dimanche 16 juillet 2017

THIERRY METZ...Extrait

Un avril d’oiseaux s’éveille dans les arbres. Qui sait où je vais ? Pas un nuage, seulement le chemin de castine puis le bois. Je rôde par là vers rien. Dans cette lumière qui me cherche comme une ombre. Seule, agaçante, une abeille me tourne autour. Mais chacun des pas compose un chemin. Ce n’est pas que moi. Né d’une fougère. Promeneur sans bâton. Toujours lui, jamais le même. Une branche, peut-être de l’indiscernable.   .   THIERRY METZ https://www.terreaciel.net/Thierry-Metz#.WWuz1VFpzIV   .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 7 juin 2017

PETIT INVENTAIRE

Afin de tous vous remercier pour votre fidélité durant les dix années de l'existence de ce blog de poésies du monde, j'ai choisi ce joli cheminement poétique tout en délicatesse de Sylvie Méheut . . . . . La roselière La santoline Le quartz éolien de l’errance La note bleue qui s'illumine Entre l’azur et l’espérance L’allée couverte de Nohant Le guéridon sous la verrière Sur la villa des Églantiers La chrysalide de la mer Le front fiévreux de la Durance Mézières La Sorgue Et la Puisaye La timonerie de la... [Lire la suite]
vendredi 2 juin 2017

JUDITH CHAVANNE

Pourtant, il y a de la douceur, la façon comme un sourire en avril que le prunus et le cerisier ont d’éclore ; à des carrefours, la marche suspendue le temps qu’on hésite, et le corps qui prend avec grâce une pause inconnue ; le rythme plus lent sur lequel se prononce une amie, comme pour nous laisser le temps de nous installer dans une parole partagée ; et cette place qu’on s’accorde aussi en aimant en secret, destinant des pensées que l’on sait pouvoir être reçues. Il ne suffit pas que l’âme soit effleurée mais on peut sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
vendredi 14 avril 2017

QUATRIÈME ANNONCE/CUARTO ANUNCIO

Tout ce qui parvient à toucher le cielSe transforme en cette simultanéité qui courbe les âmesLes autres ne font que porter la pourriture des vagues,L’angoisse des objets.Oui, ceux-là mêmes que nous commençons à connaîtreQuand l'ombre se multiplie en ardeursQuand vivre c’est comme démêler les eauxOu voir comment la ride enceinteBouge dans le pré chaque année.Le couteau n’entre pas, mais ôte toute l’eau qu’il y a dans les joursJusqu’à ce que dans ce fond ne reste que la vieillesseRien que cette conciliation qu’acquiert la langueEn se... [Lire la suite]
vendredi 10 mars 2017

RAG-TIME...Extrait

On ne refera plus les sapins aussi vertsma sœurNi les cieux aussi cieux, ni les aubes si frêlesni les goudrons fondants des routes de l'éténi les canons de bronze aux jambes des enfants sur la grand-place,à l'ombre insigne des vieux mortsd'autres guerresMa foion ne refera plus la gaieté d'autrefoisma sœurje n'y crois guèrePas plus qu'aux longs comas de nos douillets hiversmon cœurni aux calmes maisons avec leurs demoisellesroses pour vous servir une tasse de théles seins jeunes dessous des corsages bouffantsDe tout cela qui a étéma... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
samedi 22 octobre 2016

LES OISEAUX

Pour Werner Lambersy et Jean Marc La Frenière   Nous n'avions qu'un ciel en partage il a incendié nos jours pour quelques lambeaux de nuages nous avons fait la guerre là où s'amusent les oiseaux nous avons tenté d'arrimer le bleu au noir de l’œil et les oiseaux se sont mis à crier ils se sont enfuis nous avons tant et tant jeté la pierre au vent qu'il s'est tu et les arbres ont péri sous le poids de leurs propres feuilles   .   CHRISTIAN ERWIN ANDERSEN   .          Oeuvre... [Lire la suite]

samedi 9 juillet 2016

CE QUI FUT SANS LUMIERE...Extrait

Nous regardions nos arbres, c'était du hautDe la terrasse qui nous fut chère, le soleilSe tenant près de nous cette fois encoreMais en retrait, hôte silencieuxAu seuil de la maison en ruines, que nous laissionsA son pouvoir, immense, illuminée.Vois, te disais-je, il fait glisser contre la pierreInégale, incompréhensible, de notre appuiL'ombre de nos épaules confondues,Celle des amandiers qui sont près de nousEt celle même du haut des murs qui se mêle aux autres,Trouée, barque brûlée, proue qui dérive,Comme un surcroît de rêve ou de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 12 mars 2016

LE BOIS DE VINCENNES...Extrait

En été, le crépuscule est beau dans cette partie sauvage du bois ; là où la terre se creuse entre deux vagues vertes. L’eau s’écoule. Les vagues glissent. Des têtes transparentes de serpents, souples et cristallines, aux lumières du couchant. L’eau du bassin s’élève et redescend telle une poitrine, unissant en elle le miroir du ciel et les images des arbres alentour. Des larves s’agitent, frémissent sous l’écume. Sur la rive, une feuille de l’automne passé regarde, couleur de cendre, fine comme la dentelle de soie d’une femme.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
vendredi 12 février 2016

L'APPEL DES FORÊTS

Ceux qui n’ont pas prêté l’oreille au cœur d’une forêt au moins une fois dans leur vie risquent un jour d’être surpris par leur appel. Je ne l’ai pas été, car j’entends leur voix depuis chaque seconde d’infortune. Ne pas s’éloigner de la route nous a-t-on répété, ne pas s’éloigner de la route, mais la peur n’est-elle pas le danger ? Ainsi quitter le goudron du chemin, quitter les marées noires figées sous nos pas, pour retrouver d’autres sentiers qui connaissent notre route, même si celle-ci ne se lit sur aucune carte visible. Une... [Lire la suite]
vendredi 30 octobre 2015

COLETTE GIBELIN ...Extrait

... « Envolés, les oiseaux, portés par la respiration du monde dans l’étonnement de l’azur Un grand déferlement de voix pures, là-haut, Là-haut Éclats du temps, rêve mystique La délivrance est musique et splendeur On dépasse le chaos On s’ouvre à d’autres innocences et nos élans intérieurs enfin déploient leurs ailes   Envolés, nos désirs, vers quel inaccessible jardin où les arbres n’ont pas d’attache où les plantes chantent la liberté Jardin aux franges d’infini ouvert à tous les pollens, aux saveurs... [Lire la suite]