dimanche 30 octobre 2016

L'ÂME BLESSEE D'UN ELEPHANT NOIR...Extrait

  C’est de l’étoile que naissent toutes les légendes   la légende de la lumière dans le ciel noir dans la clairière de l’ombre dans l’éclair des tempêtes   la légende de la nuit à l’heure des ténèbres   Ô mon fils !   tu apprendras à la forêt à être fière de l’arbre   Mamonomé ! eh Da ! l’âme blessée d’un éléphant noir reconnaît en toi son adresse ... Si ton intinéraire te désavoueaccepte de tomber sans précaution. La chuteest humaine. Ne pleure pas. Elle est le témoinde la... [Lire la suite]

mercredi 12 octobre 2016

NE T'EXCUSE PAS...Extrait

Pour notre patrie, proche de la parole divine, un toit de nuages. Pour notre patrie, distante des attributs du nom, une carte de l'absence. Pour notre patrie, petite comme un grain de sésame, un horizon céleste...et un abîme caché. Pour notre patrie, pauvre comme les ailes de la grouse, des Livres saints...et une blessure à l'identité. Pour notre patrie, aux collines assiégées déchiquetées, les embuscades du passé nouveau. Pour notre patrie, butin de guerre, le droit de mourir consumée d'amour. Pierre précieuse dans... [Lire la suite]
lundi 19 septembre 2016

LE LIVRE DES QUESTIONS...Extrait

Le passé a la voix de chaque empreinte, de chaque caresse ou blessure laissées par nous au sol et autour ou faites à un être. Une chambre est peuplée de bruits divers qu'ordonne le silence. Tu les écoutes à l'instant où, pareils à un vol de voluptueux phalènes, ils s'approchent de la lampe pour être brûlés. Ton corps, comme le mien, répond de mille marques invisibles dont nous sommes seuls à connaître et à taire l'histoire.   .   EDMOND JABES   .
Posté par emmila à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 18 septembre 2016

PROSES ANDALOUSES...Extrait

... Je te porte en moi, Grenade, ma blessure. Je t’investis de mémoire et de songe Quand luit, sous le feuillage des paupières, Ta lente parabole. Je te confère une évidence de pierre Dans la profuse exaltation des myrtes, Et tes créneaux lacèrent une légende Où vont rêvant d’indicibles sultanes Je te porte en moi, ma blessure, Grenade Couronné d’ombre et de fontaines, J’écoute Dieu s’épandre Dans l’or obscur des arabesques Tandis qu’un pas envoûte l’Albaïcin Entre des fronts de neige dure Et monte aux grottes où... [Lire la suite]
mercredi 3 août 2016

COURBE DU TEMPS ...Extrait

quand le regard devient regardla main s'arrête un peucomme pour écouterla lumière à quatre heuresest l'or déclinant d'un fruitle ciel plus pur encoreque celui de l'enfance cachéedans le vert tremblement des poiressous l'arbre s'incline une têteselon la courbe de sa vievivre vivre blessure lente comme neige   .   JACQUES ANCET   . Yann Simon Photographies    
Posté par emmila à 21:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 10 juillet 2016

LE TEMPS PAR MOMENTS...Extrait

A la fin du jour parfois c’est une écharde mais le plus souvent tout un arbre qu’il faut retirer du corps avec l’étonnement de n’en pas souffrir et le soir lui aussi doucement retire de la lumière tous les chemins de terre et d’eau comme s’il était inutile que désormais quelque chose mène quelque part monde et souffrance en moins nous marchons dans la paix de la nuit en prenant soin de ne laisser nos traces qu’en nous-mêmes   .   JEAN-FRANCOIS MATHE   .   Oeuvre Thami Benkirane ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

jeudi 30 juin 2016

L’ÉCRITURE DU DÉSASTRE...Extrait

« Si Autrui n’est pas mon ennemi (comme il l’est parfois chez Hegel – mais un ennemi bienveillant – et surtout chez Sartre dans sa première philosophie), comment peut-il devenir celui qui m’arrache à mon identité et dont la pression en quelque sorte de position – celle du prochain – me blesse, me fatigue, me poursuit en me tourmentant de telle sorte que moi sans moi je devienne responsable de ce tourment, de cette lassitude qui me destitue, la responsabilité étant l’extrême du subissement : ce de quoi il me faut répondre, alors que je... [Lire la suite]
jeudi 2 juin 2016

A YVES HEURTE

Le mot frère existe-t-il    Sans qu'on l'habille d'un drapeau ?    J'appelle camarade    Le pain nu sur la table    Où chacun prend sa croûte.    Les étoiles sont mes sœurs.    Les arbres sont mes oncles.    La sève au bout des branches    Nous parle des racines.    Je lis les lignes de la main    Tout au bout d'un moignon.    Tout homme prend naissance   ... [Lire la suite]
mardi 31 mai 2016

LE BONJOUR ET L'ADIEU...Extrait

Je viendrai mordillant une brindille de thymfleurs minuscules d'un ciel accouruô terre en quelle nuit est né ce désir?Je viendrai faire éclater ce criqu'il ne perde pas dans la longue fuite d'espacequand se creusent et s'effacent les barrières...Quand viendras-tu?le chardon est jeté au feula poussière roule sous la porteÔ paysage je t'ai rêvé trop démunitraînant ma faim de toijouant de ce retour mais on ne guérit pasde la blessure irréparableun peu de vent qui frôle mon épauleme lègue ton parfum. .   PIERRE-ALBERT JOURDAN ... [Lire la suite]
vendredi 1 janvier 2016

UN POEME

A vous tous , amis et passants Un poèmece n’est presque rienc’est léger délicatun mot de trop ou trop peuet tout se corromptUn poèmec’est une porte ouverteune source où se noie la pluieun goûter de fruits et de chocolatles pieds nus de l’enfancec’est ce qui a étéou n’est pas encorec’est un frisson d’herbeune odeur de saison mûreun couloir frais où l’on se cachec’est aussiune écharde dans un poing durciune invitation pour un exill’énigme d’une aile…     AGNES SCHNELL       Oeuvre René... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,