mercredi 7 septembre 2016

CE QUE JE DOIS AU FROISSEMENT DU THYM ( Hommage )

Les choses sont là et je suis à elles, absentes ou sous mes yeux. Ainsi je nais au chèvrefeuille en plein soleil, à l'escargot sous une acanthe un jour de pluie, au figuier dans la pénombre. Et dans les plis ombre et lumière jaillit comme un défaut, un manque ; l'air vibre, l'horizon, tout soudain, c'est l'absence de toi, de toi à l'instant si lointaine. Le sang cherche à régler son pouls, le paysage que tu enrobes se déploie, inflexions bombements buissons sillons rivière, les remuements du cœur dans les frissons du frêne, ciel lavé,... [Lire la suite]

lundi 15 août 2016

MATIERE DE LUMIERE ...Extrait

Effleuré par l'oiseau de l'instant Le jardin rentre dans son ordre présent Dans la lumière grise Les couleurs viennent du rose de son cri Le tapis que l'ombre tisse Dans l'éclaircie soudaine Est pour le regard une partition connue La fraîcheur sur la joue gauche Le main droite étendue tout est peut-être retrouvable Et nous sommes des statues familières Sous les doigts légers du lieu   .   HEATHER DOHOLLAU   .
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 30 octobre 2015

DANS LA MAIN DE LA TERRE

Il y avait peut-être cent ans qu’elle était là, ou peut-être juste un instant. Le vent de la nuit lui caressait le visage et je ne saurais vous dire où était son pays, où était sa maison, si elle était femme de marin, de paysan, d’exilé ou d’émigrant, si elle avait franchi la mer, une montagne ou l’océan.  La terre semblait être derrière elle ; en la voyant marcher on pouvait imaginer qu’elle la portait toute seule sur ses épaules.   Allez donc savoir ce qu’elle s’en allait chercher, ce qu’elle aurait aimé entendre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 13 juin 2015

J'AI VU SES YEUX

Pour Mila qui a aujourd'hui 11  ans   J’ai vu ses yeuxUn bel étang de femme-saule perdue dans un espace étrangeLe songe lointain des contrées et ses lèvres d’oiseau mouilléesSi bien que du bout de mes doigts j’aurais voulu les essuyerComme au matin, une fontaine, son sourire d’enfant combléPlus clair que l’infante Isabelle et plus vif qu’un jet d’hirondellesQue l’oriflamme du matin et le miroir d’une sirèneLe page blond du printemps et l'alauda des mutinésEst-il permis d’être aussi blonde à en rendre jaloux les blés De... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 26 décembre 2014

GUISANE...Extrait

J’ai trop écrit de poèmesJe saisMais l’arbreJ’ai trop écritAvec les prophètesEt les guetteursJ’ai trop écritJe n’ai jamais su vivreAutrementJe conte l’argileJe compte sur le tempsQui me rendra lisibleLa postérité c’est toujoursUn mal entenduQui sourdMon enfance est un puits perduJe change l’eauEn lumièresJ’ai trop écrit dans la coulisseVeilleur de l’invisibleDonne-moi un repèreDans ce monde précaireJ’ai perdu le pèreJ’ai trop écritJ’ai cherché de l’orDans la rivière boueuseEt fautiveJ’ai trop écritQue reste-t-il de nos vies ?Le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 26 avril 2014

L'AVANT-SAISON...Extrait

Les dieux ont déserté la terreils ont laissé l’ocre et le bleules cimes violettes la sourcele mercure ardent de la mertel un peintre terrifiéabandonne sa palettetels des courtisans chassésoublient leurs boites de fardsvoici les couleurs minéralesparmi les hommes stupéfaitset leurs doigts inaccoutumésà ces mystérieuses merveilleseffleurent de minces substancesrepliées sur leurs secretsoffertes selon l’apparencechiffrés comme des énigmesun matin de grise attenteà l’heure de l’aube platesur la mer j’ai vu la beautéériger ses hautes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 3 janvier 2014

LES ECRITS DANS L'ARBRE...Extrait

N’oublie jamais la beauté des mots qui s’endormentà même la terre. N’oublie jamais le verbe du verre etla tentation du sable. N’oublie jamais les grammairessubtiles dans les frondaisons de l’île. N’oublie jamaisde dire que tu aimes ceux que tu aimes. N’oubliejamais le silence de ton enfance à jamais recommencéesur le chemin de l’âge. N’oublie jamais la patienceet la passion.Et la chanson que tu aimes. Et la mémoire est unmille-feuille où les abeilles du jour se souviennent dujour premier de la ruche.N’oublie jamais les mots qui te... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 10 décembre 2013

SAISIR UNE FLÛTE

Saisir une flûte et devenirAlouette à son rayon de soleilOu rossignol qui.picore les étoiles bleues du sommeil.Saisir une flûte et conquérirUne nébuleuse sonore;Saisir une flûte, laisser son âme frémir;Baiser et rebaiser cette baguette de féePour la faire chanter sur les lèvres envolées.Saisir une flûte et grandir,Se croire les roulades du vent au revers du coteau,l'azur soufflant sa gamme à la pointe du roseauOu le ruisseau qui solfie au long de ses rives.Saisir une flûte et cueillirL'espace qui crisse et s'éveille;Devenir le convive... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 27 novembre 2013

TROIS COUPS SOUS LES ARBRES

Il y a la beauté qui est la vérité réussie des choses, leur dimension harmonieuse, et le bonheur qui tombe comme la foudre d'un ciel qu'on croyait sans surprise, cerné de toutes parts par des étoiles, les mêmes qui troublent peut-être l'esprit de ceux qui habitent de l'autre côté de la nuit. Comment agir pour être heureux, toujours davantage, sans trébucher, sans vieillir et sans perdre courage? Sans courir trop vite devant son amour avec la crainte de ne plus l'apercevoir en se retournant? Nous abordons cette envie comme un mur de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 26 novembre 2013

MON FEUILLAGE...Extrait

L’ai-je dit ? Je l’ai dit souvent. Je le redirai. Je suis l’arbre et le sable. La pierre.Je n’ai guère fleuri ni porté de fruit.Le feuillage ne me pesait guère.Et sûrement qu’elle est perdue, la graine de ma race.Mais ce que j’ai chanté je l’ai chanté.Et ce que j’aurai dit sera dit. Si je ne l’ai pas labourée, ma terre, je l’ai chantée.Si je l’ai mal fauchée, j’ai parlé de ses fruits.Pas une herbe au talus que je n’aie respirée,Le moindre souffle d’air, j’en ai loué le bruit. Ma terre, mon pays, la parcelle et le pré,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,