samedi 9 juin 2018

LE FOU DE BAB CHÂBA

Soliloque du fou assis sur le trottoir Journal où il découpe de ses doigts minutieux comme un théâtre d'ombres   silhouettes de quel chaos quelle intime dramaturgie descendance de quel secret   confidences d'épouvantail que n'écoutent plus les oiseaux     .     RAYMOND FARINA Extrait de Détails in Anecdotes, Rougerie, 1988     .  Oeuvre Gaston Chaissac  

mercredi 2 mai 2018

EDEN

  C’est d’un autre temps  que j’écrisd’un jardin de mots qui n’existe plus.   J’écris le bleu multiple de l’orage le désordre où se fourvoient les insectesque nous sommes.    Chaos des images soudaines j’écris un ailleurs distrait eau azurée des lessives anciennes odeur du savon mou trottoirs gras briqués à la semaineraclement des balais en coco  promenades obligées du dimanche et joies imposées. Il est loin ce passé  pas si simpletel un théâtre démodé.    La nuit de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
vendredi 13 avril 2018

JEAN LAVOUE...Extrait

Il n’y a plus de feu pour forger nos matins, Plus de lois, de serments où nous serions tenus,Tous les noms sont perdus, les cartes, les indices,Nous sommes sans racines comme des rois déchus. Nous n’avons plus de cap, agir est sans boussole,Nous ruons à tout-va enserrés dans la nasse, Ceux qui croient voir l’issue nous précipitent à perte Ceux qui pensaient mieux faire nous ligotent un peu plus. Notre legs ne sera qu’écriture du ventCar nous brisons les sceaux qui nous réunissaient,Les clés sont inutiles, les... [Lire la suite]
samedi 2 décembre 2017

PENSEES FLOTTEES

Paupières closes , les pensées s'entrechoquent en quête d'un point de fuite .  Moins que l'absence et plus que le silence : la pensée invasive tue . Sans résistance, la vague gourmande devient houle dévoreuse. C'est le chaos dans la boite. La nuit sanglote sur les herbes folles. Le vent lève la mer et dénude la terre . La nature s'affale , presque tout est horizontal , tel une ligne de battements de coeur à l'arrêt. La vie hoquète sans bruit. Il est minuit, le regard noir ne cherche plus,... [Lire la suite]
vendredi 4 août 2017

FOURNAISE

Voilà que tu te défends contre l'air du temps défiéAu-delà des étés d'antandu repos mérité de l'attelageet de l'aire de battage  qui s'est tue rien ne va plus Vers le ciel gris des cimeschauffées à blanc au coeur des vallées de la fournaisela vie suffoqueles estives ont perdu la sourceet le ruisseau Il monte des hameaux de pierresdes campanilesqui vacillent entre d'âcres  touffeurs un silence brûlantLes paupières rougies tu entrevois le spectre de la soif Désertiques nuées sombres augures plus rien ne te rappelle aux... [Lire la suite]
jeudi 1 décembre 2016

PRIZREN

L’enfance, les herbes, le lac le jadis du monde je pense comme le granit Des temps immémoriaux bien des fantômes reviennent dans la forteresse des mots Des lieux, des gens s’entrecroisent la nuit, le temps les oliviers et les oiseaux le temps semble fait de lumière pas d’obscur sur les places il fait beau. Des tziganes cheminent Et jouent le long de la rivière L’air entraine la danse il y a dans l’air des prières païennes des appels magiques et des pans silencieux d’histoire des prairies entrevues remplies de mémoire des... [Lire la suite]

mardi 15 novembre 2016

FRANCOISE ASCAL...Extrait

Si le monde est en sang, en chaos, en violence toujours renouvelée, si le sens bégaye, faut-il à notre tour bégayer ? Dresser un miroir sur nos seuls faillites ? Abandonner à eux-mêmes les éclats de lumière, fragiles comme nos abeilles en voie de disparition?   .    FRANCOISE ASCAL   .   Oeuvre ?
Posté par emmila à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 18 mai 2016

PIERRE REVERDY

  Quels souhaits formuler pour les hommes en ce moment où la folie          et la brutalité se sont mises, une fois de plus, au premier rang?             La paix n'est déjà plus qu'une feuille sans poids qui vibre et tourne          au vent qui annonce l'orage.             Quels vœux si ce n'est d'abord que leur intelligence et leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 20 janvier 2016

FLORILEGES

Je n’étais qu’interrogation dans le ventEt me suis fait mirage sans échoJe suis vague et langage.Un jour je me fondrai dans l’apocalypse et le brouillardLaissant closes toutes les portes de l’infini en attente du diable.Le fleuve des instants s’accroupit dans le jardin des fleurs.Les bouches sont figées.Elles n’expriment qu’une litanieDe tourment et de désespéranceEt l’immensité du passé nous lie au zéphyr et au zéro.Rire encore et toujoursProvoquer les gouvernantsRefuserSentir la honteRegretter ses fautesSe réjouirVanter ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 14 juin 2015

L'ENORME BEAUTE QUI VA SURVENIR

"Les grandes orgues de la destruction, les orages et les vagues de la mer éternellement jeune, voilà l’entrée triomphale de la justice déferlant sur vos châteaux en Espagne bâtis sur le vent, sur la chair et le sang sacré des êtres créés et non créés.La vermine est au sommet de la tour, les reliques du son et de la lumière ont été jetées au fond de l'abîme ; elles gisent dans la boue du marécage parmi les crapauds mutilés. Ces choses immondes justifient notre présence. Elles ont combattu, horriblement combattu, chacune dans sa noire,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,