mercredi 6 juillet 2016

JEAN LAVOUE

Je fus marqué au feu de déserts inconnusDont les froides arêtes souvent me visitaientJ'eus pour seuls compagnonsD'autres marchants brûlésAux braises de leurs rêvesUne parole au cœurSans hâte ils s’en allaientFraterniser vers d’autres mainsLe bief de la rencontre était en euxUn vide ouvertUne frontière à vifUne épaule offerte aux caresses de la nuitA laquelle nul ne pouvait se dérober.Je reconnus leur chant à l'espace silencieuxQu'ils laissaient derrière euxJe naquis dans leurs yeuxD'une source étonnéeJe les suivis sans hâteEt sans me... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

dimanche 26 juin 2016

ASCENDANCE

Nos pères et mères sont notre premier patrimoine, celui, inquantifiable, de la mémoire tacite. Nous avons avec le passé inconnu de notre famille, un lien fort (fort inconfortable aussi!) que nous ne maîtrisons faute de connaissance. Jamais tout n'est dit. Comme un iceberg, nous avons un aperçu superficiel de la vie de ceux qui nous ont façonnés et si, parfois, on entrevoit des couloirs inconnus dans le dessous d'une histoire, ils se perdent souvent trop vite dans le silence ou le secret d'un ressenti jamais transmis. Il y a les... [Lire la suite]
samedi 18 juin 2016

ESPACE TEMPS...

« Le temps et l'espace vivent et prospèrent aux dépens l'un de l'autre. Quand le premier s'accroît, le second diminue et réciproquement. Tout corps se prolonge dans le temps aussi bien que dans l'espace ; sa tête baigne dans la durée, ses pieds plongent dans l'étendue. L'espace est du présent visible. Le temps est de l'espace qui s'ébranle et devient avenir ou passé. L'espace, c'est du temps étendu, du temps horizontal ; le temps, c'est de l'espace à pic, de l'espace vertical. L'espace c'est du temps qui dure ; le temps, de l'espace... [Lire la suite]
lundi 30 mai 2016

CHANSON POUR UNE AMOUREUSE SECRETE

II y avait dans les feuilles une femme qui riait si petite qu’on pouvait en faire une ardoise pour les toits. Une femme pour chaque rire si rose pour couvrir tous les toits. Je pouvais dans la douleur la clouer comme un ciel au sang, au vent ou à l’ombre de l’arbre ou encore à ses ailes. Mais l’amour me surprit dans ma haute nuit de haine avec un oiseau mort dans les bras. Jusqu’où chercherais-je à m’oublier ? Il y avait une femme au milieu de la terre, si rongée de mystère qu’on la prenait pour un fruit pourri. Et les hommes la... [Lire la suite]
lundi 11 avril 2016

JEAN LAVOUE

Si la parole se fait dure à présent,Au point de glacer le sang du poème,C’est qu’elle craint tout autant les envolées belliqueusesQue les élans qui confieront bientôt aux urnesUne demande de dureté plus grande encore!Est-ce une Europe guerrière que nous voulons ainsi,Une terre grillagée,Ou bien un continent où s’invente un avenir,Un vivier de lueurs possibles,Une clairière de paix pour l’homme ?Feignons-nous d’ignorerQu’en guerre nous l’étions déjà,Et cela depuis des siècles !Dominant le reste du monde,La part de l’humanité la plus... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 27 février 2016

VERHAEREN

Lassé des mots, lassé des livres,Qui tiédissent la volonté,Je cherche, au fond de ma fierté,L'acte qui sauve et qui délivre.La vie, elle est là-bas, violente et féconde,Qui mord, à galops fous, les grands chemins du monde.Dans le tumulte et la poussière,Les forts se sont pendus à sa crinièreEt, soulevés par elle et par ses bonds,De prodige en prodige,Ils ont gravi, à travers pluie et vent, les montsDes audaces et des vertiges.L'action !J'en sais qui la dressent dans l'airTragiquement, sur ciel d'orage,Avec des bras en sang et des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

mercredi 11 novembre 2015

LE MONDE D'AVENIR

 La quête du féminin m’a toujours accompagné. Je ne parle pas seulement du désir charnel, mais du besoin de l’amitié, de l’affection des femmes. Je crois à la nécessité d’en finir avec cette exaltation du masculin, entendu comme la volonté de puissance, l’agressivité, la domination. Je me sens profondément blessé par la subordination universelle de la femme. Combien d’hommes sont capables de s’assumer sans celles qu’ils jugent inférieures? Combien de filles n’ont pas accès à l’éducation? Combien d’épouses sont encore opprimées... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 5 octobre 2014

FEUILLETS D'HYPNOS 127

Viendra le temps où les nations sur la marelle de l'univers seront aussi étroitement dépendantes les unes des autres que les organes d'un même corps, solidaires en son économie. Le cerveau, plein à craquer de machines, pourra-t-il encore garantir l'existence du mince ruisselet de rêve et d'évasion? L'homme, d'un pas de somnambule, marche vers les mines meurtrières, conduit par le chant des inventeurs… .   RENE CHAR   .   Photographie Sting Tun        
Posté par emmila à 21:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 23 septembre 2014

SECONDE ENFANCE

Enfant, si proche encore de ta naissanceA ton tour, tu connais l’enfantementLe monde n’est pas, tant que tu l’ignoresTu le vois, toujours pour la première fois !Ton regard l’enfante, l’invente, l’enchanteAube d’été, bleu de ciel et bleu de merD’un seul feu. Tout est don, tout t’est offertEspace un coup de rafale sans limiteEt le temps le trot d’un âne sans finLa brume ayant établi tous les pontsUne chenille ouvre la voie des dragonsToi, tu suis la sente à travers fougèresMenant aux trésors : sauterelles – cascadeLibellule – alouette,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 7 septembre 2014

LA LIBERTE DES MERS...Extrait

Je n’attendais plus rien quand tout est revenu, la fraîcheur des réponses, les anges du cortège, les ombres du passé, les ponts de l’avenir, surtout la joie de voir se tendre la distance. J’aurais toujours voulu aller plus loin, plus haut et plus profond et me défaire du filet qui m’emprisonnait dans ses mailles. Mais quoi, au bout de tous mes mouvements, le temps me ramenait toujours devant la même porte. Sous les feuilles de la forêt, sous les gouttières de la ville, dans les mirages du désert ou dans la campagne immobile, toujours... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,