jeudi 15 février 2018

GEOLOGIE...Extrait

Parfois je me réveille avec un goût d’écorceen bouche, un goût qui vient de la montée des sèves.Peut-être ai-je connu un grand bonheur là-hautet dormi dans la cérémonie des branchagesquand se faisait l’accouplement des eaux du cielaprès l’hiver velu dans le tronc paternel.Peut-être dans l’enfance ou sa vaine poursuitepeut-être en ce délaissement de la lumièreai-je entendu cela qui me dit à voix basse :n’espère plus. Tiens-toi ferme dans le silence.Alors de rien, ainsi qu’un saut de truite à l’aubeje bondirai dans l’espérance, un bel... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

mardi 13 février 2018

AU TEMPS DU POEME

II y eut autrefois des choses sans musiquedes pays qui fondaient comme un fruit dans la bouchedes étés haletantsdes silences plus frais que neigedes êtres qui entraient en nous et qui sortaientsans qu'on s'en rendît compte,nourritures, paresses savantes, jus d'oiseauxidiomes heureux, échanges,de sorte qu'on était ce qui entrait en nousparfois un cil, parfois un angeparfois un baobab où la hache faisaitdes blessures délicieuseset quand, souvent, des femmes ou des sangsues rosesse collaient à nos corpson éprouvait soudain la joie d'être... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 13 février 2018

HELENE OU LE REGNE VEGETAL...Extrait

  Tu étais la présence enfantine des rêves.Tes blanches mains venaient s'épanouir sur mon front Parfois dans la mansarde où je vivais alorsUne aile brusquement refermait la lumière. J'appelais, je disais que vienne enfin la grande,La belle, la toujours désirable et comblée. Et j'allais regarder souvent à la fenêtreComme si le bonheur devait entrer par là Ce fut par un matin semblable à tous les autres.Le soleil agitait ses brins de mimosa Des peuplades d'argent descendaient la rivière.Les enfants avaient mis des bouquets... [Lire la suite]
vendredi 22 décembre 2017

J'AI TANT RÊVE

J'ai tant rêvé De pouvoir voler bien au delà du soleil D'être toujours comme un enfant qui s'émerveille Oh oui! J'ai tant rêvé J'ai tant cherché À remonter jusqu'à la source du bonheur À comprendre pourquoi soudain battait mon cœur Oh oui! J'ai tant cherché J'ai tant voulu connaîtreLe pourquoi, le comment J'ai voulu retrouver tous mes rêves d'enfant Je n'ai jamais compris Pourquoi il fautGrimper si hautPour voir sa vie J'ai tant connu Tous ces matins Qui n'ont ni rime ni... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 15 novembre 2017

POEMES INEDITS...Extrait

Dur moment dans la voie quand les jours s'obscurcissent quand le chemin se creuse pareil à une tombe Où sont les jours heureux le murmure des voix dans le jardin discret Les visages de ceux qu'on aimait voir à table Où sont les jours heureux où on l'était soi-même sans même le savoir Dur moment dans la voie quand le miroir se brise laissant au fond de nous mille morceaux épars que garde la mémoire Mais sans aucune chance pour nous de se revoir   .   GEORGES HALDAS   .   Oeuvre ?  
Posté par emmila à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 1 novembre 2017

ANECDOTES

En ce jour saint comme en d'autres je pense à Simon Paul et Léontine, mes chers père et mère - Henri-Louis Pallen . Mon père parlait aux grives, aux merles, aux moineaux et il avait une main droite qui savait tout faire, des objets petits ou grands, avec ingéniosité. Bricoler, comme susciter le chant d’une guitare. Ma mère aimait le café bien frais, c’est-à-dire chaud qu’elle sucrait rarement, avec du miel de lavande, ses yeux s’émerveillaient devant les roses du jardin. Elle avait des robes élégantes, elle était... [Lire la suite]

jeudi 5 octobre 2017

L' ALCHIMISTE DE L'ATTENTE

J'ai toujours rêvé d'une seule chose, avoir un oiseau sur mon épaule, je l'attends toujours, et toujours il n'est pas là, je ne désespère pas parce que je sais que mon rôle dans la vie est de l'attendre, je sais que mon bonheur est de l'attendre, je sais que l'attente est une joie, je sais que l'attente est une possession, l'oiseau que j'attends n'est toujours pas là, mais il me donne envie de vivre ; pour mon attente, je regarde le ciel, pour mon attente, j'observe le mouvement des branches, pour mon attente, je consulte l'horizon,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 5 septembre 2017

LES MOTS EN TROP

 Par perfidie, j'ai décidé en ce jour, mardi 24 juin, d'assassiner quelques mots. L'Amitié est condamnée au bûcher, pour hérésie; la potence convient à l'Amour, pour illisibilité; et la vile garrotte ne serait pas mal pour l'apostasie de la Solidarité; la guillotine, comme l'éclair, doit frapper la Fraternité; la Liberté mourra lentement et avec douleur, la torture est son destin; L'Egalité mérite la pendaison pour s'être prostituée dans les pires bordels: l'Espoir est déjà mort: la Foi subira la chambre à gaz; le... [Lire la suite]
dimanche 9 juillet 2017

ECLAT D'UNE POETIQUE DE L'INACCOMPLI, LIVRE 5...Extrait

No siempre se puede tocar el alma profunda. — Robarte de tus labios un beso abrasador. * S.V. . Nous avons traversé des orages, des tempêtes, les hautes solitudes, les profondes douleurs. Ne fût-ce que cela la vie ? La mort, n'était-ce que cela. — Vers l'haut-delà ? Des joies, — l'éclair, du bonheur, — l'éblouissement. — Or, j'avance somnambule, entre rêve et réel. Et j'ai outrepassé le visible, — le cap vers l'inconnu, — l'invisible. Nous serions donc passés, comme des fantômes pressés. Pourquoi ce brouillard, ce perpétuel... [Lire la suite]
vendredi 21 avril 2017

DONNEZ-MOI DES MOTS D'HOMME

À la mémoire d’Albert Camus... . . Donnez-moi des mots d’Homme Des mots qui s’acheminent De Tipasa la bleue aux flancs de Lourmarin Ces mots d’ocre et de feu qui épousent les cimes Délestant le soleil du poids des lendemains Ces mots je les voudrais griffonnés de lumière D’une lumière écrue revenue du bonheur Quand à midi la plage offre son ventre amer Aveuglant le passant d’une intime candeur Je voudrais des mots d’Homme De ceux qui vont en paix Rapiécer le silence au Petit Villeblevin Où le phénix d’or... [Lire la suite]