dimanche 20 juillet 2014

GAZA SOUS LES BOMBES , JUSQU'OU LA PATIENCE....

En avril 2002, avec d'autres écrivains du Parlement international des écrivains, nous avions traversé la Palestine de Ramallah à Gaza. A mon retour j'avais écrit ce témoignage sur cette guerre qui n'en finit pas: une guerre menée avec des tanks et des bombes mais aussi avec des buldozzers. Une entreprise de démolition. Un effort sans précédent dans l'histoire de re-territorialisation. Une guerre agoraphobique... Le texte s'intitulait "Sabreen ou la patience". Plus de dix ans après, j'ajoute: Jusqu'où la patience?  . A l'époque... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 2 juillet 2014

BERNARD PERROY

                                                                                          ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 29 mai 2014

COEUR PAR COEUR...Extrait

Quand nous vivrons de rienà l’ombre de nos érablesnus et abandonnésdans le champ désertde nos seules habitudescomme fleurs oubliéessur un corps inconnuquand nous vivrons deboutdans la nuit éternelleaprès nos années-lumièreperdues dans les marges du tempsqui passe entre nos motset revient pour dire adieusur une page immaculéequand nous vivrons d’étincellesau cœur du tableau noirquand nous vivrons d’étoilesdans nos jours sans finquand nous vivrons de tout et de riennous serons libres comme l’amourdans les draps du vent .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 20 juillet 2013

UN FIL ROUGE DANS LE LABYRINTHE...Extrait

J'ai si longtemps navigué que je ne sais plus quel royaume oublié vit un jour mon départ ni même si de quelque terre originaire j'en suis à traverser ce présent hors voyage dans l'immobile sans feu ni lieu de l'exil J'ai vu le sang couler des pierres J'ai vu la lumière s'évanouir de douleur J'ai vu pleurer la terre muette de chagrin Et j'ai vu des hordes ravager les cités disposer du bétail humain en hécatombe tandis que les fleuves mugissaient rougissaient J'ai vu la nuit s'ouvrir dans le jardin des nuits J'ai vu danser les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 21 avril 2013

FEMMES

L'impossible ne peut être femmes!  Nous aurons toujours la taille de nos rêves !  Nous rejoindrons, de notre florale impatience   Dans la lumière de nos espérances,  Le suc flamboyant des étoiles  Et le rire assourdissant des dansantes comètes !   Nos fièvres habillées des houles des naissances  Nous offriront, comme toujours, tout ce temps  Pour  tisser, dans nos profondeurs ailées,   Tous ces fruits volants de l’amour  Qui naissent et... [Lire la suite]
mardi 26 mars 2013

DEUX MILLE ET DES POUSSIERES

je raye un millénaire sur le calendrier. - Comment trouvez-vous cette vie? - Palpitante! - Et ce siècle? - Passable. L'éternité ne fait pas son âge, ce matin Et moi, poète confidentiel d'une langue partout étrangère, Je vous dis que les rues regorgent d'êtres qui n'ont jamais vécu Et prennent néanmoins la mort en marche ainsi qu'un autobus Pour des odyssées sans issue vers d'abstraites Sibéries ou de scabreuses Babylones. Ceux qui n'existèrent qu'à reculons, nourris d'absence et d'avenir posthume Savent combien il est dangereux de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 26 mars 2013

GUILLEVIC

Que viens-tu faire, poèmeDans le royaume? Je viens pour approfondir Le silence, Pour t’emmener au plus pur de lui, Là où il te fait vivre L’espérance que le monde A de son avenir, là Où il trouve Ce que tu attends de lui et de toi : La fusion.   .   EUGENE GUILLEVIC   .          
Posté par emmila à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 28 septembre 2012

JOURNAL 1995...Extrait

« Par ailleurs, ma vie est verticale. Ma vie est une totalité verticale. Il faut rompre avec cette vision horizontale des choses qui privilégie la chasse, sur une mer plate, d’une impossible proie. Il ne faut plus chasser la vie devant nous. Il faut cesser d’user de ces yeux de tueurs. Chacun de nos regards vers l’avenir plante un harpon de plus dans notre vie présente, notre seule vie. Ah, comme les enfants sont heureux, qui savent que la vie se dresse tout entière vers le haut, pareille à une fontaine » . NICOLAS... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 8 juin 2012

MÊME SI...

  Même si nos âmes sont meurtries Même si nos cœurs se sont taris Et dans nos armures, enfermés Nous ne pouvons plus respirer   Je porte encore  en moi La révolte d’autrefois   Même si nos armes sont  rouillées Même si nos larmes ont séché Même si vos lames affutées  Ont tranché notre destinée   Je porte encore au poing Les fleurs rebelles de demain   Même si nos idées ont heurté Les frontières de vos pensées Même si nos mains sont refermées Sur le vide et la vanité   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 14 mai 2012

C'EST BIEN ICI LA TERRE...Extrait

« Il y a un matin où les grands ciels sont faits pour nous,   où les cailloux avancent avec nos marches,   où se disperse sans regret ce qu’on ne saura jamais.   Rien n’effraie plus les souffles qui respirent en passant.   Écoute : les routes tremblent, même pour les chercheurs d’or, nos défaites ont faim de nous plus que nous le croyons, mais sur ton cou, les colliers se changent un à un, pour annoncer le jour qui vient, le jour qui  tourbillonne,   et ton rire lance sa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 04:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,