vendredi 17 août 2018

RACHELLE FERREL - MY FUNNY VALENTINE

Posté par emmila à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 9 août 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Un chant va-t-il fleurir tout au bout de tes pas ?Tu n’en sais rien encore mais ne t’en soucie pas :L’éclat de l’hirondelle, la fraîcheur des courantsTe portent du bout des ailes ;Tu respires en marchant.C’est un pic de silence, un rivage inversé,Un mot de contrebande, une passe oubliée...La danse des papillons,Tu t’engouffres en rêvant.Le flot bleu des je t’aime,Tu devises en priant :Oh ! Que la terre est belle,Que me prenne son chant.Dans la toile du vent, les libellules se fontDes allures de reines. Tu foules les ajoncs dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 5 août 2018

L'ÂME DU VIOLON

Pour le quatuor à cordes Con Tempo   « Sa sonorité venait de l'âme -elle était fabriquée avec un os d'oiseau. »Dit un musicien du violon de son ami,celui sur lequel tantd'airs bien formésont été tournés et joués.En français on l'appelle l'âme,l'âme de l'instrument ;à Crémone, lorsque le maître luthierrapporta une provision de bois qui avait crû lentementdans les hautes Alpespour le façonner sur ses moules,on l'appela anima -Une cheville en bois rondefut placée avec soin à l'intérieur de l'instrument,presque sous le... [Lire la suite]
dimanche 5 août 2018

PETITE ANTHOLOGIE PRIVEE D'AUTOCYLUS

Je vote pour la démocratie subtile des fleurs ayant ton violetOu pourpre et, parmi les familles éligibles, deux ont ma préférence. Qui sont la pivoine, le lupin, que leur humilité nordique protège.A la première j’attache l'apprêt d'un seau en fer blanc mal émaillé, Quelque part sur un marché de plein vent, la rive d'une rivière Se ramifiant au pied d'une cathédrale gothique comme l'artichaut. Dans la poussière de brume d’un contre-jour vaporisant en bleu Sa bouillie bordelaise sur le légume essentiel, la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
mardi 24 juillet 2018

ALORS BEAUTE

Alors beauté tu es venue tu m’as je crois demandé l’heure je resterais là dans la rue devant toi pour l’éternitéEt devant toi voir-être vu et pénétrer dans l’inconnu devenir ta raison secrèteEtre éclairé par le mystère et être admis par l’interdit être écouté par l’inouï et reflété par la merveille et le mirer aussi bien qu’elle Tes yeux d’enfant enclos dans l’ombre deviendrais-tu plus belle en montant l’escalier et de grâce parfaite au septième palierEt les fleurs du mancenillier sur le papier peint de sa Chambre Tes yeux jardins... [Lire la suite]

dimanche 8 juillet 2018

LES VRILLES DE LA VIGNE...Extrait

"Moi, j'aime. J'aime tant tout ce que j'aime ! Si tu savais comme j'embellis tout ce que j'aime, et quel plaisir je me donne en aimant ! Si tu pouvais comprendre de quelle force et de quelle défaillance m'emplit ce que j'aime... C'est cela que je nomme le frôlement du bonheur. Le frôlement du bonheur... caresse impalpable... frisson mystérieux près de se fondre en larmes, angoisse légère que je cherche et qui m'atteint devant un cher paysage argenté de brouillard, devant un ciel où fleurit l'aube, sous le bois où l'automne souffle une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 7 juillet 2018

BRUNO ODILE...Extrait

Nous portons nos enfances jusqu’aux bords ruisselants de nos frontières. Des bouts de fils et de laine blanche tricotent ensemble des longs cordages extravagants. Nos candeurs exhalées dévisagent le monde et tirent la langue aux passants incongrus. Nous portons nos enfances comme le charretier conduit son attelage, se frayant un chemin parmi les ombres et les ravins. Nous détenons dans le regard toute la source de nos magnificences et c’est de ce reflux d’images, tantôt normales, tantôt subliminales, que nous extirpons des vagues... [Lire la suite]
samedi 30 juin 2018

GEOFFREY ORYEMA

  .     Geoffrey Oryema 19 octobre 2013, Bonifacio