samedi 28 juillet 2018

HISTOIRE COMIQUE DES ETATS ET EMPIRES DE LA LUNE...Extrait

Là de tous côtés les fleurs sans avoir eu d’autre jardinier que la nature respirent une haleine si douce, quoique sauvage, qu’elle réveille et satisfait l’odorat ; là l’incarnat d’une rose sur l’églantier, et l’azur éclatant d’une violette sous des ronces, ne laissant point de liberté pour le choix, font juger qu’elles sont toutes deux plus belles l’une que l’autre ; là le printemps compose toutes les saisons ; là ne germe point de plante vénéneuse que sa naissance ne trahisse sa conversation ; là les ruisseaux par... [Lire la suite]

mardi 5 juin 2018

SÉRÉNITÉ...Extrait

 Parvenue au milieu de mes jours, je glane    cette vérité fraîche comme une fleur :    la vie a la douceur dorée du blé,    la haine est brève, immense l'amour.      Changeons le chant amer, à reflets de sang,    contre le chant souriant.    Les divines violettes s'épanouissent,    le vent se charge dans la vallée d'un parfum de miel.     .     GABRIELA MISTRAL       .
dimanche 13 mai 2018

L'OEIL DÉSERTÉ II....Extrait

Belle, pour quel désert suis-je promis, pour quel autre désert s'il faut, à chaque instant, retrouver sa solitude dans tous les yeux qui passent ? Lorsque les routes se dédoublent et s'amoncellent les fleuves ; lorsque lentement, dans le matin, s'élève l'haleine rouge des heures, je voudrais m'ouvrir comme une parole privée d'air depuis longtemps. La mer, de tous ces plis, m'apporte des chants sans mémoire qui vont, avec l'entêtement obscur de l'oiseau, pour retrouver un goût de terre et d'orage. Désert, désert partout ! dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
samedi 31 mars 2018

LA VOIE NOMADE

  O rompre les amarres Partir partir Je ne suis pas de ceux qui restent La maison le jardin tant aimés Ne sont jamais derrière mais devant Dans la splendide brume Inconnue Est-ce la terre qui s'éloigne Ou l'horizon qui se rapproche On ne saurait jamais dans ces grandes distances Tenir la mesure De ce qu'on perd ou ce qu'on gagne Pour aller jusqu'au bout du temps Quelles chaussures quelles sandales d'air Non rien O tendre jour qu'un mince fil d'été Autour de la cheville Mais le cercle d'argent Au poignet... [Lire la suite]
samedi 31 mars 2018

LE PETIT PRE...Extrait

Tout est consentiJe m'abandonne à l'oubliAu silence à la nudité minérale du chantForêts et champsRivière laissez-moi passer...Je cherche la beauté Vêtue de nuitQui vous a renversésD'un cri. ... Tu ne connais pasLa douceur de ton nomTu ne sais pas comme il est bonDe le dire d'en basQuand on se tientDans l'ombre de ton cœurQuand on n'a rienQue son âme en pleurs   ... Il suffirait d'un papillonPour que la prairie se mette à volerQue l'oiseau moribondCueille son cœur étoileQuand le trèfle sent bonComme un framboisierPourquoi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
vendredi 22 décembre 2017

UN GOÛT DE FRUIT MÛR...Extrait

Agnès Schnell...Deux ans déjà    .     Je me souviens....       Pieds nus dans le songe   dans la fraîcheur de son eau   la main ferme de l'aîeul   le village encore assoupi       les mots d'ailleurs lourds en bouche   le sourire de l'ancêtre   et le gris des jours   s'installe en mode effacé....     L'enfance telle une offrande en rouge soleil.   ...   C'était une saison aux rives incertaines une... [Lire la suite]

lundi 18 décembre 2017

CONSTANCE DES OISEAUX

Saisons des dormances Et nous passons Dans le silence ascendant des arbres Ombres sans ombre au soleil frugal En cette veille Même si tu doutes de la lumière Les oiseaux dépêchent l’aube freinée d’hiver Ecoute-les Etourneaux pinsons mésanges Chantent l’étoile tardive et le retour des couleurs Et demain comme en cette veille Leurs cœurs rapides éloigneront l’obscurité     GHYSLAINE LELOUP     Artiste ?
mardi 29 août 2017

DIALOGUE AU BOUT DES VAGUES...Extrait

J'ai cru à l'éloquence des feuilles mortes à Erzulie* femme d'amour qui fait bander et rougir les sexes éparpillés J'ai cru à Damballah* le dieu blanc aux rêves de serpents J'ai cru aux vaccines* à résonances nègres de sueur et de danse banda J'ai cru à la justesse des luttes antiracistes au partage à l'amour aux Sources du Vaucluse J'ai cru à l'écartèlement à l'éclatement à l'orage au brasier J'ai cru à la marée aux trêves de l'Histoire J'ai cru aux effluves de fritures de graisse et d'huile chaude J'ai cru au soleil sur nos... [Lire la suite]
samedi 8 juillet 2017

DES VILLAGES VERS LA MER...

La mer    les vagues la monodie des ventsles nuages qui filent sur l'azur et solfient les accords azuréensdu chant des îles et des pêcheurs Frissons    L'oiseau convoleAu royaume de la LyreCetera  cistre et gaita  irisent l'horizoninterrogent le ciel à la source des étoiles L'embrun vole    l'embrun neigequelle harpe  alors  larme de joieentonne depuis le ponantla mélodie  des contrées que l'océan souligne Bretagne  Biscaye  AsturiesGalicie   Île de Corse et de... [Lire la suite]
samedi 24 juin 2017

EXPRESSION DU VOYAGE INTERIEUR

«Aux dernières tables de la nuit Et pour en être là que faut-il Je rêve à des femmes comme des poèmes Dans l’alphabet des oiseaux Lorsque l’amour est une momie Les gens qui dorment comme des oiseaux Chacun un cristal de nuit Sont des petits jardins Plongés dans l’eau des rêves Où tout est fou Rêves  à de grandes lunes Qui les éclairent  du dedans A perte de vue Et l’amour est une allée Jonchée de baisers  Et d’aube Ne réveillez pas l’enfant qui dort La folie est aux cimes des arbres belle de... [Lire la suite]