vendredi 26 février 2021

ANNA MARIA CARULINA CELLI, POEMES ...Extrait

De qui sommes nous les souvenirs Les ombres portées Les figures fragiles d'un rêve Que l'éveil du dormeur soufflera Telle flamme de chandelle Cohorte de fantômes, nous traversons le temps Par des routes noyées Des sentiers ruisselants Ainsi, l'eau dont nous sommes le trouble, le grain d'écume blanche Nous mène des rivières souterraines Où après la chute, nous nous étions tapis Vers ces lieux aveugles, ces scènes Au milieu des visages, des yeux qui pleurent, des bouches qui rient Il est des formes humaines Qu'à la rupture... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 15 février 2021

ANNA MARIA CARULINA CELLI, POEMES ...Extrait

Je ne peux entendre ce chant Sans le regret d'un monde où je ne serai plus N'est-ce pas cela le ravissement Des ombres d'ambre s'élevant de l'âtre Et disparaissant La tragédie de la lumière vouée aux cendres La pleine gravité de l'instant S'évaporant tout en pesant d'avoir été Ainsi, où vont nos prières ? Jamais je n'ai pu aimer Sans soudain me glisser au terme de l'éternité J'ai écrit tant de lettres d'adieu Et j'en ai tant jeté au feu Tel un sage qui sa vie durant se prépare A ses ultimes heures Qu'il m'est impossible... [Lire la suite]
mercredi 16 décembre 2020

SOUS LE SEIN D'UNE MERE....

En pensée avec ma fille Vincia . . Une rose croît, se multiplie sans fin Sous le sein d'une mère Frêle cocon d'ouate Couleur d'amande amère et de corail Qui sent bon le bonbon Qui sous la langue fond Et vous monte à la bouche Comme par inadvertance Au détour d'un chagrin A cause d'une absence D'un mot tracé sur la buée d'un carreau S'écoulant en longues larmes d'eau . Lorsque la main divine en deux ouvre la mère Il en pleure toujours une fontaine claire A la claire fontaine Il y a longtemps Bien avant la... [Lire la suite]
jeudi 22 octobre 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

La nuit noire Je la veux croire Miroir de notre monde Espoir qu'en la myriade de ses brillants À la surface d'une eau si dangereusement profonde Se murmure le reflet de toutes les créatures Lueurs écartelées d'amour Qu'efface la lumière du jour Féconde fantaisie de la Nature Fleurs, oiseaux, baleines Suspendues au vent, aux gouffres, à l'écume Plantes des sylves, des mares, des dunes Bêtes à poils, à soie ou à plumes Parmi elles, vacillant dans l'obscurité béante Des points de feu Quelques hommes silencieux . . .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 3 mai 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

J'ai besoin de plumes, de coups de vent, de papillons et de lumièreDe trous dans l'atmosphère, où l'on tombe en se tenant le coeurJ'ai besoin du mystère d'un craquement de branches dans les feuillesDe trisses, de nuages en jachèreQue les doigts de l'homme ne labourent pasDes nuages de passageQui traversent les yeuxPour y pleurer de joieJ'ai besoin d'air J'ai besoin d'un éclairDéchirant d'or le cielD'une blessure éphémèreD'où des sequins d'eau pureFeraient des trombes sonnantesDes danses trébuchantesEn brisant sur l'asphalte des... [Lire la suite]
samedi 11 avril 2020

LE SENS INNE...BEAUTE

Un coeur d'oiseau bat sous la plumeUn coeur d'oiseau bat frêle sous la plumeIl chante, brisé et brisantRamage grêle du soleilRoulant vers les grèves du couchantSeule j'aimeJ'aime comme on tisseToute la nuit j'aimeUn duvet de lumière sur les feuillesEclaire mon ouvrage de deuilJe ne vais guère viteMes doigts sont fatiguésDe jouer avec les cordes du métierMa vigueur ploieLe coton ne file pas droitDe ces trames empeséesDont je redresse le biais Je n'ai plus le teint fraisSauf à user de fardsInfiniment je tisseDieu sait qu'il est trop... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 30 mars 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

Le pain est posé sur la tableLa croûte, blonde duneEmaillée d'une fleur de sablePrès de la coupe de laitMiel blanc et mie de luneLoin, là-haut les oiseaux fleurissent l'océanDe leur plain-chantJe mords l'hostie, en les suivant des yeuxPleine de leurs vives ailes dans le ciel bleuEn une lente bouchéeJe laisse en moi couler d'une plume blesséeLa blancheur du laitAvec une goutte d'encreCombien le poids d'une perlePèse sur les paupièresJe penche et sans toucher terreTombe de sommeil, la tête en l'airDes miettes de soleilSur la nappe... [Lire la suite]
vendredi 31 janvier 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

Est-ce de mon enfant l'ennuiDedansQui m'a laissée en proie aux fantaisiesJe cherche des histoiresDans la nuit noireEt même lorsque la lumière des joursÉcrase les imagesÀ grands coups de tambourJe vois le long des brèchesAux contours d'une ombre qui s'oublieUn visage accroché au murUne petite route sur un paysageDes cœurs de pierre roulant au fond des torrentsDes signes mystérieux creusés dans les galetsLa pâte feuilletée de la vieJe marche la tête en l'airTandis que là-haut les nuagesSur d'éphémères pagesMe font voir du paysSuspendue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 1 novembre 2019

ANNA MARIA CARULINA CELLI

J'ai oublié la cruche d'eau claireJ'ai oublié la tranche de pain lourdLes noix et les châtaignesAu bord de la fenêtreJ'ai même oublié les prièresEt ce matin il pleutNoyés sous la brumeLes oiseaux n'ont pas chantéPour apaiser mon réveilJ'ai oublié de nourrir mes mortsVergogne à moi !J'irai frotter mes pieds nus sur les rochesJ'irai verser mon sang sur les autels de pierreJ'irai mendier la pitié de l'aigle silencieuxJe frôlerai la lisière des ravinsDe grâce, que la mort ne m'attrape pas!J'étais rentrée de la merLes doigts pleins de... [Lire la suite]
mardi 24 septembre 2019

ANNA MARIA CARULINA CELLI

Ne me lis pas au pied de la lettreNi à sa têteTu pourrais croire que je fus pétrie dans le noirQue tu n'as rien pu faireOu que tu n'as rien faitQuand je me dissolvais en larmesQu'âne bâté à bras le corpsJe tirais des chariots de lourdes stèles et d'amphoresEmplies de vins frelatésDe cendres d'hosties et de poussière de mortsDepuis longtemps je sais que je n'ai pas pris ton visageSeulement l'effroiDe l'enfant froisséeGrimpé comme un lierre sur mon imagePar lequel mes traits se sont pliésRentré comme secret dangereuxAu plus profond des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,