samedi 26 janvier 2019

LE PASSE...Extrait

« Une mémoire infaillible ne guide mon souvenir qu’à travers le jardin embrouillé de mon enfance. Demandez-moi de vous dire la forme et la couleur d’une seule feuille de ces giroflées marron, que la gelée et la neige confisaient, chaque hiver, dans le jardin, et qui ressemblaient, cuites de froid sur la terre blanche, à de pauvres salades ébouillantées… Demandez-moi si la glycine, vieille de deux siècles, fleurissait deux fois chaque année, et si le parfum de sa seconde floraison, exhalé de maigres grappes, semblait le souvenir... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

mercredi 7 novembre 2018

SI PARMI VOUS UN JOUR JE MOURAIS

 Si parmi vous un jour je mourais mais mourrai-je jamaisne récitez pas sur mon cadavredes versets coraniquesmais laissez-les à ceux qui en font commercene me promettez pas deux arpents de paradiscar je fus heureux sur un seul arpent de terre. Ne consommez pas le troisième jour après ma mort le couscous traditionnelce fut là en effet mon plat préféréne saupoudrez pas ma tombe de graines de figuespour que les picorent les petits oiseaux du cielles êtres humains en ont plus besoin. N'empêchez pas les chats d'uriner sur ma... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 28 octobre 2018

POUR JOUER

C'était l'année des O, on appelait les chatsOscar, Onésime, Orgasme, Out of Africa, Orphée,Et les enfants Odieux, Ours, Ovide, ou Orchestre,Les mots n'avaient plus de sensOn les lisait à l'endroit puis à l'envers, commeNon, puis on disait que Non voulait peut-être dire Oui,Qui pourtant ne peut se retourner comme une chaussetteC'était l'année des O, celle qui suivit l'année des hainesOù les chats s'appelaient Nazi, et les enfants No FuturOn attendait l'année prochaine,Pour que les matous se nomment Paix ou Praxitèle et les enfants... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 26 novembre 2016

PENDANT QUE ME REVIENS L'ODEUR DES FOINS...Extrait

Nous dépendons de deux ou trois motsIls tissent autour de nous une étoffe protectriceContre le froid de l'indifférenceSi peu de mots pour vivreNotre mendicité ne fait que commencerLes rêves se frottent à nouscomme des chats familiersComme eux ils s'enfuientSans que nous puissions les retenirPour ne pas rester nusNous avons besoin de mots   .   COLETTE ANDRIOT   .    Oeuvre Myrrha https://www.facebook.com/atelierdemyrrha?fref=ts
Posté par emmila à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,