dimanche 19 avril 2009

UN CAHIER ORDINAIRE...Extrait

C'est un vieux temps. En noir et blanc. Des rouges gorges sur les graines. Un, d'espoir en souliers sous un arbre en bougies. De givre sur les herbes, de mousse dans la crèche, de santons un à un. La voix pure dans l'église à minuit, c'est ma mère qui chante. Mains dans les poches, la cigarette qui troue la nuit, c'est mon père. À pieds, la route nous ramène, chaussettes, bonnets, moufles de laine. Le ciel traîne son jus d'hiver, de carcasse de pierre éclatée par le gel, de froid qui prend tout des écorces aux étoiles. Partout les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 8 avril 2009

PIEDS NUS DANS L'AUBE

« Lorsque la famille était réunie à table, et que la soupière fumait, Maman disait parfois:- Cessez un instant de boire et de parler. Nous obéissions.Nous nous regardions sans comprendre, amusés.- C'est pour vous faire penser au bonheur, ajoutait-elle.Nous n'avions plus envie de rire. » . . . FELIX  LECLERC . . .
Posté par emmila à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 1 mars 2009

MATIN BONHEUR

...Nuit traversée imprévisible et cahotante le petit matin apporte une naissance lumineuse des conversations d’oiseaux la douce redécouverte des corps dans une détente infinie la peau cherche la caresse endormie la première vague s’étale sur le sable du jour dans un chuchotis de mots naufragés un soupir fonde l’espoir d’enfermer ce moment dans l’armoire à bonheurs mais d’abord refermer les yeux ...   .   LUCIE  PETIT   .    
Posté par emmila à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 16 octobre 2008

PIERRE ET CIEL...Extrait

"Bonheur ; quel arbre invisible, infinidonne-t-il ton fruit, que l’âme parfoiscueille, en sa plénitude ?De ces idées lesquelles sont tes branches, de ces sentiments lesquels sont tes fleurs,de ces chants quels sont tes oiseaux,de ces sourires quels sont tes arômes ?Qu'est-ce qui nourrit tes racines ?Comment, par où, pareil à ce citron, pénètres-tu par ma fenêtre,en notre plus profonde chambre,y effleurant, tout doucement, le coeur ?" .. . JUAN RAMON  JIMENEZ . . .
Posté par emmila à 14:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,