samedi 8 avril 2017

LE TAMIS DU TEMPS ...Extrait

Les armes qui éventrent la terre Brisent l’enfant Dénaturent ses jeux - Quelle refonte de nos âmes Quelles alluvions de paix Quelles brassées d’amour Écarteront les mâchoires d’épouvante ? - Quelles paroles quels regards quelles mains Redonneront enfance A nos enfants en mal d’enfance ? .     ANDRE CHEDID     .     Oeuvre de Rabee Kiwan (Syrie)
Posté par emmila à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 24 août 2016

QUE PESE UN MOT ?

Que pèse un motContre l’abîme d’un cri révulsé,Traqué sous un déluge de fer ?Que pèse un motContre l’hallali des balles sifflantes,La chape de malheur d’un ciel bourdonnant ?Que pèse un motContre le crime et le sang,Les yeux cavés des innocents ?Que pèse un motDans la balance de l’oubliQuand la terre a reverdiSur les corps à peine refroidis ?Que pèse un motQuand Dieu ne fait plus le poids,Quand Dieu lui-même a perdu la foi ?   . JACQUES ROLLAND .   Oeuvre Guy Denning    
Posté par emmila à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 3 octobre 2015

J'AI HONTE D'ÊTRE HUMAINE

 Lejournal Depersonne samedi 3 octobre 2015 . On se méprise... on se méprend Et de temps en temps... On se méprise à force de se méprendre Car on l'a bien compris Dans tout mépris, il y a méprise Notamment lorsqu'on sous-estime l'autre Ou qu'on se surestime soi-même On se méprise, on se méprend... Quand on n'aime pas apprendre Quand on a du mal à se comprendre On se distingue pour mieux se confondre On se confond pour ne pas se morfondre Un peu d'arrogance, beaucoup d'ignorance Pour dissimuler l'impuissance de notre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 7 septembre 2013

LIBAN, MA ROSE NOIRE

Ils redoublent de férocité Et crient aux cèdres Nous sommes les seigneurs de la guerre Nous fermons la mer le ciel et la terre Et pissons sur vos prières Nous mangeons les collines et les montagnes Nous détournons les fleuves Volons les lacs les plateaux et les arbres De chiffres sans nom Nous remplissons vos cimetières Nous sommes les nouveaux aigles Nous aimons les ruines et les décombres Le sang des chevaux éventrés Les larmes des murs Les enfants sous les pierres Nous sommes les bâtisseurs de vos cauchemars Coupeurs de routes... [Lire la suite]