dimanche 28 mai 2017

LE CYGNE

Dans toute société, soit des animaux, soit des hommes, la violence fit les tyrans, la douce autorité fait les Rois : le lion et le tigre sur la terre, l’aigle et le vautour dans les airs, ne règnent que par la guerre, ne dominent que par l’abus de la force et par la cruauté ; au lieu que le cygne règne sur les eaux à tous les titres qui fondent un empire de paix, la grandeur, la majesté, la douceur ; avec des puissances, des forces, du courage et la volonté de n’en pas abuser, et de ne les employer que pour la défense : Il sait... [Lire la suite]

lundi 22 mai 2017

LES SECRETS DE L'ECRITURE

Je n’écris pas pour quelques-uns retirés sous la lampe Ni pour les habitués d’une cité lacustre Pour l’écolier attentif à son cœur Non plus pour cet enfant paresseux qui sommeille Entre mes bras depuis cent ans Mais pour cet homme qui dépassé par l’orage N’entend pas la rumeur terrestre de son sang Ni l’herbe le flatter doucement au visage J’écris pour divulguer ce qui vient des saisons La neige pure ainsi qu’une main féminine Et le pollen éparpillé sur les gazons Aussi l’agneau qui fait le calme des montagnes J’écris pour dépasser la... [Lire la suite]
samedi 15 avril 2017

ARMEL GUERNE...Extrait

Ici, où le silence nous a rendu le pas des heures du jour et de la nuit, nous marchons heureusement de saison en saison sans quitter un instant la communion immense de la création, cette prière qui vit en nous, silencieuse, et qui nous rend à notre état vivant de créatures. Sans aller jusqu'à l'humilité, certain éclat de la modestie supprime les barrières et ouvre sur les dimensions universelles pour la joie comme pour la gravité. Les fleurs et les moucherons de l'herbe me parlent souvent d'une terrible colère du ciel. J'écoute.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 5 avril 2017

ALBERT AYGUESPARSE...Extrait

Rien ne grandit ici qui n’ait le poids de l’ombre.La nuit même se cueille avec des gants de suieEt son bouquet se fane entre les mains des pluiesEt l’on dit que son cœur est plein de graines sombres.Le monde surprenant des bêtes endormiesGlisse dans les chemins et laisse un long remousDe sueur et de lait à la robe des loups.Les pieds dans les cailloux, je t'attends, mon amie.Car sans toi ma journée est perdue et s’en va,Comme tant de journées, se mêler à l’oubli,Si tu lèves le bras, les murailles d’ortiesN’arrêtent plus le sang de... [Lire la suite]
lundi 20 mars 2017

JULES SUPERVIELLE...Extrait

Il vous naît un poisson qui se met à tourner Tout de suite au plus noir d'une lame profonde, Il vous naît une étoile au-dessus de la tête, Elle voudrait chanter mais ne peut faire mieux Que ses soeurs de la nuit les étoiles muettes.   Il vous naît un oiseau dans la force de l'âge, En plein vol, et cachant votre histoire en son coeur Puisqu'il n'y a que son cri d'oiseau pour la montrer. Il vole sur les bois, se choisit une branche Et s'y pose, on dirait qu'elle est comme les autres.   Où courent-ils ainsi ces... [Lire la suite]
lundi 13 juin 2016

HOMMES ET BÊTES...

A toi Centaure, à ta moitié humaine ; A vous chimères, et monstres incomplets ; A vous, hybrides, à vous énergumènes, que l'on traite d'impurs ou d'imparfaits ; Nous rallions nos cœurs, nos âmes pleines, Tous dans un même élan pour entonner Cette chanson où l'on s'est retrouvé A ce refrain toujours nous ramène : Hommes et bêtes, venez dessiner La carte de notre voyage immense, A l'impossible on est destiné Sur tous les chemins de TransHumance La terre sous nos pieds comme semelle Sur nos têtes les cieux comme chapeau... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

samedi 14 mai 2016

COMPLAINTE DU LEZARD AMOUREUX

N’égraine pas le tournesol, Tes cyprès auraient de la peine, Chardonneret, reprend ton vol Et reviens à ton nid de laine. Tu n’es pas un caillou du ciel Pour que le vent te tienne quitte, Oiseau rural ; l’arc-en ciel S’unifie dans la marguerite. L’homme fusille, cache-toi ; Le tournesol est son complice. Seules les herbes sont pour toi, Les herbes des champs qui plissent. Le serpent ne te connaît pas, Et la sauterelle est bougonne ; La taupe, elle, n’y voit pas ; Le papillon ne hait personne. Il est midi, chardonneret. Le séneçon... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 20 septembre 2015

POEME DE CAMPAGNE III

Si un soir,NonSi tous les soirsVous sentez que votre visageA été souillé par du purinQue votre main N’a pas serré un seul bonjourQue votre sourireN’a pas fleuriDans un autre sourireDites-vousQue vous avez trop cherchéL’amitié du jour,L’amitié des chiens domestiquesOu l’amitié des champs de maïs.La nuit distribue ses litsLe vôtre est au clair de luneAvec les renards bleusEt les chats sauvagesGriffez, chassez, copulezEt ne rodez pas autour des fermesLe piège pourrait se refermerDerrière vousEt ce serait pire Que le purin, les bonjours... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 5 mars 2013

ET SI L'AVENTURE HUMAINE DEVAIT ECHOUER...Extrait

Comment le christianisme officiel, institutionnel, celui des conciles, des confessions de foi ou des dogmes, celui de la théologie aura-t-il pu ignorer deux mille ans durant le dramatique et pathétique problème de la condition animale sans songer à prendre résolument parti contre les bourreaux, sans faire sa place dans son enseignement, dans ses traités, ses manuels et ses catéchismes à la souffrance des bêtes, éternelles victimes de la cruauté des hommes ?  Pourquoi un silence à la fois si pesant et si durable qu'on pourrait se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 1 juillet 2012

HOMMES ET BÊTES...Extrait

On dit que l'amour de l'humanité est la plus grande des vertus. Je l'admire et je sais qu'elle est l'attribut des esprits nobles. Mon âme est trop petite, mes pensées survolent la terre de trop près, pour jamais atteindre si haut, et je dois avouer que plus je vis, plus je m'éloigne de cet idéal. Je mentirais si je disais que j'aime les hommes. Mais j'aime les animaux, les animaux opprimés et méprisés, et il m'est égal que les gens se moquent de moi, quand je dis que je m'entends mieux avec eux qu'avec la majorité des gens que je... [Lire la suite]