lundi 5 juillet 2010

BOIS FLOTTES

Nos yeux s'allument, redeviennent les yeux de notre enfance… Sur le rivage meurent nos mots d'homme : mourir comme on s'endort, le corps échoué comme un bois mort, et l'eau circule, érode et sculpte à son aise sur nos surfaces les harmoniques du temps et ses escarpements, toutes ces traces que l'on porte avec soi, l'encens de l'âge qu'on offre à la lumière du soir et qui s'échappe tout doucement depuis le fond du regard…   Non, ce n'est pas d'hier ces moments où les mots ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 30 mai 2010

POEMES AU FIL DU TEMPS...Extrait

Je ne sais quel chemin emprunter, quel soleil pour demain, quel vent nouveau et nourricier, pour quelle dangereuse poursuite, pour quel étrange destin…     Et si nos peines ont du mal à se taire, il me reste tout de même ce sang qui court dans tous les canaux de ma vie, cette pauvre démarche en moi qui ne suis qu'un homme de peu, si fragile,     mais qui sait combien toutes ses boiteries sont sa seule façon de danser vers la lumière,   vers cet immense cadeau qui se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 13 mai 2010

UN SOIR OU LE SOLEIL D'OCTOBRE...Extrait

à Anne Perrier,. Qui te dira comment vieillir Saisir les beaux jours à venir Dans l'or d'un seul mot entendu D'un oiseau dans le cœur Ouvert à tous les temps…   Il chante aussi pour ces jours-ci De linge détrempé De volets rabattus par grand vent Lorsque danse une tendre lumière Qu'on avale à chaque bolée De soupe chaude après la pluie   .   BERNARD  PERROY .    
Posté par emmila à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 4 avril 2010

BERNARD PERROY

  à Nathalie Billecocq, .   Le monde serpente en tout sens, n'est plus que ce chemin de fin du jour, pierre après pierre… On s'échine à dévaler la pente, à la remonter vers la frontière entre cimes et nuées… Et déjà le pied heurte un pauvre nom caché sous la poussière, une petite larme qui se sèche au soleil, un regard enfantin, un bond imaginé, une heure nouvelle  dans le grand vent agitant pour un temps la crinière des arbres, la perle ou l'or d'une rencontre perdue… Rien encore, ni la danse, ni le chant, ni... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 10 mars 2010

BERNARD PERROY

Ce peu que l’on pressent Si fort en nous Parfois Un soir Où les mots Ne viennent pas Mais le cœur cependant Aspire à dire Et bat à sa façon Nous rappelant cet horizon La profondeur d’une réponse Dans les tempos du silence .   BERNARD  PERROY .
Posté par emmila à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 27 décembre 2009

UN SOIR OU LE SOLEIL D'OCTOBRE...Extrait

                                    à J.-M. et C. Gilory, Je pourrais désirer voir de plus hautPrendre le largeChercher à deviner l’estuaire au bout du fleuveQuand le vent balaie ma faceMe ramenant à d’autres lieuxLà-bas où le sel se ramasseÀ la sueur des brasTandis que le ciel s’étonne d’être aussi vaste… Mais je sais la mesure de mon pasIl me faut respirer iciLes lumières rasantes du jourSur les eaux du LayonSes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 15 mai 2009

BERNARD PERROY

(...) Le miel s'écouleaux rayons d'or,miel du cielsur nos épaules brèves,le temps d'apprendreà sourire du peuque l'on pressentdes mots, des branches,des pas d'un enfantlorsqu'il s'émerveilleen se frayant un chemindans le jardin des peines et des couleurs...Tout vient apprivoisernotre attente,que vivent nos yeux,nos refrains, nos étreintes,que roule la perle du tempssous nos doigts d'apprentis,quand vivre toujours davantagenous éduque lentement à mourir... . . .BERNARD  PERROY . . .
Posté par emmila à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 5 avril 2009

COEUR A COEUR...Extrait

Prendre route dans le désertPar quelques motsQuelques sables jetésAux alentours du cœur Apprends-moiLe vieil or des figuesQuand elles se nichentDans la paume des mainsComme des soleils Ces riens toujours à l’orée de nos cœursPour que grandisse en nousUn ciel nécessaireà notre vie profonde Les odeurs de jasmin et de mentheCes effluves de vieSe colportant de balcon en balconEt tout au boutCette trouée d’azur et d’océan… Le voile de nos infirmités se soulèveLaissant apparaitre un printempsPour de nouveaux touchersPour cet échange de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :