mardi 24 janvier 2012

LA MORT HEUREUSE...Extrait

[…]Une seule chose était changée. Il se sentait libre à l’égard de son passé, et de ce qu’il avait perdu. Il ne voulait que ce resserrement et cet espace clos en lui, cette lucide et patiente ferveur devant le monde. Comme un pain chaud qu’on presse et qu’on fatigue, il voulait seulement tenir sa vie entre ses mains[…] […]Lécher sa vie comme un sucre d’orge, la former, l’aiguiser, l’aimer enfin. Là était toute sa passion. Cette présence de lui-même à lui-même, son effort désormais était de la maintenir devant tous les visages de sa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 25 octobre 2010

LE FIGUIER

                                Et le poids de son ombre sur tes cils                Et le bourdonnement touffu des insectes à tes oreilles                Et la saveur singulière de son suc                Dans ta mémoire                              ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 11 octobre 2010

LE SEPTIEME SOMMET- Poèmes pour Chantal Mauduit...Extrait

Toi, et ton cri de joie au téléphone avant même de parler    Toi, transfigurée à l'écoute d'un poème, essoufflée comme si tu venais de courir sur un tapis d'étoiles    Toi, répétant l'oracle "c'est beau ! c'est beau ! c'est beau !" avec cette voix d'enfance qui n'est pas une voix d'enfant    Toi, la tête souvent à la renverse    Toi, riant    Toi, riant par-dessus toute rumeur    Toi, riant d'un rire de source, d'un rire espiègle, d'un rire de bienheureuse espiègle, d'un rire... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 29 septembre 2010

FEU L'APPARENCE...Extrait

Lancer des mots sans voiles pour contrarier les vents. Chercher comment leurs chants exploitent les rumeurs en feuilletant les flots comme de vieilles bibles brûlent les escales superflues alertent les bateaux perdus excitent le bal des sirènes raturent les nuages faussent le jeu de cartes qu'étale le soleil se prennent au filet des rencontres surprises. .. Et nous nous évadons aveuglés à tirer sur de vivants reflets et la corde des mots dont on a trop usé. (...) Chacun attend au bout de la lumière le temps de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 28 septembre 2010

LUNE D'EN FACE...Extrait

Me voici encore, les lèvres mémorables, unique et semblable à vous, J’ai persévéré dans l’à-peu-près du bonheur et dans l’intimité de la peine. J’ai traversé la mer. J’ai connu bien des pays ; j’ai vu une femme et deux ou trois hommes. J’ai aimé une enfant altière et blanche et d’une hispanique quiétude. J’ai vu d’infinies banlieues où s’accomplit sans s’assouvir une immortalité de couchants. J’ai goûté à de nombreux mots. Je crois profondément que c’est tout et que je ne verrai ni ne ferai de nouvelles choses. Je crois que mes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 15 août 2010

ODE A LA ROUE DU FLEUVE

J’ai peut-être vécu là(ou toi – la bouche emplie de narcissesrire blanc et or sous des encres d’orages)Ai-je là dilapidé tant de sièclesà tourner autour de moiroue qu’un fleuve en décrue parfois n’atteint plusOu rêve dispendieux d’un arbrequi ne saurait jamais être,ne se décidant pas…Un peu comme être heureux sans le bonheur. . .. . CLAUDE MICHEL CLUNY Sur le site http://jalelelgharbipoesie.blogspot.com . . .
Posté par emmila à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 22 mai 2010

DIPTYQUE AVEC UNE OMBRE...Extrait

Au matin, pourtant, tout ressemblerait aubonheur. Si on savait ce qu’est le bonheur. Lalumière et la chaleur pourraient en donnerune idée sans cette sorte d’ombre qui glisseentre objet et regard. C’est peut-être pour çaqu’on est perdu. Parce qu’on ne coïncide pas.Ou si peu. Et c’est ce peu qu’on cherche.Entre deux gestes, deux mots, au milieu dela foule, dans une pièce vide. Faute demieux, on dit : c’est un souffle, c’est de l’air.Comme celui, léger, qui entre par la fenêtreentr’ouverte. L’embrasure, oui mais sans labeauté du mot.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 23 mars 2010

AUTREMENT DIT, L'AMOUR

Il y a,il y a des jours de raisins doux, de pommes d'or,de quoi faire taire notre très vieille soif.Et l'eau qui court, torrents, rivières,court sous la peau, enrobe nos cœurs, calme nos doigts.Rien ne manque, rien n'est mieux,et quand la nuit vient, elle affiche pour nous deuxun jeu complet d'étoiles.Il y a des jours de fruits amers,quand les pépins écrasésnous blessent un peu la langue,nous font former des mots moins beaux.Il y a des jours de courte pailleoù trois fois l'on tire la plus courte.Les enfants sont un peu trop loinpour... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 18 décembre 2009

A MAMAN DEDE, MA NOURRICE DE MIRAGOÂNE

Sirata - Foly - Habib Koite ....     ... Tu es là Maman-Dédé ce soir au parfum-paysage de ton pays j'entends ta voix fredonnant la berceuse de mon enfance j'entends tes soupirs-prières murmurés égrenant ton chapelet entre tes doigts de fée ta présence sereine veillant souveraine sur mes premières années Maman-Dédé de rêves endormie à jamais sous le ciel gris de France où tu nous a suivis Claude et moi tes enfants jamais plus tu n'auras l'écho de tes mornes sous terre tu as rejoint notre frère Tony mort ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 24 mai 2009

IL NEIGE DANS LA NUIT ET AUTRES POEMES....Extrait

Aujourd’hui c’est dimanche.Pour la première fois aujourd’huiils m’ont laissé sortir au soleil,et moi,pour la première fois de ma vie,m’étonnant qu’il soit si loin de moiqu’il soit si bleuqu’il soit si vastej’ai regardé le ciel sans bouger.Puis je me suis assis à même la terre, avec respect,je me suis adossé au mur blanc.En cet instant, pas question de gamberger.En cet instant, ni combat, ni liberté, ni femme.La terre, le soleil et moi.Je suis heureux. . . . NAZIM  HIKMET . . .
Posté par emmila à 16:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,