lundi 9 juillet 2018

MA VIE

J'ai eu vingt ans et bientôt trente, les quarante ont suivi et aussi les cinquante,avec quelques unités pour perturber les comptes.J'ai lu des magazines qui parlaient de mes rides,de bouchers qui taillaient dans les bideset remontaient des seins à la filecomme dans les usines pour les automobiles.Rester jeune, peu importe le prix !Info, intox, il paraît même que le botox...Alors, là, moi, j'dis stop.Remonter le temps? Avoir encore vingt ans ?Ça va pas, non ? Tu sais quoi ? J'ai pas le temps ! Demain, dans un mois, dans un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

dimanche 13 mai 2018

MINERAI NOIR

Quand la sueur de l'Indien se trouva brusquement tarie par le soleil Quand la frénésie de l'or draina au marché la dernière goutte de sang indien  De sorte qu'il ne resta plus un seul Indien aux alentours des mines d'or On se tourna vers le fleuve musculaire de l'Afrique Pour assurer la relève du désespoir Alors commença la ruée vers l'inépuisable Trésorerie de la chair noire Alors commença la bousculade échevelée ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
jeudi 10 août 2017

DJAFFAR BENMESBAH...

Bonjour la rue des sottes nuits hivernales Pavée de mes pas et mes détours maudits Mes soupirs, mes plaintes et mes râles Reviennent ombrager tes accès interdits Vieux drille je suis, assidûment étranger Tel un Oyat des plages de colères arraché Obviant vaille que vaille aux vergetures Et à l'essor guindé des vaudevilles futurs Du village qui m’a vu naître et les déconvenues Passant par les cités d’ombres que j'ai connues Jusqu'à Paris où j'ai chaviré de mes ails d’agami Étranger là où j'ai été et chanté, là où j'ai dormi. ... [Lire la suite]
mardi 18 juillet 2017

A PEINE UN SOUFFLE, OEUVRE POETIQUE COMPLETE...Extrait

Un livre va s'écrire sur une feuille de porphyre Pourquoi la colère qui monte adoucit les mots et les chante Pourquoi le sourire sur le visage qui va mourir métamorphose en soleil un dernier râle La vie vécue recommence le destin d'une autre vie Elle ensemence son cresson sur un lit de tessons Un livre est un ramier au plumage de papier Mais dans ce lieu providentiel l'abeille ne reconnaît pas son miel   .     ABDELAZIZ  MANSOURI     .   . Photographie Thami Benkirane ... [Lire la suite]
lundi 22 mai 2017

RINA LASNIER...Extrait

On n’enterre pas le sang décharné de la servitudeni le sang désarmé de l’amour inutilisé ;on ne retire pas le cri de la bouche comme une clef,on ne suture pas la pierre fissurée d’une soif.La chaux vive du sang qui n'a point dormi,tu l'entendras liquéfier la dalle des morts,traverser ses étapes de neige étoufféeet siffler en remarchant tout son hiver.On n'enterre pas le talon poudreux de la foudreni la fureur tendre du fruit piétiné ;le sang retourné sur sa racine comme un décombres'est armé tout droit d'une moisson fruste de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
lundi 22 mai 2017

CE MAROC..Extrait

... Ma plaie où seule l'abeille trouve des fleurs neuves porte-moi loin de cet oubli battant et rampe pays pays je plie bagages ceux qui ajoutent du noir à leur cellule me voient partir pays pays où seule la terre se souvient et hurle quelle terreur couve sous ta colère.   .   MOHAMMED KHAÏR-EDDINE   . Oeuvre Thami Benkirane

lundi 24 avril 2017

DERNIER POEME

" Mon dernier poème au Peuple Haïtien avant de quitter le sol qui m’a vu naître écrit le 29 novembre 2016. Ce Peuple en gestation d’une nouvelle victoire contre l’obscurantisme." Gérald Bloncourt . La colèreest en moije hume l’existenceje me heurteaux fils de fer barbelésde la désespéranceje franchis les ruisseauxboueux de l’inquiétudeMartissant, Carreour-feuille,Bizoton, Jérémie, Jacmel,Pétionville, Port-au-prince,l‘Ile de la Gonave,bruissants de misèreL’azur est en folieTout se mêleS’entrecroiseEt se noueJe sonde l’espace... [Lire la suite]
mardi 11 avril 2017

LA VIE DONC...

La vie doncn'est jamais au centreet c'est dans les banlieues de la penséeque s'invente le monde.Le désir que voulez-vousdéfait les draps,ce qui n'est pas comblébouge comme l'amouret ne demandez pas au ventde se tenir dans la cage. Voyez vos villesleurs banlieues sont brutalescomme la soifau bord du puits. Voyez le matincomme il brise l'ombrepour gagner sa clarté. Voyez vos mainscomme elles tremblentautour de vos chagrins. Ne cherchez pas la beautédans la colèremais la véritéque vos gesteslonguementont bâtie. . ... [Lire la suite]
dimanche 19 mars 2017

J'ECRIS

J’écris avec la tyrannie des misères J’écris avec mes processions de poète errant J’écris avec les jachères sèches de la terre J’écris et la colère gronde dans mon cœur transparent J’écris avec cent milliards de balles à tirer Dans la cervelle des bobards les jambes des voleurs La couronne des bavards la bourse des guerriers Le calcul des imbéciles sur l’échelle des grandeurs   .   MONCEF GHACHEM    .     Oeuvre Luisa Sartori  
dimanche 5 mars 2017

DES PAYS

Certains pays portent de grands manteaux de feuafin de se protéger de la nuit pareils aux saints des temps anciensallant, venant et causant à voix basseà travers les jardins épicés de légendes. Des pays où des paysages intouchabless’éveillent en sursautau plus noir du sommeilpour expirer à force de splendeur- écriture d’incendiesous la plume du poète. Il existe des terres d’orgueilleux testamentslourdes d’encensde danses, de fontainesoù chaque pierre est un berceau de colèreatterrée de n’avoir que la mortà offrir aux enfants du... [Lire la suite]