint les yeux en noir en contemplant le soleil du mois de mai Un orage de révolte m'a déchiré le coeur. " A. C.    .   Je suis désormais mon père ma mère mes grands et arrières-grands parents Je suis tous mes aïeux d'ici ou d'ailleurs recyclés dans les cellules passagères de ma chair jaillissant avec les sources de mon sang battant les tambours brûlants... [Lire la suite]
dimanche 31 mai 2020

LETTRE A L' ARTEMISIA ANNUA

  Au Professur Didier Raoult, conspué par tous les malfaisants de la science sans conscience .   Artémisia annua, je te vénère, toi plante maîtresse (toi et tes semblables) qui depuis des milliers d'années a sauvé des millions et des millions de vie que la grande faucheuse universelle s'apprêtait à trancher sans état d'âme ni préjugés d'âge, de race, de condition sociale. Entre quelles mains criminelles, nous les humains dépourvus de fondations solides, de transmission authentique, dévastés par la propagande... [Lire la suite]
Posté par emmila à 05:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 29 avril 2020

POEME POUR UNE PATATE DOUCE

  Il est très tard chez vouspeut-être tropdes experts pêle-mêledes technocrates et des docteurs fousnous embobinent à la chaînedans cette usine aseptiséequ'est devenue notre sociétéNous n'avons rien vu venirpourtant depuis des annéesnous éprouvions les démangeaisonsdu pire à venir chargé de veninsA vos chaînes citoyens!Les morts-vivants creusent des tombespour les vivants traumatisés par la torpeurles gratte papiers s'en donnent à coeur joietandis que bavent les limacesdont on peut suivre la tracepour peu que l'on y prête... [Lire la suite]
Posté par emmila à 06:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 4 mars 2020

POEME OCCIDENTAL

  Dans les broussailles cacophoniquesdes enfants pleurent sans larmesdes amoureux se taisent à jamaisDans les châteaux des vieux contes de féesdes coulées d'or fondu tâchent les mursil paraît que le monde brûleet que le dehors s'arrache du dedansil paraît qu'une blessure à la bouche pourpretente de se faire comprendre dans le vif de l'instantet qu'un lichen bleu recouvre les mots abandonnésc'est le silence qui se meurt entre les pierresl'ordre a été donné de fusiller les lampes-tempêteset il est interdit désormais d'ouvrir son... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 18 mai 2019

EROSTASIE...Extrait

La cantate des amants Dans les feuillées du litLes prismes de la nuit À ciel ouvert les amantsComblent la terre de présents Leur peau transparenteFlotte au vent des caresses Ils ont mille bouches fauves à nourrirSe boivent jusqu’au fond des yeux Construisent des nids de feuentre les branches de leurs gestes Ils s’exaltent dans la tempêteEt se creusent de solitude et d’extase À travers aubes et forêtsIls se transforment en oiseaux bleus S’écoulent infinimentSans fatigue s’étirent Sur des routes de pluies chaudesOù danse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

samedi 23 mars 2019

LE PRINTEMPS JAUNE

  Primevères, jonquilles forthysias, fleurs de pissenlit o le jolie printemps que voici Allons citoyens arrivez les gueux chantons l'hymne de la liberté mesdames mesdemoiselles et messieurs joignez-vous à mes bons camaradesvous les travailleurs sous payés les étudiants sans le souchômeurs oubliés retraités spoliésvenez tous au rendez-vous de l'histoireen chantant gaiment la carmagnole dans les rues des villes de la France en colère o le joli printemps que voicivenez avec nous les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 20 mai 2018

MEMOIRE DES SUDS

A Dom Gabrielli     De l'oignon cru de l'huile d'olive du pain et une pincée de sel tel est ton repas aujourd'hui succulent en ces jours de disette et tu te souviensd'une colline devant Jérusalemoù un petit chevrier te souriaitassis sur un rocher sous le ciel radieux de Palestinetu te souviens du paysan crétois aux yeux bleu clairqui remplissait ton verre de rakiun jour de Pâque inondé de lumièreavec la mer éblouissante à perte de vuetu te souviens au bord d'un chemin de caillouxsous un... [Lire la suite]
jeudi 27 octobre 2016

AU COEUR DU CRI...Extrait

Maudite soit l’Apocalypse et ses putains fiévreuses ses émirs aux bouches emplies de diamants ses adorateurs dépositaires des crimes universels ses rabbins furieux semblables au feu noir de l’enfer ses cohortes de prêtres sanguinaires au service des tyrans La lune pleure au commencement cardinal du jour j’ai vu les armées en route vers Ninive les conquistadors brûler les villages de peaux bariolées j’ai vu les Croisés prier et trembler aux portes de Damas Tandis que fleurissait une rose blanche sur le front de la reine de Saba j’ai... [Lire la suite]
mardi 25 octobre 2016

LE ROMANCERO DE BUENOS AIRES...Extrait

Sur les trottoirs de Buenos Airesj'ai usé mes souliersà travers des galaxiesoù brillent les lames de couteauxentre des ombres mystérieusesj'ai fréquenté des boliches¹que l'esprit du tango fait tanguerdans des lueurs d'alcools assassinesSur les trottoir de Buenos Airesdes christs drogués agonisentcrucifiés de peur et de misèreils n'ont presque plus de dentset quémandent la cigarette du condamnéau passant insomniaquequi retarde jusqu'à l'aurorel'heure de rentrer chez luiSur les trottoirs de Buenos Airesdes spectres muets trafiquent... [Lire la suite]