mardi 9 décembre 2014

POEMES EPARS...Extrait

Voici l’été de ton nom murmuréle grand été vert tout autour de ta maisonet si doux quand glisse dessus ton regardvoici les miels de somnolenceà ton cou d’herbes follesl’oubli collier de mésangesje soufflais sur toi un vent de puitsalors tes yeux avouaientleur beauté d’années-lumièreet sous ma main de parfaite innocencenaissait ton corps le parfait paysvoici l’été profond dans ton oreillemais pour moi l’été cratère où tu n’es pasle grand châle bleu de l’espace où mourir     GASTON MIRON         ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 4 décembre 2014

HYMNE DANS LA NUIT

L’ombre, comme un parfum, s’exhale des montagnes, et le silence est tel que l’on croirait mourir. On entendrait, ce soir, le rayon d’une étoile remonter en tremblant le courant du zéphyr. Contemple. Sous ton front que tes yeux soient la source qui charme de reflets ses rives dans sa course... Sur la terre étoilée surprends le ciel, écoute le chant bleu des étoiles en la rosée des mousses. Respire, et rends à l’air, fleur de l’air, ton haleine, et que ton souffle chaud fasse embaumer des fleurs, respire pieusement en regardant le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 30 novembre 2014

L'ALPHABET DES ETOILES...Extrait

Tu sèmes des rêves qui ne germent pas. Les nuits ouvertes mouillent le chemin de ta voix et trouvent l’écho de mon registre sur la trace de notre légende. Nous surgissons de nos jouissances l’écume de nos vies éblouit les étoiles. Un arc-en-ciel de colombes s’envole quand je retiens ton sommeil entre mes draps calciné par l’été. J’ouvre mes bras et te garde dans un bercement qui fait de ton corps le visage de mes nuits. Entre mes mains as de mirages ce prodige a filé le métal de nos épreuves. Je t’offre la transgression insomniaque du... [Lire la suite]
dimanche 23 novembre 2014

PROPOS SUR LA NATURE...Extrait

«... Ressentir d’une chose qu’elle est belle, comme nous le faisons sans que rien nenous y prépare ou encore moins oblige, c’est éprouver qu’elle éclaire plus loin qu’elle-même; c’est éprouver, à la fin des fins, qu’elle ouvre à n’en plus finir.Par elle, je suis conduit vers la lumière qui a porté depuis des siècles tant de noms divins,dont aucun n’est jamais parvenu à ne pas la voiler en partiePar elle, je suis entraîné, comme par des sirènes non captieuses, dans un espace qui pourrait être de plus en plus ouvert ; comme il arrive... [Lire la suite]
dimanche 23 novembre 2014

ELLE, PAR BONHEUR ET TOUJOURS NUE

Pourvu que Pierre la regarde encore et encore et la fasse fleurir nuit après nuit, Marthe consent à être nue devant lui et prise, surprise, dessinée             nue sur le lit juste après l’amour, voluptueuse encore, indolente, une main caressant le sein où le plaisir longuement s’étire,             nue à demi enfilant ses bas et tournant la rouge jarretière, la jambe prête aux pires écarts,             nue aux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 22 novembre 2014

ARCHIPEL DE HAUTS KSOUR

Sur la dune soyeuse Où l’insecte a laissé une infime graphie, L’aube avec l’ombre, au bord du monde, est connivence : Glyphe diffus, toujours Bleui de crépuscule, amplifié de nimbes D’ambre pâle et d’or blond ... Le jour se fait regard, Sur l’horizon lavé de brume imperceptible, Dans l’azur nouveau né ... Parmi les tamaris Grêles et purs, la tourterelle, Cendrée de nuit, ne songe à s’affliger, Captive du silence ... Un fleuve au loin se grave Dans les gorges ; le ciel m’épelle une vallée Choyée de fèves et de roses ; Et la bonté de... [Lire la suite]

vendredi 14 novembre 2014

TA SOURCE

Elle naît tout en bas d'un lieu géométriqueA la sentir couler je me crois à la merParmi les poissons fous c'est comme une musiqueC'est le printemps et c'est l'automne et c'est l'hiverL'été ses fleurs mouillées au rythme de l'extaseDans des bras de folie accrochent les amantsOn dirait que l'amour n'a plus besoin de phrasesOn dirait que les lèvres n'ont plus besoin d'enfantsElles coulent les sources en robe ou en guenillesCelles qui sont fermées celles qu'on n'ouvre plusSous des linges qu'on dit marqués du sceau des fillesEt ces marques... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 5 novembre 2014

CONCERT ORANGE BLOSSOM LIVE 2014

Posté par emmila à 23:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 30 octobre 2014

MASQUE NEGRE

A Pablo Picasso   Elle dort et repose sur la candeur du sable. Koumba Tam dort. Une palme verte voile la fièvre des cheveux, cuivre le front courbe. Les paupières closes, coupe double et sources scellées. Ce fin croissant, cette lèvre plus noire et lourde à peine – ou’ le sourire de la femme complice? Les patènes des joues, le dessin du menton chantent l’accord muet. Visage de masque fermé à l’éphémère, sans yeux sans matière. Tête de bronze parfaite et sa patine de temps. Que ne souillent fards ni rougeur ni rides, ni... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 25 octobre 2014

SERMENT

Devant l’aube graduellequi préface le mondeet le silence étaleautour de nos épaulesdevant les veines bleuesdes vitres sous le gel l’éclosion des fenêtreset des neiges futuresdevant l’aire qui flambeet l’ombre fraternelledevant l’immense baieet l’arbre foudroyédevant la Croix du Sudet la nuit sanctifiéeJe le jure :La beauté seule est innocente. .   GILLES BAUDRY   .      
Posté par emmila à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,