vendredi 31 janvier 2020

NURIA ROVIRA SALAT - CARAMBA

Posté par emmila à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 19 janvier 2020

LES MOTS NOUS MANQUENT...Extrait

Pour Alexo...     Devant l’énigmatique beauté qui noussubmerge et nous dépasse. Devant toute ivresse qui rêve l’infini etdevant l’infini que l’on devine entre les herbesou les étoiles, les gestes courbes de l’amour, les mots nous manquent. Devant la crue et l’incendie, la peur du vide,l’effroi, le plaisir qui geint ou la douleur quihurle, devant le temps qui nous tourmente, les mots nous manquent. Ils nous manquent devant le cercueil desêtres aimés, l’irréversible que l’on s’épuise àvouloir corriger pourtant et le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 16 janvier 2020

NADIA TUENI...Extraits

Et mes yeux sont un port d'ou partent les naviresdont on dit qu'ils sont beauxcomme un enfant qui pleuredans la nuit des miroirs. ... La mer se cache dans ses eauxLe vent est un fardeau de prince, mais la lampe et la nuit s'en vont en chuchotant, écoutent la respiration des mémoires. ... O que la vérité est menteuse,car l'infini de l'eau est démenti par le sable.Tout n'est si beau que parce que tout va mourir,dans un instant...   ... Je ne préfère rien aux vérités de l’eau, aux coups de vent chargés des embruns de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 16 janvier 2020

LA RIVE ADVERSE...Extrait

... Cela va sans lire, la Poé-sie n’est pas en organdi de soiede soirée, non, elle squatte lecœur de ceux qui déambulent loindes bulles de moi ou de Mémoire ;elle s’ente sur le lent souriredes patients ; elle offre ses cendres àla terre, aux souches pour qu’en novembretranche       la splendeur de l’arbousier.     .     JEAN-FRANCOIS AGOSTINI Editions Souffles, 2007   .   Fresques Pompéi
samedi 11 janvier 2020

DE PASSAGE

Être, de la première heure, matinale, aurorale, fébrile  ; la mer et le ciel se confondent sur la moire changeante et chatoyante  de la lagune. Ils s'interpénètrent, en silence et nous confient tant de choses essentielles. L'instant  est aux ocres chaleureux du petit matin, aux rochers mordorés  de la côte occidentale  et très découpée  de l'Île de  Corse. Le chemin littoral  consacre les accords  complexes  et  mélodieux du long  cordon lagunaire. Le temps  s'y arrête,... [Lire la suite]

mercredi 8 janvier 2020

CORINNE GRANDEMANGE...Extrait

Quand il faudrait suspendre le souffle devant le magique éphémère - quand il serait urgent de sursoir pour rassembler les cœurs figés - quand le feu et la glace marchent ensemble la tête à l’envers - quand les oiseaux chantent en janvier tant l’air est doux - quand les fleurs givrent sur place en une nuit de glace - quand nous savons les yeux ouverts brutalement happés ailleurs - quand juste le parfum de la main bouleverse la caresse de l’étreinte - quand le sensuel s’émerveille aux velours de pétales sur la peau - et quand les peaux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 1 janvier 2020

COLETTE ...Extrait

« En tant d’années je n’ai jamais renoncé à ce que la dernière heure de l’année suspendît dans l’air, en signe de prodige et de « temps arrêté », une fleur de givre dont notre seule imagination enfantine fixa, autrefois, le dessin simple et précis. Elle est pareille pour la corolle à une rosacée, sœur de l’églantine et de la fleur du pommier. Comme une sirène sur sa queue, elle se tient debout sur sa tige qui se retourne avec grâce, une seule grosse feuille latérale fait songer, large et charnue, à la langue du chien haletant, et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 25 décembre 2019

BRUNO RUIZ

Ce soir le rideau est tiré Des chemins s’effacentEt de nouvelles paupières s’ouvrent Après tant d’années d’habitudeComme elle est tendre la fatigue qui dortComme elle éclaire la veilleuse dans l’ombre Rien n’est lourd À la beauté dressée sur le tertreIl n’y a que des herbesUne nuit de fange lavéeDes souvenirs qui se rangent Les enfants qui naissentSont toujours des enfants qui meurent Un oiseau passe près du toit Et ce qui déchire est bien ce qui parleUn murmure bienveillantUne main sur l’épaule Demain sera demain C’était... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 24 octobre 2019

SOLO D'ÎLES

  La mer est une guitare qui pleureL’histoire des hommesA même les brisantsElle remue son chant foudroyéAu bord de la mémoireEt nous nous souvenonsD’où nous sommes partisComme des orphelinsNous habitons désormais le selUne terre saléeUne salaison d’îles prophétiquesIl faut oublier la douleur du départLes bateaux négriersLa porte du non retourRecoudre la peau de la merEt inventer l’arrivéeAvec aux yeux un arc-en-cielAvec aux mains l’imaginaire des lendemainsLa Caraïbe ne s’est jamais donnéeSonge plurielElle appartient à ceux qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,