mardi 2 octobre 2018

CHARLES AZNAVOUR - HOMMAGE - LES EMIGRANTS , MOURIR D'AIMER, LE PERE GORIOT, ECRIRE

      .   . Comment crois-tu qu'ils sont venus? Ils sont venus, les poches vides et les mains nues Pour travailler à tours de bras Et défricher un sol ingrat Comment crois-tu qu'ils sont restés? Ils sont restés, en trimant comme des damnés    Sans avoir à lever les yeux Pour se trouver tout près de Dieu Tous ensemble Ils ont vois-tu, plein de ferveur et de vertu Tous ensemble Bâti un temple à temps perdu Comment crois-tu qu'ils ont... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mardi 17 mai 2016

TIGRAN HAMASYAN - Maghterg (Patriarchal Ode)

Posté par emmila à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 12 mars 2016

TERRE ROUGE

Sur ma table de travail, dans ce vase, repose une poignée de terre prise aux champs de mon pays... C'est un cadeau, — celui qui me l'offrit crut y serrer son cœur, mais ne pensa jamais qu'il me donnait aussi le cœur de ses ancêtres. Je la contemple... Et que de longues heures passées dans le silence et la tristesse à laisser mes yeux se river sur elle, la fertile, au point que mes regards y voudraient pousser des racines. Et va le songe... Et je me dis qu'il ne se peut que cette couleur rouge soit enfantée des seules... [Lire la suite]
samedi 30 janvier 2016

LETTRE OUVERTE - A TOI MON JEUNE FRERE TURC -

Ton prénom c’est Evren, Feythi ou Yelda,es-tu garçon ou fille ?Je ne sais pas.Mais il faut que je te livre un secret.Je ne t’en veux pas.On veut te faire croire que nous sommes ennemis.Depuis cent ans est-ce encore possible ?Mon grand père s’appelait Dikran et ma grand-mère Zarhouï.C’était des arméniens.L’un a eu la tête sciée, l’autre a marché,le long chemin de Samssoun jusqu’en France ;elle tenait par la main, un enfant de ton âge.AramCe fut mon père.S’il te plait écoute un peu.Nous avons grandi toi et moi, par l’amour de nos... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 2 mai 2015

IL EST DES TERRES D'ORIENT

Il est des terres de brume, de pierre et de monts chauves,où la voix de l’homme s’élève sur la montagne.Des terres noires de silence, où le sang a coulé,des terres rougies, où la poussière vole au soleil sa part de nuit,— ses litanies d’amour enfoui.Des terres d’accueil, de rires et de loyaux partagesoù des filles volcaniques tournoient dans la lumière.Elles vous offrent le pain, le vin, leur vrai visage.Des terres où, — gouffre étoilé, la nuit s’effondre à l’angle d’une rue, en une longue pluie d’automne,où le vent vous parle, — tel... [Lire la suite]
dimanche 1 février 2015

ELOGE DE L'ARMENIE

De ma douce Arménie, j'aime la parole à saveur de soleil, De notre lyre aux sons de deuil, j'aime la corde aux sanglots, L'étincelant parfum de nos roses, — pareilles au soleil, Et des filles de Naïri, j'aime la danse pudique et gracieuse. J'aime notre ciel obscur, les sources limpides, le lac de lumière, L'été torride, l'auguste tempête-dragon soufflant de l'hiver, Les murs noirs de misère de nos maisons perdues dans la nuit, Et, de nos millénaires cités antiques, — j'aime la pierre. Où que je sois, je n'oublierai pas nos chants,... [Lire la suite]

samedi 31 janvier 2015

EXIL A LA FRONTIERE DES MONDES

 pour Elsik, la tcharentsienne    Es-tu du côté du rêve ou bien du réel ? Ton ombre est là, à mes côtés, — tu es là. Et pourtant, — je t’ai dans moi, — quand j’ai faim de toi. Je t’appelle de loin et dès lors en moi tu viens. — Je passe dans ton ombre, je glisse dans ton soleil. Je suis en avant de toi, j’en chante quand tu parles. — Et, je t’enchante et nous naissons de cet en chant.   Puis, tu pars alors au-delà du visible. — Tu reviens entre mes mains, tu es mon demain. — Reculer les résistances,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 10 février 2014

TRADITIONAL ARMENIAN GARMENTS

Posté par emmila à 16:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 14 octobre 2013

SERGE VENTURINI

KROOH, KROOH, KROOH*— Avec le doudouk j’entends l’appel du Massis. Mon cœur respire à son immémorial cri. J’écoute vibrer son souffle dans l’invisible. — Pierre de ma parole ricochète sur l’Ararat ! — Dans l’écho elle se répercute. Très haut. Dans l’air. Or au levant les oiseaux l’emportent sur leurs ailes. — Une odeur de printemps inonde toute la grande plaine. Une forte pluie vient à tomber violente queue d’orage. Le vent qui se lève nettoie l’atmosphère fumante. — L’espace s’ouvre d’éclairs. De clarté. — Puis le noir.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 23 avril 2012

L'INCONNAISSABLE

   Oui, je sais entendre dans les bribes de mots, Le pas brumeux des autres mondes Et je sais suivre le sombre envol du Temps Je sais chanter avec le vent... . Alexander Blok  ( 1880-1921 )                                                 ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,