vendredi 4 août 2017

FOURNAISE

Voilà que tu te défends contre l'air du temps défiéAu-delà des étés d'antandu repos mérité de l'attelageet de l'aire de battage  qui s'est tue rien ne va plus Vers le ciel gris des cimeschauffées à blanc au coeur des vallées de la fournaisela vie suffoqueles estives ont perdu la sourceet le ruisseau Il monte des hameaux de pierresdes campanilesqui vacillent entre d'âcres  touffeurs un silence brûlantLes paupières rougies tu entrevois le spectre de la soif Désertiques nuées sombres augures plus rien ne te rappelle aux... [Lire la suite]

jeudi 1 décembre 2016

PRIZREN

L’enfance, les herbes, le lac le jadis du monde je pense comme le granit Des temps immémoriaux bien des fantômes reviennent dans la forteresse des mots Des lieux, des gens s’entrecroisent la nuit, le temps les oliviers et les oiseaux le temps semble fait de lumière pas d’obscur sur les places il fait beau. Des tziganes cheminent Et jouent le long de la rivière L’air entraine la danse il y a dans l’air des prières païennes des appels magiques et des pans silencieux d’histoire des prairies entrevues remplies de mémoire des... [Lire la suite]
mardi 15 novembre 2016

FRANCOISE ASCAL...Extrait

Si le monde est en sang, en chaos, en violence toujours renouvelée, si le sens bégaye, faut-il à notre tour bégayer ? Dresser un miroir sur nos seuls faillites ? Abandonner à eux-mêmes les éclats de lumière, fragiles comme nos abeilles en voie de disparition?   .    FRANCOISE ASCAL   .   Oeuvre ?
Posté par emmila à 16:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 18 mai 2016

PIERRE REVERDY

  Quels souhaits formuler pour les hommes en ce moment où la folie          et la brutalité se sont mises, une fois de plus, au premier rang?             La paix n'est déjà plus qu'une feuille sans poids qui vibre et tourne          au vent qui annonce l'orage.             Quels vœux si ce n'est d'abord que leur intelligence et leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 20 janvier 2016

FLORILEGES

Je n’étais qu’interrogation dans le ventEt me suis fait mirage sans échoJe suis vague et langage.Un jour je me fondrai dans l’apocalypse et le brouillardLaissant closes toutes les portes de l’infini en attente du diable.Le fleuve des instants s’accroupit dans le jardin des fleurs.Les bouches sont figées.Elles n’expriment qu’une litanieDe tourment et de désespéranceEt l’immensité du passé nous lie au zéphyr et au zéro.Rire encore et toujoursProvoquer les gouvernantsRefuserSentir la honteRegretter ses fautesSe réjouirVanter ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 14 juin 2015

L'ENORME BEAUTE QUI VA SURVENIR

"Les grandes orgues de la destruction, les orages et les vagues de la mer éternellement jeune, voilà l’entrée triomphale de la justice déferlant sur vos châteaux en Espagne bâtis sur le vent, sur la chair et le sang sacré des êtres créés et non créés.La vermine est au sommet de la tour, les reliques du son et de la lumière ont été jetées au fond de l'abîme ; elles gisent dans la boue du marécage parmi les crapauds mutilés. Ces choses immondes justifient notre présence. Elles ont combattu, horriblement combattu, chacune dans sa noire,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 21 décembre 2014

ECLATS D'UNE POETIQUE DE L'APPROCHE DE L'INCONNAISSABLE - Livre VI - ...Extrait

Nous naissons de l'écrit et les cris nous écrivent. La voix transcrit l'obscur en son vacillement.   Sens-cri pour toi-même tu es trouble pour l'autre. Tu perds la voix, la voix te hèle, - le renaissant.   L'obsurité défend la blancheur de la page. Voyance est ton chemin dans le chaos des mots.   Soleil noir, des rives désertiques, - brûle d'essentiel ! Sur l'eau bleue de la mer, l'oiseau. - Sale ta langue !       SERGE VENTURINI        
Posté par emmila à 18:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 15 mars 2014

LE DON DE LA JOIE

Qui trouve au bord du dénuementsur les remparts de sa faimune larme discrètel'amère saveur du chaosqui du fond de sa solitudetire un visage attentifune fontaine coutumièreet parle sans souci de ses propres embûchescelui-là sait que Dieu s'installe dans le corpspour une éternité premièreet rien ne peut plus le distrairede cette voix qui s'est tueau centre de l'épi.   .   JEAN SENAC   .  
Posté par emmila à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 26 novembre 2012

POUR LE BAPTÊME DE NOS FRAGMENTS...Extrait

L’azur engendre l’azur, s’effrite et se reforme dans ses roches limpides, s’érige en obélisques, dévale ses coulées, ses éboulis de nuit et transparence, migre dans l’azur en fumant, azur dans l’azur toujours — il monte parfois, il sombre le désir dans la chair lumineuse de ce génie de ce chaos et voici que s’ouvre à lui, ciel, oui, et gouffre l’espace de toutes parts — mais est-ce là l’espace ? ou le temps avant et après le temps, l’omniprésent ? ou l’un et l’autre ou rien de cela…   il oscille et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 26 mars 2011

LE CHIFFRE...Extrait

La nuit nous impose sa tâche magique.Détisser l’univers, les ramificationsinfinies d’effets et de cause, qui se perdentdans ce vertige sans fin, le temps.La nuit veut que cette nuit tu oublies ton nom,tes ancêtres et leur sang,tous les mots humains et les larmes,ce qu’a pu t’enseigner la veille,le point illusoire du géomètre,la sphère, la ligne, le plan, le cube,le cylindre, la sphère, la pyramide,la mer, les vagues, ta joue sur l’oreiller,la fraîcheur du drap changé, les jardins, les empires,les César et Shakespeare et ce qui est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,