mercredi 1 juin 2022

L'ATELIER DES SAISONS...Extrait

Les oiseaux fouillent la lumière,Picorent les murmures du vent,Demeurent étonnés,Entre sauge, lierre et sureau,D'entendre monter leur chant.   Dans quelle embuscadeM'attends-tu,Bonheur qui souris,Bercé par mes défaites ?Je rassemble à genouxDes peines pour la route.Il en faut pour chanterMieux se tenir debout.Le sourire d'une inconnue,Les mains légères des épis,Se nouant et se dénouant,L'odeur vieille d'une commodeDont les souvenirs sont envolés, Le bruit mat et rouléD'une pomme qui tombe,L'enfant qui ouvre la boucheEn traçant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

vendredi 27 mai 2022

CHEMINS D'ENCRE...Extrait

  J’en suis persuadé, c’est la même insatisfaction – ou le même manque – qui me fait marcher et qui me fait écrire. Me voilà sur un chemin, en haut d’une falaise, l’océan roule en bas du sable et des galets. Un taillis masque la petite crique dont je devine le croissant ocre enserré de rochers où se fracassent les vagues. Je tends en vain le cou pour essayer de l’apercevoir entièrement. Il me faudrait avancer encore, mais la voie en corniche devient malaisée. J’hésite, pousse un peu plus loin. Ici, le ravinement a entaillé le... [Lire la suite]
dimanche 6 mars 2022

CARMEN PENNARUN...Extrait

le coeur est un vaste champ plein de Si, plein de Lances mon silence est un chagrin griffes dedans - il alourdit ma marche et la soumet à la question. . la vie n'est pas un parcours de plaisance pas plus que de convenance. . quand un foyer crame sur Terre Mère de toutes les douleurs pourquoi le chemin vers Compostelle s'effacerait-il de ma carte et la mémoire abandonnerait-elle mes pas ? Je suis du doigt sur la carte-poème les ruisselets de l'amour mais je n'atteins aucune rive sereine. . là, mes enfants... [Lire la suite]
Posté par emmila à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 3 mars 2022

LE BOIS D'EPAVE

Il y a des lieux qui nous mènent ailleurs, un arrêt sur image, une page arrachée, une tache blême sur un mur où il y avait un cadre, le sillage d’un bateau, les murs d’un village, une ornière de boue, le sourire d’une plage, la fadeur d’une fadaise, la hauteur d’une falaise, un mot d’auteur. Mon chant est trop petit pour les oreilles du monde. Mes pieds boitent comme un verbe éclopé qui se conjugue mal. Le même paysage accroche les regards. Chacun le voit à sa façon. Je n’ai rien demandé, mais le malheur rôde autour de moi. J’ai pris... [Lire la suite]
samedi 12 février 2022

PAYSAGES ET PORTRAITS...Extrait

" Le vent est venu s’étendre à mes côtés, sur le lit de plein jour. Il me lave de toute la bêtise collée à ma peau depuis des semaines. Je l’attendais, ce vent robuste et sage, compagnon d’un soleil sans compromission. Il est ma musique, mon paysage. J’entends l’écho des montagnes là-bas, la plainte des forêts où j’ai couru autrefois, la volonté de ce village ramassé sur lui-même comme un coup de poing donné dans le gras de la colline, le murmure de l’abandon le long des murs de galets. J’aime le vent venu de loin, des plateaux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 2 septembre 2021

THIERRY MATHIASIN...Extrait

Nous irons au pied des soleils enterrer nos morts, élever à la faveur des grands arbres les deuils qui ont pris racine dans nos yeux, les rêves éteints que les pluies vont diluer dans les canaux qui longent le cimetière Nous n'aurons de cesse d'écouter le vent qui coiffe d'une main tremblante la bordure des jours, le chant des flamboyants loin des rivages où la mer est revenue avec ses vagues désossées Mon corps ne peut contenir tout le cortège des départs, ni se reposer de la violence des souvenirs encore vifs, ces... [Lire la suite]

dimanche 8 août 2021

LIGNEES...Extrait

Anghjula.... . Tu marches dans les nervures songeuses du millepertuis, dans les vaisseaux ramifiés de ton cerveau. Les cellules meurent ou prolifèrent, tu ne sais rien du grand chantier. La forêt n’est pas vierge, la page n’est pas blanche et les chemins n’existent pas. Tu dois marcher longtemps dans le blanc éblouissant du trop-plein de signes, dans le noir incertain des ombres mêlées. Les morts en attente, alignés comme des troncs, dressent leurs branches défeuillées. Tu dois marcher sans t’arrêter. Sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 27 janvier 2021

TEL UN ARBRE QUI DURE

Oui, nous rajeunirons Dans les rides de l'aube, L'écorce aura en nous L'empreinte des matins, . Nous serons secourus De sèves passagères, Aimantés par le souffle Aux sources du grand vent, . Avec chaque blessure Nous serons humbles et tendres, Patients avec nous-mêmes, Nous n'abdiquerons pas. . Où trouver cette graine Où le cœur se prolonge, Cette force où l'enfance De l'arbre se propage, Ce chemin sans chemin Où la mort n'atteint pas La digue de nos pas ? . Au solstice des peurs ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 6 septembre 2020

AU JARDIN DE LA TERRE

 Tu connaitras l'âme des choses - par ces mots, par ces gestes - voix d'enfance, rythmes anciens du coeur , toi l'enfant-fleur au jardin de la terre...    Suivre à loisir le chemin, débusquer les anges - en dépit de tout, le désir de la vie - le raisin est bon, la musique pure, nous sommes le limon des enfants du rêve...     .     CAROLINE ORTOLI     .   Oeuvre Michael Parkes    
Posté par emmila à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 1 septembre 2020

UN AUTRE MONDE

  Un bout d'anthologie à mes mots qui résistentÀ mon corps décentré, à mon île essouffléeLa photo de ce que je croyais foutu à retrouver Les couleurs dans une traversée du désert,Séchées depuis tant d'annéesAu soleil des femmes nues, des amours abandonnées Des eaux immenses et des vestiges fleurisDes peaux qui se transforment en miroirs révulsésUn squelette qui danse avec une roseLe parfum des temps oubliés qu'une lèvreRetient au bord d'une terre dont j'ai rêvée La maison de tout et de rien, aux quatre vents,Où les... [Lire la suite]