mercredi 5 mars 2014

DIS, VIENDRAS-TU ?

Viendras-tu un jour les pleuvoir Nos chemins jamais empruntés, Sauras-tu les ensoleiller Avant qu’ils meurent de désespoir ? Viendras-tu leur peindre un demain Où je pourrais nous entrevoir, Heureux amants berçant le soir Aux grands mystères de leur jardin ? Je ne sais plus, d’à tant t’attendre La frontière d’haïr et d’aimer Que mon cœur saura supporter, La carte du sombre et du tendre. Viendras-tu, dis-le moi enfin Déchirer cet oubli de soie Où tu avais frôlé mes doigts Pour t’enfuir au petit matin ? Viendras- tu leur tracer... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 12 avril 2013

APPELS OCEANIQUES

Viens avec moi et participe du tout de l'immensitéToi l'hôte de l'azur fais comme la goutte d'eau qui m'anime Et sois de mes  sibyllines clartés  Ainsi de l'océan éternelPrends ton aile et pareil à l'oiseau des hautes latitudesTrace sur le ciel les songes d'une même passion Qui telles la foi et la vertu gravent pour toujours l'empreinte des coeursN'est-ce pas ici que tu renoueras profondément Avec la terre et ses vastes miroirs en leurs pulsations lointainesQui te sont familières et que tu reconnaisA l'aune de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 21 décembre 2012

RAYMOND FARINA

Ces parcelles de mondece délire tangibleces troublantes énigmesbruissant au fond des chosestous ces petits hasardscruels ou bienveillantsentrent dans tes desseins& deviennent ton monde Effacé sous ton frontl'Enfer qui ne seraitque ce frêle phantasmed'une vie que l'on passeà se rêver de sableà croire que tout passeque tout est dérisoire & tu deviens celuiqui sait que tout devientqui sait qu'est seulementce qui toujours revientque ne sera jamaisexpulsé de la Rouecelui qui sait cela Celui dont tout procède :le devenir des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 26 septembre 2012

ET COMME DISAIT MAQROLL EL GAVIERO...Extrait

Je suis venu t’appelersur les falaises.J’ai lancé ton nomet seule l’écume vorace et passagèrede la mer m’a répondu.Sur le désordre éternel des eauxvogue ton nomcomme un poisson qui se débat et qui fuitvers le lointain immense.Vers un horizonde menthe et d’ombrenavigue ton nomerrant sur l’océan de l’été.Avec la nuit qui tombeReviennent la solitude et son cortègeDe rêves funèbres. . ALVARO MUTIS .  
mercredi 18 juillet 2012

DOUZIEME POESIE VERTICALE...Extrait

Périodiquement,il faut faire l'appel des choses,vérifier une lois de plus leur présence.Il faut savoir si les arbres sont encore là,si les oiseaux et les fleurspoursuivent leur invraisemblable tournoi,si les clartés cachéescontinuent de pourvoir la racine de la lumière,si les voisins de l'hommese souviennent encore de l'homme,si dieu a cédéson espace à un remplaçant,si ton nom est ton nom ou déjà le mien,si l'homme a terminé son apprentissagede se voir de l'extérieur.Et en faisant l'appelil s'agit de ne pas se tromper : aucune chose... [Lire la suite]
samedi 7 juillet 2012

EVOLUCION

En esta lengua que hablo,¿quién soy?,¿quién es mi madre?La madre crece en mi útero,busca mi regazo;es la misma que alimenta mi sueño.Cuídame este sueño vientre eterno.Sueño una lengua viva que hable del cieloen la que pueda decirte:madre.Te nombro ahoraen mi lengua materna.Escritura tuya soy,verbo de tu dolor.Te oigo,palpitas.Esa es tu lengua primera.Con mi silenciote lleno hasta ensancharte.Te haces transparente,gritas cuando dejas pasar luz.Te veo,resplandeciente y posesa.Dame, madre, esa palabraque no entienda. . . . . . ... [Lire la suite]

samedi 3 décembre 2011

ECRITS...Extrait

Des cris jetés au feu des mots jetés aux fers des manches aux cognées des cognées aux forêts une ortie à l'enclume des marteaux aux marteaux des marteaux à la rouille du sel gemme aux vieux clous jetés, jetés en désespoir de l'Homme la femme après la femme et sa nichée de seins petit Pierre après pierre l'os avec le mortier tout réduit en farine             Serviteurs, serviteurs Un boomerang à l'écureuil en cage des sorts jetés aux mots des maux jetés au vent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 20 novembre 2010

L'ELOQUENCE DU SANG...Extrait

"...Je sais que les maîtres des mots n'ont nul besoin de rhétorique devant l'éloquence du sang. C'est pourquoi nos mots seront aussi simples que nos droits : nous sommes nés sur cette terre, et de cette terre. Nous n'avons pas connu d'autre mère, pas connu d'autre langue maternelle que la sienne. Et lorsque nous avons compris qu'elle porte trop d'histoire et trop de prophètes, nous avons su que le pluralisme est un espace qui embrasse largement et non une cellule de prison, que personne n'a de monopole sur une terre, sur Dieu, sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 29 septembre 2010

FEU L'APPARENCE...Extrait

Lancer des mots sans voiles pour contrarier les vents. Chercher comment leurs chants exploitent les rumeurs en feuilletant les flots comme de vieilles bibles brûlent les escales superflues alertent les bateaux perdus excitent le bal des sirènes raturent les nuages faussent le jeu de cartes qu'étale le soleil se prennent au filet des rencontres surprises. .. Et nous nous évadons aveuglés à tirer sur de vivants reflets et la corde des mots dont on a trop usé. (...) Chacun attend au bout de la lumière le temps de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 10 août 2010

LA TRAVERSEE

 J'écris depuis qu'une aube inlassablement m'appelle à me quitter pour la suivre toujours davantage alors qu'elle aime se faire désirer,   tout aussi proche qu'inaccessible… . . . BERNARD PERROY . . . Oeuvre Giner  Bueno
Posté par emmila à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,