jeudi 2 mai 2013

LES PLANCHES COURBES...Extrait

Nous mettons nos pieds nus dans l'eau du rêve, Elle est tiède, on ne sait si c'est l'éveil Ou si la foudre lente et calme du sommeil Trace déjà ses signes dans des branches Qu'une inquiétude agite, puis c'est trop sombre Pour qu'on y reconnaisse des figures Que ces arbres s'écartent, devant nos pas. Nous avançons, l'eau monte à nos chevilles, Ô rêve de la nuit, prends celui du jour Dans tes deux mains aimantes, tourne vers toi Son front, ses yeux, obtiens avec douceur Que son regard se fonde au tien, plus sage, Pour un savoir que ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 1 mai 2013

HEATHER DOHOLLAU - HOMMAGE

" Une  page du ciel où s'inscrit la terre     Ses arbres frêles, la fumée de ses feux     Où brûle une heure d'Avril     Par la blancheur de la page     S'échappent les paraphes des nuages     Leur fuite infinie     Hors de si peu d'espace     Le paysage est rentré dans la fleur de l'oeil     La cascade de la vue s'étale en cette eau ultime     Où dans un long regard, le coeur se mire ..."  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 2 avril 2013

LE GANT DE CRIN...Extrait

Quelle terrible épreuve constamment renouvelée. S’asseoir pour écrire le plus beau poème du monde, le sentir tel en soi, le vivre, en contenir difficilement la frémissante beauté qui déborde et transforme tout votre être et le soulève, puis … rester avec ce bout de glace entre les doigts ou cette cendre ! Tout le reste a été consumé à l’intérieur. Dehors, il n’y a plus que le reflet des flammes. Car le poète est un four à brûler le réel. De toutes les émotions brutes qu’il reçoit, il sort parfois un léger diamant d’une eau et d’un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 27 mars 2013

CREPUSCULE D'AUTOMNE

Sa salopette bleue lui serre la ceinture, lui morcèle le corps en fesses et en seins, la mue en petit homme et lui donne les pleins pouvoirs d’une délicate architecture. Parmi la brise va la chevelure obscure, tout entière elle est fruit, tout entière venin ; de ses cuisses ramant – de genre mal certain –, elle invente une éphémère pisciculture. Amazone à la salopette bleutée, l’art la fige dans ce parallèle rituel, mouvant sillage à l’abri des migrations ; vieux poète, vois-la te jeter ses regards de ses yeux piquetant... [Lire la suite]
dimanche 24 mars 2013

SEUL UN CALICE

Seul un calice rempli de larmes a l’éloquence du discours quand il parle de la grandeur humaine. Qui donc encore a conscience de l'opulence indécente quand des enfants meurent de faim ? Je sais que "beauté" est un mot païen qui se décline en cris de cœur. Je viens de la lumière intérieure du verbe et des choses. Je viens d’une lumière originelle que la matière cache à l’insignifiance de l’œil humain. Je viens de la lumière matrice qui articule l’atome pour donner la vie. Je viens d’un seigneur de sang lointain. ... [Lire la suite]
dimanche 17 mars 2013

SAHARA...Extrait

(....) Désert ! tu es mère des Garamantes, nos ancêtres maîtres des oueds tu es mère des mers, océan des poissons de sable, mire des mirages d’oasis aux rives blanches et noires : elles sont au nombre de tes fils Sahara ! L’âme qui te contemple les yeux fermés tient de ton sang. Graine semée : C’est dès l’aurore que l’on reconnaît la bonne matinée Désert ! J’ignore le Tifinagh ! Mon chant qui te chante par ta voix l’entend  quiconque est né sur ton sol reposera dans ton sol : me voici ! je m’incline, je t’évoque et j’écoute... [Lire la suite]

dimanche 10 mars 2013

RIVERAINS DE LA DOULEUR...Extrait

Je ne t'attends pasje t'atteins d'un seul coup d'aileje te baigne d'eau douceje dénoue tes frondaisonschaque secousse du désir me rapprochedu centre de la flammeon parlera bientôt de noces de feuxqui se sont croisés dans les campagnesabordés avec cette fraîcheur de source aux lèvreset puis apprivoisés à petits coups de silenceson parlera bientôt d'un pays habitablevérifié par le vol des abeillesnous n'aurons pas assez de mains ardentespour cueillir le coton blanc des légendesnous n'aurons pas assez de nuits transfiguréespour faire cet... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 6 mars 2013

LA VERITE

Idéalisme et réalisme, je vous aime, Comme l'eau et la pierre vous êtes parties du monde, lumière et racine de l'arbre de la vie. Non, ne me fermez pas les yeux.lorsque j'aurai cessé de vivre,j'en aurai besoin pour apprendrepour regarder et comprendre ma mort. Il me faut ma bouchepour chanter après qu'elle aura disparu.Et mon âme, et mes mains, mon corpspour continuer à t'aimer, ma chérie. C'est impossible, je le sais, pourtant je l'ai vouluJ'aime ce qui n'a que des rêves.J'ai un jardin tout de fleurs qui n'existent pasJe suis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 5 mars 2013

LE LIVRE DES QUESTIONS...Extrait

« Être l’univers, les saisons des vocables bercés, réconciliés ; être le silence dans le repos des vocables et au-dessus de leurs luttes sanglantes ; car, souvent, les mots sont des arcs, les paroles des flèches, lumineux ou obscurs. Le sens à ces guerres ? Une bataille décisive où les vaincus que la blessure trahit, décrivent, en s’affaissant, la page d’écriture que les vainqueurs dédient à l’élu qui l’a déclenchée à son insu. En fait, c’est pour affirmer la suprématie du verbe sur l’homme, du verbe sur le verbe que le combat a lieu.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 9 février 2013

LA ROSERAIE SAUVAGE...Extrait ( Inédit )

Notre-Dame-de-la-Grâce les vents contraires tournoient enveloppant notre terre comme une momie sans corps Toi tu veilles en silence le visage comme un phare tourné vers la nuit du large Les tempêtes hauturières menacent le bord du monde où tu te tiens en rempart Montent dans les embruns vifs dans les paquets de mer brute les prières boréales des femmes défigurées par l'appel qui les regarde Les hommes perclus d'espoir aux yeux délavés d'amour d'avoir tant scruté l'azur sous l'obscurité de l'âme reviennent les lèvres closes Ont-ils... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,