vendredi 1 novembre 2019

JEAN LAVOUE...Extrait

J'accorde à ces moments sans éclatsTout le silence qu'il faut pour les réconforterJe laisse agir la lumièreJ'apprends ainsi à espérer Quand la nuit pose sur ma joue son masque de veloursQuand la pluie s'insinue sous les ardoises du cielJe tends la flamme entre les motsD'une lampe tenue dans des celliers d'enfance Là où l'ombre est la plus tenaceJe n'ai que cette source au bout des doigtsPour tracer un cheminLà où n'était que bois mort et ronces enchevêtrésJe retrouve sève ardenteEt des sentes où passer Il ne suffit que d'un... [Lire la suite]

lundi 28 octobre 2019

BRUNO RUIZ...Extrait

Nous aurons essayé. Beaucoup trop douté de nos actes. Nous n’aurons pas toujours su choisir pour ne blesser personne. Peut-être aurions-nous pu, peut-être aurait-il fallu. Mais ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui notre route est là, faites de tout ce que nous fûmes. Qui peut en être juge sans être sûr de ne pas se tromper ? Et si nous n’étions que cette somme vacillante d’invisibles ferveurs, d’obscures capitulations, d’improbables résultats ? Et si nous n’étions même pas une somme mais la soustraction lente d’un infini qui nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 17 septembre 2019

JOEL VERNET...Extrait

L'essentiel est très peu, vous n'imaginez pas. Moins épais que l'aile d'une libellule, que la lumière éclairant votre parole. Moins lourd qu'un murmure, la nuit, le long d'une rivière, murmure de l'eau entre les pierres. Murmure de la nuit dans la nuit. On a beau me raconter n'importe quoi, m'offrir en partage les idées les plus savantes, mon cœur ne croit qu'en une chose, invisible, impalpable, fuyante, insaisissable, qui nous laisse sans mot. Une chose dont je tairai le nom car il est trop grand, trop beau et, en cela, si... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 12 septembre 2019

BRUNO RUIZ...Extrait

« Ce peu de temps qui reste A ce corps qui s’enliseJe le veux souverainSous la lune compliceJe le veux dans ta mainPlus léger qu’une abeilleComme un coussin d’étéLa flèche d’un hiverJe le veux sans compterLes ruines de nos routesEt savourer à deuxL’instant qui s’éternise. »***« Voici le temps des bilans de l’usure Aux feux croisés de nos forges intimesJe veux l’amour absolu jusqu’au boutFace à la verte et dernière beautéMaintenant »   . . .   BRUNO  RUIZ . . . . Oeuvre ?
Posté par emmila à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 7 septembre 2019

IBN AL ARABI

"O toi qui cherches le chemin qui conduit au secret.Reviens sur tes pas : car c’est en toi que se trouve le secret tout entier"     .     IBN AL ARABI     .  
jeudi 5 septembre 2019

L'INOUBLIABLE...Extrait

Nous avons grand désir De regarder le Jour, Un jour vertical, joyeux, Qui nous ramène à la source. Mais nul ne peut sans ailes Arriver tout droit à ce qui est Tout proche et le saisir Et venir sur l'autre versant. Orienté vers l'origine, attiré Par la fraîcheur des ombrages, Au sein de forêts mythiques.  Le poète voulait là-haut Fonder ce qui demeure, En beauté. Là où il pourrait Parler seul avec Dieu, Et ne recevoir d'autre écho.  Mais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

vendredi 5 juillet 2019

LA RECOLTE DES FRUITS ( VI )...Extrait

Pour Sophie Peters... Un joli chemin de coeur...   Où les routes sont tracées, je perds mon chemin.Dans les eaux larges, dans le ciel bleu, il n’est nulle trace de piste.Le sentier est caché par les ailes des oiseaux, par le feu des étoiles, par les fleurs des saisons passagères.Et je demande à mon cœur si son sang est porteur de la sagesse du chemin invisible.     .      RABINDRANATH TAGORE domaine public     .  
Posté par emmila à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 10 avril 2019

PROMENADE

  Il est des lieux limpides où dorment les lumières, Filtrant l'intimité comme un secret d'église,Ces endroits qui invitent à se mettre en prière,Délivré du vulgaire à la mine trop grise. Cette grâce qui vient gercer les plaies impures,De nos fronts fatigués des pensées qui déroutent Et fait la seule ride d'un horizon si sûr, Vers des lèvres qui lèvent le voile de nos doutes. Il est des lieux profonds qui parlent comme la mer,Quand notre âme a repris sa lenteur à aimer, Et les pas d'un rêveur tranquille... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 18 mars 2019

A UNE TÊTE DE MORT

  Mon frère, d'où, viens-tu ? Dans quel siècle? Comment ? Que contint le cerveau qui fut dans cette boîte ? L'Infini douloureux ? ou la pensée étroite Qui fait qu'on vit et meurt sans nul étonnement ? Chacun presque, ici-bas, suit naturellement, Sans rien voir au delà du cercle qu'il exploite, La route de l'instinct si commode et si droite, Et toi tu fus ainsi jusqu'au dernier moment. Oui! mais comme eux aussi, à l'heure solennelle, Ne sachant rien des cieux, ô frère tu partis Les yeux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 18 février 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

C'était un chemin de traverse dans l'enclos du rêve -- un message enclosdans une bouteille jetée aux vagues grisesde la mer C'était un chemin et c'était un bouton d'or qui s'ouvrait sur un rêve liseré d'azur C'était la mer en ressacsqui rugissait de froides larmesgriffant les joues C'était un message délivré du temps --que la mer a lavé.   .  . . .  ANNE MARGUERITE MILLELIRI . .     ..