mercredi 26 décembre 2018

AMIS, SOYEZ TOUJOURS....

Amis soyez toujours ces veilleuses qui tremblent Cette fièvre dans l'air comme une onde passant Laissez fumer longtemps la cendre des paroles Ne verrouillez jamais la vie à double tour Je suis là cœur battant dans certains soirs d'été A vous imaginer à vous réinventer Amis soyez toujours ces voix sur l'autre rive Qui prolongent dans moi la fête et la ferveur Des fois vous le savez il fait encore si froid Le voyage est si long jusqu'aux terres promises Je suis là cœur battant dans tous les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 21 novembre 2018

MATINALES...Extrait

"Ecrire c'est entrer en silence, parler à voix basse pour quelques-uns qui entrent en silence avec vous parce qu'ils reconnaissent une voix qui monte du fond d'eux-mêmes. Il existe une race d'hommes, voyez-vous, qui vous est accordée. L'un est écrivain, l'autre lecteur, qu'importe ! Ils sont branchés sur le même courant, par-delà les idées et opinions. Si tant d'êtres humains vivent selon les apparences et s'épuisent au théâtre, c'est afin de fermer le puits des abîmes. Car si la voix immémoriale murmurait encore ils ne pourraient... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 11 novembre 2018

ANNA MARIA CARULINA CELLI ... Extrait

È porta lu quissu missaghju Per tutti quelli chì sò d’avveneÈ di l’anticu ai primuraÈ di l’avvene ùn ai paura Campesino, Esse Et porte leur ce messagePour tous ceux qui sont l'avenirDu passé prends soinDe l'avenir n'aie crainte     .   ANNA MARIA CARULINA CELLI     .   Oeuvre Vlad Safronow
Posté par emmila à 21:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 9 novembre 2018

A CET INSTANT MÊME

   À cet instant même, j’enfile cette aiguilleavec le fil d’un propos que je tais et je me mets à ravauder.Aucun des miracles qu’annonçaient les très éminents prophètesn’est advenu et les années défilent vite.Du néant à si peu, toujours face au vent, quel long chemin d’angoisse et de silences. Et nous en sommes là: mieux vaut le savoir et le dire,les pieds bien sur terre et nous proclamer les héritiers d’un temps de douteset de renoncements où les bruits étouffent les paroleset la vie en miroirs déformés.Plaintes et... [Lire la suite]
mardi 30 octobre 2018

UNE OFFRANDE DE SOIE

A ma petite nouvelle-née, dont je ne connais pas le nom...   C'est un avenir, une offrande de soie. Une chair à sourire, trois kilos d'émoi.C'est un plus grand que toutqui fera souvenirs,un rien qui rend fouau milieu des rires,l'angoisse ou la joie.C'est la majusculequi commence le livreoù le crépusculene demande qu'à vivreles matins de soleilqui éclairent les rois.   .   JOËL GRENIER     .  
Posté par emmila à 21:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 29 août 2018

BABIL DU SONGER...Extrait

Un oiseau passe éclair de plumesDans le courrier du crépusculeVa vole et dis-leur ! Dis leur que tu viens d’un paysFormé dans une poignée de mainsUn pays simple comme bonjourOù les nuits chantentPour conjurer la peur des lendemains Dis-leurQue nous sommes une bouchéeRépartie sur sept îlesComme les sept couleurs de la semaineMais que jamais ne vientLe dimanche de nous-mêmes Dis leur que les maréesOuvrent la serrure de nos mémoiresQue parfois le passé soufflePour attiser nos flammesCar un peuple qui oublieNe connaît plus la couleur... [Lire la suite]

lundi 23 juillet 2018

POEMES POUR RAOUDHA...Extrait II

Il est innocent comme un papillon le réfugié en exode généreux comme le repas des pauvres il aime le blé les nuages la cadence des rimes et de la métrique le figuier le miel les méandres de l’ombre et de l’eau le refugié en exode le cri d’un peuple emmuré massacré notre humanité meurtrie la mort et sa définition il n’a d’autre tâche que vivre le réfugié en exode est l’ultime souffle d’Aylan al-Kurdi l’enfant-lumière l’ange-cadavre notre humanité échouée au refugié ne demandez point son lieu de naissance ... [Lire la suite]
lundi 16 juillet 2018

LES EPIPHANIES...Extrait

Le lit des choses est grand ouvert. Je me suis endormi, pensant que c'était trop beau et que la terre s'échapperait. Je craignais tout des ventilations absurdes d'une nuit en colère. Les matins me fustigeaient. Je vivais crédu­lement. Sourcier infatigable, je cherchais l'Orifice originel, premier ouvrage par où passer la tête et crier au Soleil. J'ai trouvé! Je confectionne sur mesure une amoureuse. (En vérité, elle m'est venue d'une ville rêvée posée sur de grands boutons-d'or.) Les peu­pliers s'organisent. Les rossignols... [Lire la suite]
lundi 2 juillet 2018

C'EST AINSI QUE NOUS VOULONS VIVRE

Pour l’enfant aux cernes mauves, au front plissé, qui baisse les yeux sur les cauchemars de sa nuitet pour l’autre qui joue à la marelle, insouciant,Pour la maison de l’homme persévérant que les prochaines bombes détruiront et pour son champ d’orangers, Pour le jeune homme qui n’ose plus trouver celle qui éclairera sa vieet pour l’époux qui cherche sa compagne parmi les ruinesPour les frères et cousins que les paroles des puissants jettent les uns contre les autreset pour celui que de l’hélicoptère, on mitraille dans sa... [Lire la suite]
mercredi 13 juin 2018

POUR MILA - DIALOGUES AVEC L'ANGE...Extraits

Pour Mila qui a 14 ans aujourd'hui . Le feu intérieur est le plus important que l'on possède. La terre appartient à ceux qui portent en eux la plus haute musique. Je me tourne vers les rares individus et les incite à élever leur musique intime, tout comme à bâtir sur l'avenir  Edith Södergran . . . . "Hier, pour une humanité enfant, l’ange était un être mythique, loin et surnaturel, accessible seulement à quelques élus. Aujourd’hui, pour une humanité qui entre dans son adolescence, l’ange descend dans l’ordinaire, et... [Lire la suite]