mercredi 7 novembre 2018

SANS RETOUR...

On est là, en équilibre. La lumière est traversée d’ombres brèves. On reste encore pour l’espace, pour les branches, pour l’ombre bleue, pour le merle, pour les visages un instant dans le jour sans nom. Pour ce qui ne revient pas. On reste encore pour ce qui vient.   Où il y a l’attente, longtemps, et sans retour, où il y a dire, et puis ne plus pouvoir dire, où il y a écouter et puis ne plus pouvoir écouter, où il y a regard et puis tenter de regarder encore, et sans retour. C’est un chant, et... [Lire la suite]

lundi 28 mai 2018

POUR TES 10 ANS...

Pensées pour Cesare     L’eau ne résiste pas. L’eau coule. Quand on y plonge la main, tout ce que l’on sent est une caresse. L’eau n’est pas un mur solide, elle ne t’arrêtera pas. Mais l’eau va toujours où elle veut aller, et au bout du compte, rien ne peut lui résister. L’eau est patiente. L’eau qui goutte use une pierre. Rappelle-toi, mon enfant. Rappelle-toi que tu es moitié eau. Si tu ne peux pas franchir un obstacle, contourne-le. L’eau le fait...     .     MARGARET ATWOOD  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 28 mai 2017

CESARE...

Des pensées pour mon petit Cesare qui fête ses 9 ans aujourd'hui     Ô que c’est long d’aimer sans voir ce que l’on aime… De caresser une ombre et de sourire au mur Et de s’interroger si l’Autre fait de même Et se sent dans le cœur je ne sais quel fruit mûr Qui crève de tristesse et d’espérance extrême.   .   PAUL VALERY   ..   " Moana " Tableau à Cesare Ortoli par Caroline Ortoli ( 2009 ) .   Tu penses à quoi ? A ma voix sur le fil quand je cherche ta voix ? A toi qui t’enfuyais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 10 mai 2014

LUC-ANDRE REY

" Où regardes-tu grand-papa ? "" Je regarde vers la fin."" Et que vois-tu ? "" Rien. "" Il n’y a rien ? C’est triste. "" Il n’y a rien que je puisse voir."" Je peux regarder moi aussi ? "" Non moustique. Regarde autour de toi, ce qui t’entoure. Les paysages, les visages.C’est peut-être là, pour longtemps, la fin.L’autre, celle où tout de ce que nous avons vu se concentre peut-être, il sera bien assez tôt d’y laisser le regard. Un regard calme, sans peur. D'avoir su regarder tout ce qui nous entourait. " .   LUC-ANDRE REY ... [Lire la suite]