vendredi 21 juillet 2017

A LIZZIE

   J'ai fait votre connaissance en feuilletant un de vos carnets de dessins qui en a appelé d'autres, et je trouvais une place dans chacun d'eux. C'est ainsi que je me suis assise à côté de belles provençales, sur un banc, que j'ai "fait" le marché avec quelques acheteuses éventuelles, ou simples promeneurs. Sur la pierre de vieux escaliers déformés, qui les rendaient uniques, j'ai caressé un chat dormant ou faisant semblant. Je me suis même invitée sur des bateaux, desquels j'ai pu admirer l'Ile de Beauté ou la Bretagne et... [Lire la suite]

mercredi 12 juillet 2017

LIBRATIONS

Jusqu’où peut aller la danse, Dans le tumulte d’un tapis nocturne ? Qu’accompagne, au juste, Cette lumineuse euphorie ? Les mains, semblables à des fruits aveugles, A des fruits de questions, Froissent la page d’éther Qu’entretient le quiet phénix. Et la robe, de ses flammes, enveloppe La danse qui se lave à l’ivresse de l’éphémère. Tant que semblent durer Cette nuit, cette barque, Ce port, ce pont, ce phare, Je chanterai cette lune aux arabesques foetales.   .     © MOKHTAR EL AMRAOUI "Arpèges sur les ailes de... [Lire la suite]
lundi 10 juillet 2017

FEUILLETS, ECRITS I...Extrait

L’exubérance, fleurs, feuillages, du milieu de juin n’est rien comparée à la puissante maturité qui saisit cette terre plus belle qu’aucun ciel. A la fin de juillet le ciel auparavant comme une lisse toile bleue se creuse soudain, gouffre sans un frisson où baignent les feuillages verts et noirs d’une dureté inexorable ; et lorsque août arrive, on voit vers le soir la lumière comme un fleuve fuir à l’horizon vers une mer inconnue et rendre à la voûte abandonnée sa transparence peu à peu chargée d’étoiles.   .   Gustave... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 9 juillet 2017

SERGE VENTURINI...Extrait

Pour notre âme, les hommes sont des cristaux :ils sont la nature transparente. Novalis   La poésie est transparence de l'invisible. Elle est dans la recherche charnelle de la transparence aux lèvres sensuelles, au galbe des formes de la femme ronde, même si le plus souvent elle n'apparaît qu'en formes décharnées d'anorexique. Si la beauté est fille de l'invisible, elle occupe toute la place en sa rose iridescence nacrée. Pour le voyant, la beauté est irradiante. Son impact est percussion et tumulte. Elle foudroie dans sa... [Lire la suite]
vendredi 30 juin 2017

JEAN-TOMAS WARD...Extrait

Que ce soit les tiennes les dernières poussières d’étoile qui m'envolent. les blandices constellées sur tes paupières cristallisent l’énigme le décor palpébral. comme une mosaïque d'aurores où adorent s'attarder mes traversées . fragrance d' iridescence que mes vertiges thésaurisent comme des fragments d’empyrée. que ce soit les tiennes les dernières mains à poétiser mon visage. ton aura lustrale rosoyée sur mes joues y perler les gouttes d'entéléchie peut être avoir le courage d'effleurer l'horizon omineux encore une fois,... [Lire la suite]
vendredi 16 juin 2017

DONNE MOI LA FLÛTE ET CHANTE

Donne-moi la flûte et chanteCar le chant est le secret de l’existenceEt le sanglot de la flûte survivraQuand aura péri, l’existenceAs-tu comme moi fait de la forêt ta demeure et déserté les palaisSuivi les rivières et escaladé les rochersT’es-tu purifié de parfum et imprégné de lumièreAs-tu bu le nectar de l’aube dans des coupes sans corpsDonne-moi la flûte et chanteCar le chant est le secret de l’existenceEt le sanglot de la flûte survivraQuand aura péri, l’existenceT’es-tu comme moi posé le soir dans les bras de la vigne,caressé par... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

dimanche 11 juin 2017

CANTIQUE PAÏEN

Vanille le parfum de tes hanches sur le drap fauve Les ors et les caresses adamantines et le vertige Tout en haut de tes collines où des alphabets mauves Disent des marées muettes où le ressac se fige Je resterai longtemps comme un récif sur tes seins Comme un géant qui découvre émerveillé et gourd Le peuple égayé de ta peau – Frisson sur un parchemin La graphie délicate et inspiré de ce puits qui sourd Je vais sur ta peau inscrire des runes et des symboles Ce vieil amour indolent – Gardien d’un cantique païen Où le vent... [Lire la suite]
mercredi 7 juin 2017

PETIT INVENTAIRE

Afin de tous vous remercier pour votre fidélité durant les dix années de l'existence de ce blog de poésies du monde, j'ai choisi ce joli cheminement poétique tout en délicatesse de Sylvie Méheut . . . . . La roselière La santoline Le quartz éolien de l’errance La note bleue qui s'illumine Entre l’azur et l’espérance L’allée couverte de Nohant Le guéridon sous la verrière Sur la villa des Églantiers La chrysalide de la mer Le front fiévreux de la Durance Mézières La Sorgue Et la Puisaye La timonerie de la... [Lire la suite]
mardi 30 mai 2017

LA VIE RÊVEE...Extrait

Tu peux bien m'enfermer Dans la neige et les fleurs, Me défendre d'aimer Une saison nouvelle. Je regarde le ciel Et je te porte en moi. Tu sauves les vergers. Ton rire mieux qu'une aile Apprivoise en passant Une étoile égarée. Les lièvres les oiseaux Boivent dans tes prunelles. Tu es toute la vie, La glaise et le feuillage. Si j'écarte le vent Je trouve ton visage Dormant comme un ruisseau Plein de frai lumineux Ta main va se poser Sur ma plus haute branche. Tu plantes des bleuets Tout autour de mes yeux. L'océan accompagne Au... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 30 mai 2017

LES ECRITS DANS L'ARBRE...Extrait

Si j’écris un vers à même le songe de ta peau. Ce sera pour ton dos. C’est beau la cambrure des mots. Si j’écris un vers qui tombe dans le verbe de tes seins ce sera un poème jumeau et serein. Si j’écris au pied de la cathédrale de ton âme ce sera pour le vitrail de tes yeux et pour la patience de la flamme. Si j’écris un vers pour tes collines de lumière ce sera la frondaison du désir et le vin de résines. Si j’écris un vers à l’oreille des sources ce sera la pente et les frissons. Si j’écris un mot sur tes cuisses ce sera de l’eau... [Lire la suite]