vendredi 26 août 2016

ALAIN DUAULT

« Être poète, c’est regarder le monde avec des mots. C’est être constamment sur le qui-vive — en entendant : qu’ils vivent, les mots, les hommes, les oiseaux. C’est-à-dire : que la beauté les sauve et invente une langue qui ouvre ses portes vers des couloirs nouveaux, déplie les temps trop sages, brise la mer gelée des évidences. Être poète, c’est avoir des oiseaux dans la bouche, courir le ciel, gravir le vent avec des semelles trouées comme un parapluie. C’est, guetteur mélancolique, être sujet aux langoureux vertiges. C’est vouloir... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

vendredi 26 août 2016

LES IMPARDONNABLES...Extrait

En poésie, comme dans les rapports entre les personnes, tout meurt dès qu’affleure la technique. Ma véritable éducation de l’esprit n’eut jamais d’autre fin, depuis l’aube du monde, que la mort de la technique, de ce triste savoir-vivre que les adultes fournissent un jour à l’enfant, lui à qui tout réussit avec le plus grand naturel. À cet artisanat du vivre, chaque homme est arraché sur le seuil de son innocence – comme jadis les princes, attirés loin de la maison paternelle par les fleurs jaspées ou par la biche aux abois. C’est un... [Lire la suite]
mercredi 24 août 2016

DONNE-MOI LA FLÛTE ET CHANTE

Donne-moi la flûte et chante Car le chant est le secret de l’existence Et le murmure de la flûte survivra Bien au delà de l’existence As-tu comme moi fait de la forêt ta demeure et déserté les palais Suivi les rivières et escaladé les rochers T’es-tu purifié de parfum et imprégné de lumière As-tu bu le nectar de l’aube dans des coupes sans corps Donne-moi la flûte et chante Car le chant est le secret de l’existence Et le murmure de la flûte survivra Quand aura péri l’existence T’es-tu comme moi posé le soir dans les bras de la... [Lire la suite]
lundi 22 août 2016

LA OU LEUR CHAIR S'EST USEE...Extrait

" Cette tendresse qui vient aux arbres au printemps feuillages qui se nimbent au gris de l’averse sous la caresse abrupte des soleils rasants ce flux de sang aux joues des jeunes gens l’onde qui nie le temps au sourire des vieillards ces traces sur le sable avant l’envol dont nous déchiffrons l’appel qui en voit la beauté sinon nous "   .   JEAN LE BOËL   .  
Posté par emmila à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 21 août 2016

AIMER A REINVENTER LA RAISON

Je prendrai de l’énergie cinétique des vents et des océans tout ce qu’ils ont d’électrique et j’en ferai des rafales d’éclairs qui allumeront les hauts quinquets ancestraux pour éclairer la profondeur des cieux afin d’y graver ton prénom. Adviendra l’orage qui éclatera l’espace et brisera les temps, submergeant de ta voix les antiques prophéties. J’ordonnerai aux fleurs qu’elles se nomment par la spontanéité des hasards sans saison comme raison. Je troquerai mes colères pour un lit de tournesol et sous le plaid de jasmin s’écrira... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 17 août 2016

KAMEL YAHIAOUI

J'ai interrogé les poutres voûtées par l'endurance des siècles qui soutenaient les fermes robustes des terres vaillantes la mémoire encore valide du chêne veille étincelante sous les mortiers opalins des temps nouveaux l'odeur savante des murs gorgés de vies paysannes sentent l'étable qui abritait le duvet de la vache porteuse de la particule du noble métayer oh combien de bouses écoulées pour isoler le cœur de la métairie des tempêtes chaotiques nombre d'arbres sacrifiés sur le parvis des hivers affamés pour réchauffer la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

vendredi 12 août 2016

JOEL GRENIER...Extrait

Elle coule au fond des bois, la source, pour remettre de la couleur dans le cœur des buissons. Mais l'on ne sait toujours pas s'il faut croire à la légende d'un femme qui s'y baignait. On dit qu'un homme moitié humain, moitié poète, la regardait chaque fois qu'elle se mettait nue pour se laver de quelque hier. Et que les arbres murmuraient dans le bruissement de leurs feuilles qu'ils n'avaient jamais vu eau si claire dans le reflet de ses soupirs. Il paraît que depuis ce temps, un poème coule de source et que des rimes, en attendant,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 7 août 2016

L'ETE A GAZA

L’été à Gaza n’est pas l’été d’ailleurs, C’est un été très particulier Un été merveilleux où surnage une beauté Qui transperce les yeux Un été lumineux , un été vivant Un été ensoleillé aux nuits tranquilles Un été plein d’espoir, Un été doux fleurit aux rayons de chaque heure. Mais c’est un été passionné, passionnant et bouleversé Qui apparaît , dans le sang et la patience, Un été que même la poésie la plus colorée Et le grondement des textes écrits Ne pourraient décrire, Un été sans vacances pour les enfermés. En été, à Gaza, A... [Lire la suite]
samedi 6 août 2016

LE CHANT DE SAMA N'DEYE...Extrait

-Tondisa bomoyi nanga na bandoto…[-Remplis ma vie de songes…]Carlito Lassa   . Au milieu de mille images,ton visage apparaît. J’étreins la visite qui précède ton corps et je remplis la maison qui t’attend de chants d’accueil.   Le feu de mes appels a brûlé leurs yeux, les voyants sont devenus aveugles.   Et sur la natte de vérité, les cauris qui ont roulé se sont trompés. - Ils prédisent des douleurs quand mon cœur fleurit.   Ecoute le chant de N’déye, écoute mon chant.   Je ne clame... [Lire la suite]
samedi 6 août 2016

JEAN-MARC LA FRENIERE...Extrait

Il n’y a que l’homme pour faire une potence d’un arbre le plus beau, en chasser les oiseaux pour en faire une croix. La joie se heurte aux hommes. La haine a le champ libre. Ils se battent pour elle. Longeant le précipice du monde, je me raccroche à la ténacité des plantes. Je lance des mots à tout hasard pour sonder l’infini. On les entend cogner contre un mur invisible. La beauté n’a pas besoin qu’on la regarde. Elle nous prend par la main. Le geste le plus banal devient une caresse. Les bras du quotidien soulèvent l’espérance. Il... [Lire la suite]