dimanche 17 juillet 2011

POSSESSIONS EXTERIEURES

Parmi tout ce qui s'écrit hors de notre attention, l'infini du ciel, avec ses défis, son roulement, ses mots innombrables, n'est qu'une phrase un peu plus longue, un peu plus haletante que les autres. Nous la lisons en chemin, par fragments, avec des yeux usés ou naissants, et donnons à son sens ce qui nous semble irrésolu et en suspens dans notre  propre signification. Ainsi trouvons-nous la nuit différente, hors de sa chair et de la nôtre, enfin solidairement endormie et rayonnante de nos rêves. Ceux-ci s'attendent, se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 25 avril 2011

LA PAROLE

Rien n’est éphémère, ni la douleur ni le plaisir.Nous courrons d’une porte à un arbre solitaire,d’un pont à une grotte gardienne du temps.Chaque regard est une découverte achevée.La pluie est le soleil que dissimulent certains nuages.Notre parole est un cri irrévocable dans le néant.Nous écrivons un nom, celui de quelqu’un que nous ne connaissons pas.Nous prions dans le temple déserté de l’oubli,et rêvons de Dieu enchaîné à sa douleur.Nous sommes des pèlerins sans foi au milieu du désertet nous nous endormons sur le sable blanc en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 24 avril 2011

L'APPEL

Quelqu’un frappe à ta porte pour entrer. Il y a beaucoup de chemins, de voix ; mais il n’y a qu’un chemin et qu’une voix. Que les mauvais rêves ne te perdent pas, que les faux échos ne t’éloignent pas de toi ! Quelqu’un frappe à ta porte pour entrer. Veille nuit et jour ; qu’il ne te trouve pas endormi, quand résonnera la voix du désert ou de la nuit. Ne te trompe pas en regardant l’ombre de celui qui appelle. Quelqu’un frappe à ta porte pour entrer. Un bruit turbulent et doux, distrait tes yeux désorientés, un... [Lire la suite]
vendredi 22 avril 2011

LE CHIFFRE DE LA NUIT...Extrait

"Une route attire les yeux au point de mire. Toute route ! Mais celle-là qui part du coeur et se perd dans les brumes proches, à venir, aspirée par le grondement muet du gouffre, le souffle au coeur, l'énorme souffle sans odeur, je la connais avec ses arbres à contre-jour, et les cris des oiseaux venus d'un autre monde. Quels cris ? On n'entend crisser que les corps qui souffrent (baignés d'un soleil noir qui monte à contre-jour). Un seul poste désert, quand la route est coupée. La voix du fond répond : le creux en toi te... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 29 décembre 2010

CHEMINS PERDUS

Vous avez été l'évidence, vous n'êtes plus que l'énigme. Vous inscriviez le temps dans l'éternité, vous n'êtes que du passé maintenant, par où la terre finit, là, devant nous, comme un bord abrupt de falaises..YVES  BONNEFOY.
Posté par emmila à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 17 novembre 2010

COMMUNE PRESENCE...Extrait

Les sentiers, les entailles qui longent invisiblement la route, sont notre unique route, à nous qui parlons pour vivre, qui dormons, sans nous engourdir, sur le côté.".RENE  CHAR.Oeuvre Sébastien Jacqmin
Posté par emmila à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 4 novembre 2010

SAINTETE JE MARCHE VERS TOI

A Pauline   Le jour se lève. Je marche. Mon corps porte les traces séchées du continent européen. Ses peuples se dressent dans mes jambes. Les innombrables mains retournées à la terre courent sur mes épaules, me soutiennent, espèrent que je conduise les élans qu'elles me donnent vers la certitude. Je marche. Je parle l'ancien français. Je parle le latin. Ma langue sait le grec. Me voici traversé par la Loire. Me voici traversé par le Rhône. Par le Tigre et l'Euphrate et le Nil. Je marche. Ma mémoire se baigne dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 1 novembre 2010

L'ENFANT QUI...Extrait

(...) L'enfant qui vit dans ta mémoire                     réclame sa part                     de tes pauvres escapades.                     Il exige moins de mensonges                     et un plus clair silence.Il en sait autant que toi        ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 26 octobre 2010

MIROIR DE NOS OREILLES

Voter pour EMMILA GITANA . . Ma joue droite fixe une étoile Sur la trajectoire de l’oiseau La main dans la main nous partons Par toits et terrasses de vent   Arlequin d’une pièce oubliée Je joue la comédie des paroles Tu me dis tais-toi c’est le royaume De l’azur du silence novateur   Les cheveux mouillés de nuit Nous nous balançons sur l’herbe Des rires de lampes en filigrane Dispensent des bribes de paroles   Insondable ciel des planètes Nous traçons des signes sur l’eau L’infini cache ses épines Dans... [Lire la suite]
samedi 11 septembre 2010

LA LIBERTE DES MERS...Extrait

Je suis durJe suis tendreEt j'ai perdu mon tempsA rêver sans dormirA dormir en marchantPartout où j'ai passéJ'ai trouvé mon absenceJe ne suis nulle partExcepté le néantMais je porte caché au plus haut des entraillesA la place ou la foudre a frappé trop souventUn cœur ou chaque mot a laissé son entailleEt d'où ma vie s'égoutte au moindre mouvement. . .. .PIERRE REVERDY . .. . .
Posté par emmila à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,