samedi 4 novembre 2017

PIERRE GABRIEL...Extrait

Bien serré au creux de ta paume, Le caillou blanc ramassé en chemin S’est endormi, tiède comme un oiseau Mais soudain on dirait qu’il bouge Il vient de frémir dans ta main, C’est un cœur qui bat sourdement, Un simple caillou blanc Comme le cœur du monde dans ta main.   .   PIERRE GABRIEL   .
Posté par emmila à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 22 septembre 2017

L'OISEAU

Quand ton cœur de mésangePénétrait mon cœurJe te faisais patte blancheJ’arrondissais mes paumesSur ton rêveOù se cachaitL’oiseau abandonné Il volait dans ma têteL’oiseau du crépuscule doréSans jamais se blesser les ailesAux parois de mon crâneIl restait prisonnierJusqu’au petit matin Les trilles de l’auroreForçaient les nuagesJe me tenais deboutAu bord de l’oragePour le voir s’envolerJusqu’au retour de la nuitOù je l’attendais   .  JEAN  BOTQUIN   . Oeuvre Ade Adesina
Posté par emmila à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 20 septembre 2017

ANDREE CHEDID...Extrait

Pour un coin d’eau de traces et d’herbe verteOù l’oeil serait nu le cœur de roséeLes mains feuilles ouvertesJe vaisAile au soleilMarchant pour l’étoileSon odeur de résine et de rêve d’enfantC’est la route des fables la route des genêtsQue bordent les noirs sourires d’enracinésVoici l’île la fleur la découverteVoici l’oiseau chanteurVoici les lendemainsLes mensonges aux yeux de mouettes.   .     ANDREE CHEDID     .
mercredi 13 septembre 2017

MON AMOUR

La vérité, pour se dire, Embrasse tes lèvres. Le soleil, pour briller, Doit, chaque jour, se lever, Des rayons de ton ombre. Les étoiles, en colliers, se bousculent sans nombre, Pour venir, assoiffées, boire, à ton cou, les coupes de lumière Sans lesquelles elles ne seraient que constellations sombres. Quand leurs ailes se déploient, Les oiseaux imitent ta voix, Pour chanter mon amour pour toi, Ses peines et ses joies. Les dunes, en courbes, s’échinent dans tous les sens, Pour imiter tes hanches qui, à chaque pas, dansent. Jalouses... [Lire la suite]
mercredi 13 septembre 2017

JOËLLE GARDES...HOMMAGE

Parfois une vitre invisible la coupe du monde et des autres la sépare de ses émotions Si elle cherche à rassembler les événements de sa vie elle ne trouve que des étiquettes sur des boîtes vides Glacée figée derrière la vitre du désespoir elle ne perçoit ni les battements de son cœur ni le sang dans ses veines ni l’obstination de la pensée Invisible le travail du vieillissement la chute des images dans l’oubli inaudible Séparée des autres dévorée goutte de temps après goutte de temps Elle se redresse et rassemble ses forces contre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
dimanche 10 septembre 2017

NATHALIE RIERA...Extraits

Je suis l’amour dans la poussière des routes, mon espritn’a que lavandes et embruns pour sentiers.Je suis l’amour comme vous. Vous savez, lorsque l’onse choisit  pour se dire ce que nous n’avons encore dità personne.Vous savez que je suis l’amour comme vous, alors pourquoi le fer et le fiel ... Nous sommes l’amour inhérent.Je me rafraîchis aux ombres claires, à l’eau du cœur,à la fraîcheur de l’alliance.Avec toi, rive. D’où l’on peut encore s’inventer l’amourdu prochain, le jaune du citron, le hâle des seinset des reins,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

jeudi 7 septembre 2017

HIERARCHIES...Extrait

Le temps, me dit-il, c’est le cœur… Longue portée des mots, longue portée du cœur ?... J’ai beau savoir aussi que le cœur ne dit pas ses clôtures et n’avoue pas de fautes, j’allais me répétant le temps : « le temps, me disait- il, c’est le cœur »… L’oiseau communicatif des mots appréhende l’espace, or voici que soudain, sous sa voûte certaine, je me suis vue nue à même la nudité du temps – vieux cœur à cœur tenace compris par l’horizon.   .     GABRIELLE ALTHEN     .    
Posté par emmila à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 3 septembre 2017

BERNARD PERROY...Extrait

Il nous faut nous satisfaire des chemins écartés, des souvenirs d'enfance, arpenter le jour, au jour le jour, avec le coeur insoumis qui se projette en dehors du sentier de nos propres habitudes, et prendre sur soi, infiniment, pour dépasser toute tristesse, fixer la plus profonde des émotions, que retiennent les ans, celle de ne rien encore comprendre de la vie, et c'est tant mieux...   .   BERNARD PERROY   .   Photographie Litsa Roussou      
Posté par emmila à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 30 août 2017

LA VIE ENTIERE...Extrait

"Devant le jour épais qui s'avance à pas lents  Devant l'horrible face à face  O coeur ouvert à tous les vents  Et jusque dans ces bras qui cherchent le courant  Hier demain et à présent    Il n'y a rien de nouveau  Sous le soleil de ma poitrine  C'est toujours la même tendresse qui chemine  Le même filet bleu qui baigne mes poumons  Toujours ma chair à l'abandon    Plus haut la tête claire  O mon front riverain du ciel et de la terre  Prunelles... [Lire la suite]
lundi 21 août 2017

ECRIT SUR UN TRONC D'OLIVIER

 Parce que je ne file pas de laine Parce que je suis chaque jourAux mandats d’arrêtsEt ma maison exposéeAux descentes de policeAux perquisitionsAux « opérations de nettoyage »Parce que je suis dans l’impossibilitéD’acheter du papierJe graverai tout ce qui m’arriveJe graverai tous mes secretsSur un olivierDans la cour de ma maisonJe graverai mon histoireEt les volets de mon drameEt mes soupirsSur mon jardinEt les tombes de mes mortsEt je graveraiToutes les amertumesQu’effacerai le dixième des douceurs futuresJe graverai le... [Lire la suite]