jeudi 26 mars 2020

SOLAIRE...Extraits

Un jour je suis entrée dans la maison de ton nom, c’était l’exact de ce que j’attendais. J’y suis restée et plus jamais je n’ai eu froid et plus jamais je n’ai eu peur. Qu’on ne me parle pas de cage, il s’agit là de la plus haute, de la plus absolue des libertés. ...  Des traces de mots sur la neige de papier. Un chant d’alouette dans la gorge. Des miettes de paix sur le fracas des hommes. L’eau, le sel, le pain. Et même si le fer-blanc du jour fait muraille, même si la terre crevasse, même si les mains rident comme... [Lire la suite]

jeudi 26 mars 2020

LES MAINS D'UNE FEMME...

Les mains d’une femmeSur une épauleSur votre angoisse C’est Depuis le berceauJusqu’au tombeau Un remède puissantInfaillibleEt beau     .     FREDERIC LE DAIN     .            
Posté par emmila à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 22 mars 2020

BLES

 Entendre le pas des blés Ensemencer les saisons Féconder le temps Sans étouffer cette terre Ni défier les couleurs du soleil. Entendre le pas des blés Bavarder avec la légère hirondelle Celle qui porte les ailes de la brise Parmi la fragrance des bruyères Et de nos belles enfances. Entendre les blés Ils ont longtemps chanté Dans l’or ciselé des poèmes Avant de reposer leurs gerbes Sur l’ocre esplanade des sycomores. Bientôt se tasseront les glaises calleuses Sur les genoux empêtrés. Dans le pays... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 12 mars 2020

BERNARD PERROY...Extrait

Posté par emmila à 18:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 8 mars 2020

LES VRILLES DE LA VIGNE...Extrait

« Ainsi immobile et les yeux clos, elle habite chaque pelouse, chaque arbre, chaque fleur – elle se penche à la fois, fantôme bleu comme l’air, à toutes les fenêtres de sa maison chevelue de vigne… Son esprit court, comme un sang subtil, le long des veines de toutes les feuilles, se caresse au velours des géraniums, à la cerise vernie, et s’enroule à la couleuvre poudrée de poussière, au creux du sentier jaune… C’est pourquoi tu la vois si sage et les yeux clos, car ses mains pendantes, qui semblent vides, possèdent et égrènent tous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 7 mars 2020

TES YEUX INSULAIRES

Et je boirai tes rivièresLes lunes qui perlent aux agates de tes yeuxQuand tu baisses les rideaux de tes cilsSur tes bleus océans, Je boirai tes rivièresDéversées sur les grèves de tes sables clairsJe remonterai le cours de tes aiguièresPour puiser à la source de tes aquarelles, A l’épanchement de tes fenêtresLà tout au bord, je resterai                                                     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

vendredi 6 mars 2020

JE M' ENVOIE ET TUTTI QUANTI...Extrait

Je m’envoie des fleurs des prés et des roses cardinales en bouquets, l’odeur de la terre sous les semelles du vent et l’herbe à laisser son jus sur les pieds. Je m’envoie le printemps et sa langue de sève à faire naître les bourgeons et les baisers, la rosée et la lumière du soleil en flacon précieux. Je m’envoie des billets doux et des rendez-vous secrets dans les alcôves du désir, les boudoirs libertins et la philosophie de Sade à s’y dire, je m’envoie les précieuses ridicules, toutes les mouches et les loups, la poudre blanche et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 1 mars 2020

EMOTION

"Aucune forme de conscience ne pourra nous aider si nous avons perdu la capacité de nous laisser émouvoir par la détresse de notre prochain, le sourire amical d’un inconnu,le chant d’un oiseau, la fragilité d’un brin d’herbe."     .     ERICH FROMM     . Oeuvre Marc Chagall
jeudi 20 février 2020

POUR TUNIS

Au sud-est du mont Ichkeul calme frisson de menthe et calme lisière des champs de bléQui traversent la plaine d’Utique d’anis d’asphodèle et tantôt de narcisseAvant que ne s’envole un oiseau difforme loin du micro climat de l’amour Ô sirèneViens que m’inondent ton sourire et ta salive. Je parle une langue qui donne un autre nom à la salive sur la blancheur des dentsT’en souvient-il nous avons ranimé des flammes éteintes et d’anciennes lueursDerrière le voile des feuillages je vois les voiliers invisibles. Moi c’est près de Pompéi que... [Lire la suite]