vendredi 27 mars 2009

SOLITAIRE

  " Il est des êtres tout entiers soumis aux exigences de la vie intérieure, et qui , au sein d'une société adonnée au bruit, à l'agitation, la compétition et la productivité, doivent multiplier les refus et les retraits. Nul désir d'occuper une place, d'endosser un rôle, d'affirmer quoique ce soit . Pour autant, le sort du monde ne leur est pas indifférent, et bien souvent même, ils sont plus sensible que quiconque à ce qui ronge le tissu collectif , égare et défigure l'homme contemporain.   Mais simplement ,, il leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 14 mars 2009

RENAÎTRE

"Depuis cette seconde naissance, tout ce à quoi tu aspirais mais qui te semblait à jamais interdit, s'est emparé de tes terres: la paix, la clarté. la confiance, la plénitude, une douleur humble et aimante. Parvenu désormais à proximité de la source, tu es apte à faire bon accueil au quotidien, à savourer l'instant, t'offrir à la rencontre. Et tu sais qu'en dépit des souffrances, des déceptions et des drames qu'elle charrie, tu sais maintenant de toutes les fibres de ton corps combien passionnante est la vie"  .   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 15 octobre 2008

AFFÛTS

tant à creuserà comprendretant à souffrirpour abraser le moila torture de ces annéeset plus-avant dans la nuitpuis l’aubel’un dans sa lumièresi peu à direde ce riend’où irradie le senstant à vivreà donner . . . CHARLES JULIET . . . . "Au cœur de la nuit. Cette ardente sereine lumière de l'insomnie, cette effervescente intimité de soi avec soi, et tant de choses inconnues qui vagissent, et tout qu'on ne sait jamais formuler, soudain là, vibrant, gorgé, précis, sur le point de se dire. mais les mots, les mots qui déjà... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 3 septembre 2008

CHARLES JULIET

" Celui qu’une nécessité intérieure contraint, selon cet autre mot de Hölderlin, à ne chercher "qu’une seule chose : la plus grande, la plus belle", est condamné à n’éprouver le plus souvent que déception, amertume, désespoir. Car ce à quoi il aspire si ardemment se refuse, ou ne se livre à  lui que par éclair, quand l’être se tient au plus près du rien, se voit rassemblé au plus désert et au plus jaillissant d’un profond silence. Et le pire, c’est que ce qui est quêté, impose de renoncer au savoir, à l’agir, au vouloir.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 3 septembre 2008

MA HÂTE

« qui que tu soismais tu n’es jamaislaide jamais fanéepour peu que tes yeuxaient la transparencede tes eaux fertilesqu’ils me laissentpénétrer dans tes terresdéambuler par tes ravinstes collinespour peu qu’ils disentun limon promisaux féconds laboursla grotte où clapotenttes eauxl’asile où pouvoirs’enfouir naîtresusciter l’originela perpétuelle naissancetoi qui n’es jamais laide jamais flétriesi je te croise dans la rueinconnue et lointainerayonnantematernellement procheentends la voix qui murmureô mon amoursur ton passage » . . . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 1 septembre 2008

ECRIRE

  Écrire. Écrire pour obéir au besoin que j'en ai.   Écrire pour apprendre à écrire. Apprendre à parler.   Écrire pour ne plus avoir peur.   Écrire pour ne pas vivre dans l'ignorance.   Écrire pour panser mes blessures. Ne pas rester prisonnier de ce qui a fracturé mon enfance.   Écrire pour me parcourir, me découvrir. Me révéler à moi-même.   Écrire pour déraciner la haine de soi. Apprendre à m'aimer.   Écrire pour surmonter mes inhibitions, me dégager de mes entraves. ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 1 septembre 2008

LAMBEAUX

..."Lorsqu’elles se lèvent en toi, que tu leur parles, tu vois s’avancer à leur suite la cohorte des bâillonnés, des mutiques, des exilés des mots.Ceux et celles qui ne se sont jamais remis de leur enfance.Ceux et celles qui s’acharnent à se punir de n’avoir jamais été aimés.Ceux et celles qui crèvent de se mépriser et se haïr.Ceux et celles qui n’ont jamais pu parler parce qu’ils n’ont jamais été écoutés.Ceux et celles qui ont été gravement humiliés et portent au flanc une plaie ouverte.Ceux et celles qui étouffent de ces mots... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,