mardi 25 décembre 2018

NOËL...

Posté par emmila à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 21 décembre 2018

AGNES SCHNELL...Extrait

Agnès, trois ans déjà.... .   Ma langue accroche un peu pluschaque jour.J’ai porté mes motsen mon poing trop serré.On entend mon cœur y battreà chaque soubresautà chaque orage. Reviennent des fragmentsdes éclats d’enfance,jonquilles et coquelicotschants et chimèrescourses pour échapper au ventou à l’autre…         AGNES SCHNELL       Miniature de Palekh
Posté par emmila à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
dimanche 2 décembre 2018

LES SEPT SOLITUDES....Extrait

  L’année était du temps des souvenirs, Le mois était de la lune des roses, Les cœurs étaient de ceux qu’un rien console. Près de la mer, des chants doux à mourir, Dans le crépuscule aux paupières closes ; Et puis, que sais-je ? Tambourins, paroles. Cris de danse qui ne devaient finir, Touchant désir adolescent qui n’ose Et meurt en finale de barcarolle. — T’en souvient-il, souvient-il, Souvenir ? Au mois vague de la lune des roses. Mais rien n’est resté de ce qui console. Est-ce... [Lire la suite]
dimanche 11 novembre 2018

LES CHANTS DE NOS MERES

On peut emprunter tous les sols de la terre franchir les dunes les plus arduestraverser les banquises glaciales du pôle avec pour seul bagage primordial les chants de nos mères   .     KAMEL YAHIAOUI     . Oeuvre Emile Auguste Pinchart  
Posté par emmila à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 21 septembre 2018

RIVES EN CHAMADE...Extrait

Après ton départJe veux respirer l'ocre de ta naissanceDes souvenirs tremblés font fuir la mémoire de ta voixEgarée dans l'absence de ton amourJe voyage à travers la richesse de ma lignéeLa patience du temps me conduit à la frontière de tes chantsDans cette nuit-làDes larmes muettes s'étalent au pied du tombeauLe sommeil affectionne les pentes lointaines de NoëlDans cette nuit-làDes larmes muettes fleurissent ta sépulture de granitTu savoures l'étreinte éternelle de la femme aiméeCelle qui a rétabli ton paysTrop faible encore pour... [Lire la suite]
jeudi 6 septembre 2018

ON ENTEND LES OISEAUX/ SE OYEN LOS PAJAROS

  L’aube. On entend les oiseaux comme perdus dans la brume; le silence élève leurs chants jusqu’à la pénombre de la pièce. Il perçoit un très faible tremblement qui fait frémir la peau qu’il aime, douce dans son rêve. Très lentement il la recouvre du drap pour éviter qu’elle ne s’éveille. Mais déjà des bras l'enveloppaient et s’accrochaient à son corps: éternité fut ici douceur miel et jasmin. Bien plus tard on entendait encore le chant des oiseaux.      .     El alba. Se... [Lire la suite]

dimanche 2 septembre 2018

LE COFFRET DE SANTAL....Extrait

C’est moi seul que je veux charmer en écrivant Les rêves bienheureux que me dicte le vent, Les souvenirs que j’ai des baisers de sa bouche, De ses yeux, ciels troublés où le soleil se couche, Des frissons que mon cou garde de ses bras blancs,De l’abandon royal qui me livrait ses flancs.Or que le vent discret fait chuchoter les chênes Et que le soleil soûle, aux clairières prochaines, Vipères et lézards endormis dans le thym, Couché sur le sol sec, je pense au temps lointain. Je me dis que je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
mercredi 15 août 2018

PREFACE

  La poésie contemporaine ne chante plus ... Elle rampe Elle a cependant le privilège de la distinction... elle ne fréquente pas les mots mal famés... elle les ignoreOn ne prend les mots qu'avec des gants: à "menstruel" on préfère "périodique", et l'on va répétant qu'il est des termes médicaux qui ne doivent pas sortir des laboratoires ou du Codex. Le snobisme scolaire qui consiste, en poésie, à n'employer que certains mots déterminés, à la priver de certains autres, qu'ils soient techniques, médicaux, populaires ou... [Lire la suite]
samedi 28 juillet 2018

HISTOIRE COMIQUE DES ETATS ET EMPIRES DE LA LUNE...Extrait

Là de tous côtés les fleurs sans avoir eu d’autre jardinier que la nature respirent une haleine si douce, quoique sauvage, qu’elle réveille et satisfait l’odorat ; là l’incarnat d’une rose sur l’églantier, et l’azur éclatant d’une violette sous des ronces, ne laissant point de liberté pour le choix, font juger qu’elles sont toutes deux plus belles l’une que l’autre ; là le printemps compose toutes les saisons ; là ne germe point de plante vénéneuse que sa naissance ne trahisse sa conversation ; là les ruisseaux par... [Lire la suite]
mardi 5 juin 2018

SÉRÉNITÉ...Extrait

 Parvenue au milieu de mes jours, je glane    cette vérité fraîche comme une fleur :    la vie a la douceur dorée du blé,    la haine est brève, immense l'amour.      Changeons le chant amer, à reflets de sang,    contre le chant souriant.    Les divines violettes s'épanouissent,    le vent se charge dans la vallée d'un parfum de miel.     .     GABRIELA MISTRAL       .