jeudi 19 mai 2016

CE NE SONT PAS DES MAINS DE GEANTS

Ce ne sont pas des mains de géants Ce ne sont pas des mains de génies Qui ont forgé nos chaînes ni le crime Ce sont des mains habituées à elles-mêmes Vides d'amour vides du monde Le commun des mortels ne les a pas serrées Elles sont devenues aveugles étrangères A tout ce qui n'est pas bêtement une proie Leur plaisir s'assimile au feu nu du désert Leurs dix doigts multiplient des zéros dans des comptes Qui ne mènent à rien qu'au fin fond des faillites Et leur habilité les comble de néant Ces mains sont à la poupe au lieu d'être à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

samedi 20 février 2016

L’EFFORT HUMAIN

L’effort humain n’est pas ce beau jeune homme souriant debout sur sa jambe de plâtre ou de pierre et donnant grâce aux puérils artifices du statuaire l’imbécile illusion de la joie de la danse et de la jubilation évoquant avec l’autre jambe en l’air la douceur du retour à la maison Non l’effort humain ne porte pas un petit enfant sur l’épaule droite un autre sur la tête et un troisième sur l’épaule gauche avec les outils en bandoulière et la jeune femme heureuse accrochée à son bras L’effort humain porte un bandage herniaire et les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 9 mai 2015

NOUS SOMMES LA PREUVE VIVANTE D'UN CAUCHEMAR CONVERTI EN LUMIERE

Mesdames, Messieurs,   Il est des mots que l’histoire a blessés et dont le sang ne coagule jamais. Des mots de plaie vive qui suinte d’amertume et que ravive la conscience du toujours et du jamais. Des mots d’eau salée qui ont poussé à l’ombre de l’arbre du non-retour. Des mots sombres comme les cales des bateaux négriers. Des mots couleur de peau, au plus noir du désastre, quand s’effondrent les dieux et que la langue déparle. Des mots qui sont des cris que dévorent les îles et des chants resurgis au blues des plantations.... [Lire la suite]
mardi 20 janvier 2015

LES PIERRES NE SONT JAMAIS DU VENT...

par la rigueur des larmes dans l’éclat des temps passe le brisant des brisants les pierres ne sont jamais du vent vagues froides bouches livres brulés glaces saisons dispersées aux pas des rages perdues mémoires mémoires jamais je n’oublierai faut-il encore un effroi pour faire l’homme de cette ligne de feu montent des cris dansent alors les bâtons fous le long du canal des violons marchent dans un bas quartier oublié les roulottes prient aux routes des poursuites des hontes des mépris les chaînes n’ont pas... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 31 août 2014

TCHAO PANTIN

    .   Je ferme les yeux Je respire à fond Je fais le vide dans mon disque dur Et puis j’envoie ma plume se promener Sur un morceau de papier Je laisse réfléchir les astres favorables À l’apparition de l’objet de mon désir Et puis… et puis… j’attends Un poème, un quatrain, un refrain ? Que sais-je ? Juste de quoi guérir mon désir Je crois que je suis apte À recevoir l’objet de mon désir… au hasard Quelques vers sculptés par un poète arabe D’origine syrienne, né en Égypte et adopté par la Tunisie Comme hymne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 3 mai 2013

LA LONGUE CHAINE DE L'ANCRE...Extrait

On ditQue des barques paraissent dans le cielEt que, de quelques-unes,La longue chaîne de l'ancre peut descendreVers notre terre furtive.L'ancre cherche sur nos prairies, parmi nos arbres,Le lieu où s'arrimer,Mais bientôt un désir de là-haut l'arrache,Le navire d'ailleurs ne veut pas d'ici,Il a son horizon dans un autre rêve.   (...)   Il advient, toutefois,Que l'ancre soit, dirait-on, lourde inusuellement,Et traîne presque au sol et froisse les arbres,On l'aurait vue se prendre à une porte d'église,Sous le cintre où... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,