mardi 14 mars 2017

GIGUE

La guerre, on la dansait dans la cour de l’écoleBardés de cheveux fous et de tabliers noirsOn sentait l’encre amère, un peu la confiture,Une mouche d’été dormait sur nos devoirs.L’institutrice était une jeune bergèreQui avait entendu la voix de Michelet.Ses yeux fleurs préféraient le rêve à la lectureSes seins n’avaient jamais bourgeonné dans des doigts.Parfois, les jeudis clairs, elle allait en voitureAcheter à la ville un coupon de satin.Son fiancé, était – disait-on – mort en guerreC’est un très grand malheur quand on n’en compte... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 8 juin 2012

CECILE SAUVAGE

Je t'apporte ce soir ma natte plus lustrée Que l'herbe qui miroite aux collines de juin ; Mon âme d'aujourd'hui fidèle à toi rentrée Odore de tilleul, de verveine et de foin ; Je t'apporte cette âme à robe campagnarde. Tout le jour j'ai couru dans la fleur des moissons Comme une chevrière innocente qui garde Ses troupeaux clochetant des refrains aux buissons. Je fis tout bas ta part de pain et de fromage ;J'ai bu dans mes doigts joints l'eau rose du ruisseau Et dans le frais miroir j'ai cru voir ton image.Je t'apporte un glaïeul... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 20 novembre 2011

CAHIERS DE L'ECOLE DE ROCHEFORT...Extrait

La guerre, on la dansait dans la cour de l’écoleBardés de cheveux fous et de tabliers noirsOn sentait l’encre amère, un peu la confiture,Une mouche d’été dormait sur nos devoirs.L’institutrice était une jeune bergèreQui avait entendu la voix de Michelet.Ses yeux fleurs préféraient le rêve à la lectureSes seins n’avaient jamais bourgeonné dans des doigts.Parfois, les jeudis clairs, elle allait en voitureAcheter à la ville un coupon de satin.Son fiancé, était – disait-on – mort en guerreC’est un très grand malheur quand on n’en compte... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,