jeudi 14 février 2013

LE LIVRE

L'ombre a, pour passé, la lumière et la clarté, l'ombre.    Quel que soit le chemin que nous empruntions, le passé brasille au loin, tel d'une bougie, le dernier bout libre de la mèche.    Nous retrouvons la chandelle quittée, le temps d'une lecture.    Le livre est le lieu de ces allers et retours ampliatifs.      ... de la nuit à la nuit, c'est-à-dire de l'en deçà à l'au-delà du passé.      Je fais une œuvre qui, instantanément, se refait dans le livre.   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 15 janvier 2013

LES CHEMINS ANDALOUS

Le soleil est mal accroché au ciel Parfois il se montre bon envers les hommes parfois rien ne va sur les chemins qu’il trace pour eux   Je laisse mes yeux traîner sur les quatre domaines du vent J’ai suspendu ma veste au seul nuage qui passait   Le sol est rougi de tant de sang, de honte et d’orgueil, que là poussent des arbres à sève hautaine   J’avance pensant sans cesse à ceux qu’on a couchés au bord des chemins : paysans, poètes, journaliers ou bandits   Et ce sont ces chemins qui me... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 7 janvier 2013

FEUILLAGES...Extrait

Le sable, le vent,Jaune et blanc,Des nomades s'éloignentVers l'invisible.La douleur, la paix,L'ombre du palmier,Tous les joursUn fragment de cielÉclaire le chemin.La mort, la vie,Des mains brûlantesD'une longue amitié,La soif donne poidsAux mots de poussière.   .   BERNARD GRASSET   .      
Posté par emmila à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 7 décembre 2012

POUR TOUT DIRE

Je n’aurai pour tout dire Écrit sur mon chemin Que mon incertitude La buée qui recouvrait la vitre Et peut-être la vitre Mais jamais la fenêtre Et jamais le chemin .  . . PAUL VINCENSINI  . . . Photographie Sylvain Lagarde ( voir liens...)  
Posté par emmila à 17:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 11 novembre 2012

MIROIR DE LA LUGE NOIRE

Tu as dit : Mon visage est navire, mon corps est une île,    et l’eau, organes désirants. Tu as dit : Ta poitrine est une vague,    nuit qui déferle sous mes seins. Le soleil est ma prison ancienne, Le soleil est ma nouvelle prison, La mort est fête et chant. M’as-tu entendu ? Je suis autre que cette nuit, autre Que son lit souple et lumineux. Mon corps est ma couverture, tissu Dont j’ai cousu les fils avec mon sang. Je me suis égaré et dans mon corps était mon errance… J’ai donné les vents aux feuilles, J’ai... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
vendredi 9 novembre 2012

FRANCIS ROYO

Ce que je veux J’attends ma nuit de roses Je m’époumone de combats jonchés de sourires  de silences et de fleurs imbrassablesOublier mille vies mille blessures et très vite encore se faire douceur violemmentdes lacérations de verrous pour s’attacher encore au chemin mais                   ne plus être du pas . . .  FRANCIS ROYO http://analogos.org/ . . .   
Posté par emmila à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 9 novembre 2012

TEMPS

Après tout ce tempsconsacré à l’attenteest-il possible encorequ’au détour du cheminsur l’épaule brève d’un talussoit cueillie aux lèvres des mauvesun peu de lumière? .Jean-Paul HAMEURY .    
Posté par emmila à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 4 novembre 2012

LE PHENIX...EXTRAIT

 Toutes les choses au hasard tous les mots dits sans y penser et qui sont pris comme ils sont dits et nul n'y perd et nul n'y gagne   Les sentiments à la dérive et l'effort le plus quotidien le vague souvenir des songes l'avenir en butte à demain   Les mots coincés dans un enfer de roues usées de lignes mortes les choses grises et semblables les hommes tournant dans le vent   muscles voyants squelette intime et la vapeur des sentiments le coeur réglé comme un cercueil les espoirs réduits à néant ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 21 octobre 2012

CHEMIN

Rien que ce mur et ce chemin Et, autour de moi, un matin Qui a l’odeur dorée du pain. L’ombre d’un oiseau sur le mur L’écho d’un pas sur le chemin. Douceur faite de petits riens, De mots caressants dont je doute. Dans ce calme et tendre matin, Rien que ce mur et ce chemin. . MAURICE CAREME .      
Posté par emmila à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 20 septembre 2012

DE L'ATTACHEMENT...

    Attachés de toutes les manières, et à chaque fois par amour, par obligation, et par contraintes, nous sommes autres qu’à l’attache, et par l’attachement nous mesurons ce à quoi nous ne pouvons nous arracher, ce qui n’en finit pas de se révéler et de nous retenir. L’Ulysse d’Homère est nostalgique ; nous le connaissons attaché à Ithaque ; celui de Dante est sans retour, et s’il quitte tout, s’il quitte le chemin ― qui attache le lieu à un autre, nous dit le dictionnaire ― il ne quitte pas « cet... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,