jeudi 28 juillet 2022

TANT DE BELLES CHOSES

  Même s'il me faut lâcher ta mainSans pouvoir te dire "À demain"Rien ne défera jamais nos liensMême s'il me faut aller plus loinCouper les ponts, changer de trainL'amour est plus fort que le chagrin .L'amour qui fait battre nos cœurs, va sublimer cette douleurTransformer le plomb en or, tu as tant de belles choses à vivre encoreTu verras au bout du tunnel, se dessiner un arc-en-cielEt refleurir les lilas, tu as tant de belles choses devant toi Même si je veille d'une autre rive .Quoi que tu fasses, quoi qu'il t'arriveJe... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 6 juin 2022

CARNET DU 23 AOÛT 2O21

Alors que j’approchais du sanctuaire Je me suis reposé au pied d’un arbre Il était bien plus grand poète que moi Sa poésie lue par le vent et les libellules Moi je cherche simplement un lieu Où je pourrais me reposer sans crainte J’ai traversé l’amitié des êtres profonds J’ai nommé les uns - j’ai inventé des noms J’ai serré dans mes bras la meilleure part Des humains – J’ai pleuré de joie et de chagrin Mais l’arbre est bien plus grand poète que moi Je dois aux sources l’humilité et la diction Car je... [Lire la suite]
dimanche 6 mars 2022

CARMEN PENNARUN...Extrait

le coeur est un vaste champ plein de Si, plein de Lances mon silence est un chagrin griffes dedans - il alourdit ma marche et la soumet à la question. . la vie n'est pas un parcours de plaisance pas plus que de convenance. . quand un foyer crame sur Terre Mère de toutes les douleurs pourquoi le chemin vers Compostelle s'effacerait-il de ma carte et la mémoire abandonnerait-elle mes pas ? Je suis du doigt sur la carte-poème les ruisselets de l'amour mais je n'atteins aucune rive sereine. . là, mes enfants... [Lire la suite]
Posté par emmila à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 22 septembre 2021

PAT RYCKEWAERT...Extrait

Tendresses d’automne à parfumer le jour dans les plis la mémoire, les doigts langue des sous-bois, des pommes amours pourrissantes et sucrées le poème et la terre flamboient l’autre adoré est humus excès de tanin, grains de folie le vin sera meilleur demain on se souvient l'ardente mélancolie à vouloir la douceur. Le chagrin peut bien planer au-dessus de nous comme un oiseau de proie « On est heureux » Toi l’âme-frère, éraflé de partout les yeux mouillés, tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 14 septembre 2020

LE CHAGRIN

  Connais-tu l'herbe amère, le liseron, la planteToute noire et très belle enroulée dans la gorge ?O que quelqu'un la dise, O que quelqu'un la chanteQuelque part sur le bruit d'un cœur et d'une horlogeEt le train de Dunkerque, au loin sur son refrain - De chagrin Cet animal familier, ce chien qui te traîneDans les couloirs et les vieux escaliers du corpsIl est un peu méchant, pas très beau mais tu l'aimesIl tire vers le pont, le soir quand tu le sorsEt tu as beau être son maître, tu le crains - Le chagrin Son couteau à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 9 septembre 2020

TU T'EN VAS...A GITTA

 A Bambou ...Et Gitta .   Tu t'en vas ma petite chatte,toi, ma supplianteà l'heure du petit déjeuner,toi, ma gourmande de lichettes de beurre,tu t'en vas. Trop rapide, le cancer mange ta vie,saisis-tu l’heure toi qui confiante viens dans me bras ? S'il y a un ailleurs,peut-être penseras-tu à noustoi qui me laisses démuni ?L'heure est là,je suis un homme dévêtu de bonheurs anciens. Petite griffure,s'il y a un ailleursoù se retrouvent les temps à jamais perduset les soleils dans l’ombrel'heure venue,squatterons nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 27 août 2020

MRS DALLOWAY...Extrait

"C’est ainsi que par un jour d’été les vagues se rassemblent, basculent et retombent ; se rassemblent et retombent ; et le monde entier semble dire : « Et voilà tout », avec une force sans cesse accrue, jusqu’au moment où le cœur lui-même, lové dans le corps allongé au soleil sur la plage, finit par dire lui aussi : « Et voilà tout. » Ne crains plus, dit le cœur. Ne crains plus, dit le cœur, confiant son fardeau à quelque océan, qui soupire, prenant à son compte tous les chagrins du monde, et qui reprend son élan, rassemble, laisse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 19 mai 2020

POEMES DE SAMUEL WOOD...Extrait

...   Feindre d'ignorer les lois de la nature Réincarner en songe la forme abolie, Prêter au mirage les vertus d'un miracle Est-ce pour autant faire échec à la mort ? Tout au plus douter qu'elle nous sépare, Que soit un fait le fait de n'être nulle part.   Irréparable cassure. Prenons-en acte. Nous voilà désolés la vie durant, Notre mémoire ouverte comme une blessure, C 'est en elle que nous la verrons encore Mais captive de son image, mais recluse   Dans cette obscurité dévorante Où, pour lier son... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 23 avril 2020

ET LE DRUIDE DISAIT

À André, le magicien de mon enfance   .   Au fond de chacun il y a une forêt peuplée d'une mémoire de brindilles, l'enfance et la mort y côtoient une peur instinctive où l'homme cherche son maître.   Au jardin neuronique, l'enfant que j'étais me tient par la main, petit fantôme venu de ce pays d'hier aux réalités buissonnières, avec lui, encore je cherche ce druide qui, de rires en tempêtes,   sous sa robe de vent, égarait mes chagrins.   Cours le siècle, comme une rivière qui s'assèche, le... [Lire la suite]
lundi 2 décembre 2019

DJAFFAR BENMESBAH...Extrait

Comme un vieux navire au mouillage, hésitant à lever l’ancre pendant que ses lumières vibrent sous les eaux, mes pensées prennent le large pour accoster sur mon étoile avec l’exigence qu’elle se nomme de mes éclats antérieurs à mon départ d’Alger. Seule Alger, l’amante, la muse, connaît mes aversions et mes penchants. J’avais pris contrat, la nuit, avec ses puits de silences et avais fait de son jasmin ma clause intime. Ainsi, je combinais ma vie à des surprises délicates qui m’enjolivaient continûment d’éclats immenses et... [Lire la suite]